Les tortues fluviales font leur grand retour en Asie

Rick Hudson, président de la Turtle Survival Alliance (TSA), a communiqué les dernières nouvelles à SOS à travers une brève revue des nidifications réussies au Bangladesh pour plusieurs espèces de tortues fluviales du genre batagur. L’avenir pour la batagur baska, une tortue multicolore et de nature charmante, ainsi que pour les espèces de la même famille, semble plus prometteur.

 

Batagur baska adulte

Aujourd’hui le 23 mai, nous célébrons la Journée internationale de la tortue : les amateurs de tortues, où qu’ils soient, se fascineront pour les magnifiques photos de tortues marines, les partageant sur les média sociaux et apportant leur soutien à ces reptiles, qui comptent parmi les plus emblématiques. Mais n’oublions pas les tortues confrontées aux mêmes menaces et pourtant moins connues que sont les tortues fluviales d’Asie du genre batagur, qui font leur grand retour grâce aux initiatives de la TSA qui bénéficie d’une subvention de SOS et est membre de l’UICN.

La saison de nidification touche à sa fin pour les tortues fluviales du genre batagur à travers l’Asie, où cinq des six espèces connues luttent pour leur survie. Toutes les espèces ont subi une réduction massive de leurs populations, et des programmes intensifs de rétablissement sont maintenant nécessaires pour assurer leur survie. Par contre, pour l’une des tortues comptant parmi les plus rares au monde, la tortue fluviale des Sundarbans (Batagur baska), l’année est à nouveau bonne. Grâce à la réussite d’un programme de conservation binational, la hausse rapide des populations dans les centres de reproduction et d’élevage en captivité, en Inde et au Bangladesh, indique clairement que cette tortue rare pourrait bel et bien être sur la voie du rétablissement.

Depuis le centre du parc national Bhawal près de Dhaka au Bangladesh, le directeur du centre, A.G.J. Morshed, indique que la première femelle batagur baska a fait son nid le 20 avril, pondant 15 œufs. Le deuxième nid, contenant 21 œufs, a été trouvé le lendemain et, au 1er avril 2014, cinq des six femelles avaient fait leur nid, pondant au total 101 œufs, dont 89 ont été placés en incubation. Certains œufs ont été cassés au cours de la nichée et un nid a été partiellement attaqué par un varan. Plus récemment encore, la sixième femelle est sortie sur la berge pour explorer les environs et l’on s’attendait à ce qu’elle fasse son nid peu après. Tous les autres nids ont été déplacés dans une aire protégée, encagée sur la plage, pour l’incubation des œufs. Les températures sont surveillées de près dans le but de produire plus de femelles.

« Il s’agit d’un programme de gestion collaborative entre la Turtle Survival Alliance (TSA), le zoo de Vienne et l’UICN. Des accomplissements majeurs ont été réalisés en 2013 et 2014, grâce à l’important soutien de SOS - Save Our Species » a commenté Rick. En Inde comme au Bangladesh, des améliorations ont été apportées aux centres de reproduction et d’élevage et davantage de recherches pour localiser les populations nicheuses sauvages ont été entreprises. La subvention de SOS octroyée à la TSA soutient les programmes de rétablissement des populations de trois espèces de batagurs – au Cambodge, en Inde et au Bangladesh.

Finançant un total de quatre projets de conversation des tortues à travers l’Asie et l’Afrique, SOS est fière de faire part des accomplissements et des progrès réalisés en matière de protection de nombreuses espèces de tortues dans le monde. Aujourd’hui, nous célébrons la Journée internationale de la tortue, et les informations sur les progrès accomplis pour les tortues fluviales batagur d’Asie, qui sont moins connues, mais tout aussi remarquables, sont encourageantes, car elles démontrent que lorsque nous unissons nos ressources et nos efforts, il est possible de parvenir rapidement à des résultats remarquables dans la conservation des espèces sauvages.

 

Work area: 
Members
Red List
Marine threatened species
Reptiles
Location: 
Bangladesh
Cambodia
India
Go to top