Article | 23 Nov, 2023

Un catalyseur pour le changement

Le succès du projet Tiger, qui a maintenant 50 ans, montre ce qu’une résolution de l’UICN opportune et bien ciblée peut apporter

content hero image

The tiger has become a symbol of India’s conservation efforts

Le projet Tiger fête ses 50 ans. Depuis un demi-siècle, les grands félins emblématiques de l’Inde sont protégés dans des réserves dédiées aux tigres, et leur nombre a augmenté. Il s’agit de l’une des réussites récentes les plus médiatisées en matière de conservation, et d’un bon exemple de l’impact durable et concret d’une résolution de l’UICN.

À l’époque de la domination britannique en Inde, l’image du gentleman-chasseur casqué, fusil à la main, devant un tigre récemment abattu, était très répandue. Pourtant, même après l’indépendance, la chasse au tigre s’est poursuivie en Inde. Personne ne connaissait avec précision le nombre de tigres présents dans les jungles indiennes, et ils étaient tués sans discernement.

Le succès du projet Tiger, qui a maintenant 50 ans, montre qu'un projet de l'UICN bien ciblée de l'UICN peut permettre d'atteindre les objectifs suivants

Mais vers la fin des années 1960, cela s’est arrêté. L’assemblée générale de l’UICN de 1969 (les assemblées générales étaient les précurseurs des congrès actuels), qui s’est tenue à New Delhi, a abouti à l’adoption de la résolution GA 1969 RES 015, appelant à un moratoire sur la chasse aux tigres. La résolution a conduit à ce que le célèbre conservateur indien HS Panwar (premier directeur du Wildlife Institute of India, fondateur/directeur de la réserve de tigres de Kanha et ancien directeur du projet Tiger) a appelé un « changement radical » dans les attitudes à l’égard de la conservation dans le pays.

La Première ministre indienne de l’époque, Indira Gandhi (elle-même passionnée de faune et de flore), a soutenu le projet, et un énorme regain d’intérêt pour la conservation a conduit à la loi historique de 1972 sur la protection de la faune et de la flore en Inde. Sur la base de cette loi, le projet Tiger a été lancé le 1er avril 1973.

Pour Anish Andheria, président du Wildlife Conservation Trust en Inde, la résolution de l’UICN « a donné un élan et un soutien international au projet Tiger ». Et la Première ministre Indira Gandhi était prête à lui donner son soutien, à une époque où l’Inde était encore confrontée à de graves problèmes de développement, après l’indépendance. La résolution a été un catalyseur important pour le projet Tiger. »

Bien que le projet Tiger ait réussi à accroître la population de tigres, l’initiative ne s’arrête pas là. Les densités de population des grands carnivores tels que les tigres sont une indication de la santé de l’ensemble de l’habitat, y compris des rivières (les tigres, ce qui est inhabituel pour un félin, se sentent à l’aise dans l’eau et autour de l’eau). La résolution visant à protéger les tigres a donc permis d’améliorer considérablement la santé de l’écosystème et la protection de l’habitat dans toute l’Inde.

La résolution de l'UICN a permis d'attirer l'attention de la communauté internationale sur la situation critique du tigre.

Les résolutions datant de 75 ans

La première résolution de l’UICN a été adoptée il y a 75 ans, en 1948. Cela signifie qu’elle est aussi ancienne que l’UICN et qu’elle fait partie intégrante de l’UICN et de son mode de fonctionnement.

David Goodman, chargé de mission à l’UICN, explique : « Les résolutions, collectivement, constituent l’essentiel de la politique de l’UICN : élaborées, débattues et adoptées par les Membres. Elles ne sont pas issues de notre secrétariat ou de Commissions d’experts, mais des Membres eux-mêmes. Nos Membres se réunissent pour examiner les lacunes et les priorités politiques. Ils les soumettent ensuite sous forme de motions, qui sont elles-mêmes soumises à un processus démocratique, avec des phases de débat. »

Les résolutions ne sont pas des documents juridiquement contraignants, mais elles constituent un moyen pour la communauté mondiale de la conservation, tant au niveau étatique que non étatique, de communiquer ses priorités et de fournir des orientations, tant à l’UICN elle-même qu’au monde extérieur. En général, elles demandent aux Membres, aux Commissions ou à la directrice générale de l’UICN de prendre des mesures, à la communauté internationale de faire quelque chose, ou au système des Nations unies ou aux secteurs des affaires et de la finance de prendre une recommandation en considération. Elles contribuent à façonner le programme de conservation.

