Un investissement dans le logiciel SMART pour combattre les délits contre les espèces sauvages

« Innovations perturbatrices » n’est pas une expression que nous associons généralement à l’application de la loi sur la faune. Depuis plusieurs décennies, les opérations de lutte contre le braconnage se sont déroulées comme des parties de cache-cache très risquées entre les braconniers et les gardiens. Toutefois, SOS – Save Our Species (Sauvons nos espèces) – un fonds de conservation des espèces fondé par le Fonds pour l’environnement mondial, le Groupe de la Banque mondiale, et l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), aide à remodeler l’application de la loi sur la faune pour l’adapter au 21e siècle.

 

Patrouilles dans le Nam Et-Phou Louey National Protected Area, Laos

En 2011, SOS a soutenu le déploiement d’un outil innovant, appelé SMART, ou Spatial Monitoring and Reporting Tool (outil de surveillance spatiale et de rapports - www.smartconservationsoftware.org), qui a été développé pour donner aux directeurs et au personnel de première ligne des parcs d’espèces sauvages un avantage dans le combat des délits contre les espèces sauvages. Ce logiciel libre a été créé en vue de renforcer l’efficacité des patrouilles anti-braconnage, à l’aide de données pour identifier les points chauds de braconnage potentiel, améliorer les mesures d’intervention et mesurer l’impact des initiatives de lutte contre le braconnage. Le logiciel et les éléments de formation ont été développés par des organisations internationales de conservation, en collaboration étroite avec les autorités responsables de l’application de la loi sur la faune. Ils sont de plus en plus adoptés pour combattre les délits contre les espèces sauvages à travers le monde.

SOS a été l’un des investisseurs pionniers dans le logiciel SMART et a soutenu sa mise en application dans plusieurs sites en Asie pour améliorer l’efficacité de la protection des tigres. Le projet SMART Tiger Project de SOS a contribué à la dispense de formations au logiciel SMART pour lutter contre le braconnage des tigres et de leurs proies. Au total, 44 sites s’étendant sur neuf États composant l’aire de répartition du tigre ont bénéficié de ce projet de SOS. L’engagement des gouvernements nationaux en faveur du projet SMART se traduit par un renforcement des mesures de protection pour 80 pour cent de la population reproductrice actuelle de tigres sauvages dans la région.

L’utilisation du logiciel SMART dans les États où s’étend l’aire de répartition du tigre est déjà en train de renforcer l’efficacité des patrouilles. Les autorités de la province du Jilin en Chine ont arrêté cinq braconniers en décembre 2013, en grande partie grâce à l’approche de SMART en matière de patrouilles. Il s’agit de l’arrestation la plus importante effectuée dans la province pour des délits contre des espèces sauvages. Les avis sur les ateliers de formation indiquent que le personnel de première ligne considère SMART comme une application plus conviviale que d’autres outils logiciels comparables. L’approche de SMART s’intègre également bien dans les programmes d’incitation liés au rendement s’adressant aux patrouilles de protection de la vie sauvage, comme celui qui a été introduit au Laos en avril 2012. Lentement mais sûrement, l’écart technique entre ceux qui enfreignent la loi sur la faune et ceux qui sont chargés de la faire appliquer se rétrécit.

Au vu du potentiel d’expansion de SMART, le soutenir dès ses débuts a été un choix judicieux pour SOS. Toutefois, l’impact de SMART sur SOS ne se limite pas à la protection des tigres. Il est maintenant utilisé pour protéger d’autres espèces menacées, comme le dauphin de l’Irrawaddy et le saola, qui bénéficient également du soutien de SOS. Au total, pas moins de 15 bénéficiaires de subventions provenant de SOS tirent avantage du logiciel SMART.

Jean-Christophe Vié, directeur de SOS, affirme que SMART offre un bon retour sur investissement. « SMART est un projet spécial sélectionné par le Conseil des donateurs de SOS, qui a pensé qu’il était vital de donner plus de moyens à ceux qui préservent activement la biodiversité sur le terrain si nous voulons améliorer les perspectives de survie à long terme des espèces menacées. En outre, il illustre parfaitement notre collaboration au sein des organisations de conservation, une démarche que SOS tente de favoriser ».

De son côté, SMART a grandement bénéficié de l’implication de SOS. « Le soutien de SOS nous a permis de tirer profit d’une adoption plus généralisée dans la région et à l’échelle internationale. Ceci a considérablement amélioré le développement du logiciel SMART à travers les nombreux avis des utilisateurs dégagés des essais sur le terrain », reconnaît Emma Stokes, conseillère régionale pour le bénéficiaire de subvention Wildlife Conservation Society (Société pour la conservation de la vie sauvage - WCS) de SOS. SMART est maintenant présenté à travers le monde dans plus de 100 sites, couvrant l’Asie, l’Afrique et l’Amérique latine, et ce nombre continue de croître.

Le partenariat SMART vient de lancer une nouvelle version du logiciel, SMART 2.0, qui offre des fonctionnalités considérablement enrichies pour la collecte de données mobiles par l’intermédiaire d’appareils portatifs. Ceci permettra d’améliorer la vitesse de transmission des données entre le terrain et la direction et réduira les délais d’intervention en cas de menaces urgentes. SMART envisage également d’étendre ses activités dans la surveillance de la biodiversité et, par la suite, de devenir une plate-forme internationale pour améliorer les pratiques de suivi et de gestion adaptative de l’application de la loi dans les aires protégées. SOS est fière d’avoir joué un rôle majeur dans le développement de la nouvelle génération d’outils de surveillance de l’application de la loi sur la faune.

 

Work area: 
Members
Red List
Mammals
Saola
Location: 
Asia
China
Lao PDR
Go to top