Au cours des 75 ans d’histoire des résolutions de l’UICN (au cours desquels plus de 1 400 ont été adoptées), il est possible de voir émerger des thèmes qui reflètent l’évolution du rôle de l’UICN. Les priorités de la communauté de la conservation ont évolué au fil du temps, et les résolutions de l’UICN en sont le reflet. Certaines (comme la résolution concernant les tigres) se sont concentrées sur une espèce particulière, mais d’autres ont couvert des questions plus larges. L’accent a été mis de plus en plus sur les populations autochtones, sur les questions de genre et de pauvreté, sur le rôle de la nature dans le développement durable et sur la reconnaissance de la conservation comme étant étroitement liée aux droits humains. L’influence va dans les deux sens : les résolutions reflètent les changements intervenus dans le monde de la conservation et favorisent le développement de nouvelles idées.

Si le projet Tiger a soufflé ses 50 bougies, des exemples plus récents montrent que les résolutions continuent à attirer l’attention sur les questions de conservation, y compris sur des questions difficiles, controversées et clivantes. Depuis son adoption en 2016, par exemple, la résolution 6.079 a inspiré de vastes discussions sur les obligations des États de prendre en compte les droits des générations futures en matière de changement climatique : la résolution de l’UICN a fait écho à une résolution de l’Assemblée générale des Nations unies, adoptée en mars 2023, sur cette question. La résolution 7.122, quant à elle, appelle à un moratoire sur l’exploitation minière des fonds marins, compte tenu de l’incertitude quant à son impact. À la suite de l’adoption de la résolution, l’UICN a collaboré étroitement avec l’Autorité internationale des fonds marins dans ce domaine, alors que des rapports indiquent que l’autorité commencera bientôt à délivrer des permis d’exploitation des grands fonds marins.

TiGER iMAGE Forest guard on patrol in the Kanha Tiger Reserve, Madhya Pradesh, India

 

Recette pour les résolutions

Il n’est pas toujours possible de montrer exactement comment les Résolutions de l’UICN ont été adoptées ou leur impact réel. « Mesurer l’effet des résolutions est une question difficile », explique M. Goodman. « Parfois, les preuves sont évidentes : par exemple, dans l’élaboration de la stratégie mondiale de la conservation ou dans la contribution des résolutions de l’UICN aux traités environnementaux tels que la CITES, la Convention de Ramsar et la Convention sur la diversité biologique. Mais souvent, les résolutions de l’UICN ne sont qu’un facteur parmi d’autres qui conduisent à un changement de loi ou de pratique. Dans de nombreux cas, il s’agit d’orienter le débat ou de contribuer au changement. Nous n’avons pas le monopole à ce sujet. »

Qu’est-ce qui donne à une résolution la meilleure chance d’avoir un effet réel ? Pour David Goodman, le pouvoir des résolutions réside en partie dans leur caractère opportun et dans leur élaboration collective. « Ce qui fait le succès d’une résolution, ce sont des consultations approfondies dès le départ, de sorte que les propositions qui sont présentées bénéficient d’un large soutien. Si notre rôle est en partie technique et consiste à élaborer des politiques reposant sur des bases scientifiques, nous nous concentrons surtout sur la collaboration et la recherche de consensus. Nous espérons que cela conduira à des résolutions largement représentatives, avec un large éventail de défenseurs. »

Anish Andheria souligne un autre facteur important, que la résolution ayant conduit au projet Tiger illustre très bien. « Oui, la résolution de l’UICN a permis d’attirer l’attention de la communauté internationale sur le sort du tigre. Mais nous devons également nous rappeler que l’Inde a pris cette question au sérieux. La résolution seule n’a pas suffi. L’Inde est le chef de file en matière de conservation des tigres, mais un certain nombre d’autres pays d’Asie n’ont plus de tigres. Sur les neuf sous-espèces de tigres, quatre sont aujourd’hui éteintes. Le fait que la population de tigres indiens ait augmenté témoigne du fait que l’Inde  a géré la crise différemment des autres nations ».

Les résolutions constituent l'essentiel de la politique de l'UICN.

Pour Anish Andheria, la leçon que l’on peut tirer du projet Tiger et appliquer à d’autres domaines de la conservation concerne la relation vitale entre l’homme et la nature. « Oui, le mérite en revient au lobby international, dont l’UICN, qui en est à l’origine. Le mérite en revient également au gouvernement indien, dirigé par Indira Gandhi, qui a fait preuve de volonté politique. Le fait que cette volonté soit conforme à la culture de l’Inde et du peuple indien a été un moteur en la matière. La culture du pays est empreinte d’un profond respect pour les animaux : la chasse n’était pas pratiquée par des gens ordinaires, mais par des personnes faisant le commerce des produits dérivés du tigre, ou par des personnes riches et célèbres. Le soutien populaire au projet Tiger s’est fait naturellement. L’initiative allait dans le sens de la culture et des souhaits du grand public. Il est extraordinaire qu’un pays confronté à des problèmes de développement accorde un tel espace à un carnivore sauvage. Mais le gouvernement indien n’a pas eu à menacer les gens pour qu’ils respectent les tigres.

« Le succès du projet Tiger en Inde ne se limite pas aux aires protégées. Il s’agit de communautés qui sont prêtes à coexister avec le tigre, et la tolérance à l’égard des tigres en Inde s’étend au-delà de leurs réserves protégées : tous les tigres ne se trouvent pas dans ces réserves, et les tigres sont naturellement très répandus. L’Inde nous a appris que la conservation n’est pas seulement une question d’application de la loi. Il s’agit également d’aligner les besoins de la faune et de la flore sur les besoins des personnes et de leur culture. »

Le projet Tiger en Inde

Le projet Tiger a débuté avec neuf réserves de tigres : il en existe aujourd’hui 53, qui couvrent de nombreux habitats protégés. Le nombre de tigres du Bengale en Inde est passé de 1 411 individus en 2006 (première année où les pièges photographiques ont été utilisés pour estimer les effectifs) à 3 682 lors de l’exercice All India Tiger Estimation 2022 (chiffres publiés à l’occasion du 50e anniversaire du projet). En effet, le tigre est devenu une sorte de symbole, non seulement de l’Inde, mais aussi des efforts de conservation dans leur ensemble.

Participez à l’élaboration des futures résolutions

En tant que Membre de l’UICN, vous pouvez participer à l’élaboration des futures résolutions. La meilleure façon de s’impliquer est de participer au processus des motions, qui sera lancé l’année prochaine pour le Congrès 2025 de l’UICN. Il y a plusieurs façons de participer : vous pouvez soumettre une motion, en coparrainer une, participer au débat ou voter. La première étape consistera en une série de forums régionaux sur la conservation (voir page suivante), au cours desquels les Membres discuteront des priorités régionales qui pourraient faire l’objet d’une proposition de résolution.

Vous pouvez trouver des informations sur les résolutions actives et archivées de l’UICN, ainsi que des rapports sur leur mise en œuvre, à l’adresse suivante
portals.iucn.org/library/resrec/search

Members Mag Resolution 7.122 called for a moratorium on seabed mining

 

En tant que plus grand réseau environnemental au monde, de nombreuses autres parties de l’UICN travaillent également à la conservation du tigre. Parmi ces derniers, on peut citer :
• Le groupe « Save our Species » de l’UICN 
 iucnsos.org
• Groupe de spécialistes des Félins de la Commission de la sauvegarde des espèces de l’UICN catsg.org