Accord de principe sur l’avenir de la mer d’Alboran

19 April 2009 | International news release

La 2ème Rencontre Internationale sur la conservation et le développement durable de la mer d’Alboran, tenue à Oujda (Maroc) du 16 au 18 Avril 2009, s’est terminée par la « Déclaration d’Oujda sur la conservation et le développement durable de la mer d’Alboran », document qui permettra d’élaborer une stratégie pour réaliser des actions pilotes au cours des années prochaines.    

Oujda, Maroc, le 19 d’Avril 2009. Cette rencontre organisée conjointement par l’UICN et l’Institut National de Recherche Halieutique (INRH, Maroc), avec le soutien du Département de l’Environnement et de l’Aménagement du Territoire du Conseil général de Malaga et l’Agence de l’Oriental de Maroc, a réuni plus de 200 experts et représentants des diverses institutions et ONG d’Espagne, Maroc et Algérie pendant 3 jours.Durant cette réunion, ils ont discuté tous les aspects nécessaires pour renforcer le mouvement qui a été créé en 2007 pendant la 1ère Rencontre de la mer d'Alboran à Malaga. Pour conclure, ils ont convenu d’élaborer un Plan d’Action pour la zone d'Alboran sur la base de la « Déclaration d’OUJDA sur la conservation et le développement durable de la mer d’Alboran ».

Entre autres, cette déclaration reconnaît le rôle moteur de la mer d’Alboran pour l’ensemble de la Méditerranée, la grande diversité et richesse biologique de la région, sa vulnérabilité, l’importance sociale et économique des activités qui se déroulent sur ses côtes, ainsi que les différences culturelles, sociales et politiques. Par ailleurs, elle souligne la nécessité d’assurer le développement durable à travers la conception de projets de développement respectueux de l’environnement et la conservation des ressources et de la biodiversité.

L’ensemble ces éléments constituant des opportunités exceptionnelles pour le développement de projets appropriés et novateurs dans la région d’Alboran. Le document considère aussi l’importance de l’éducation et de la sensibilisation sur les questions de conservation. De plus, il souligne la nécessité de prendre en considération des conventions et réglementations internationales, régionales et sous-régionales pertinentes relatives à la région d’Alboran. La déclaration se termine avec une série de recommandations, dont les suivantes : la mise en place d’un système d’échange et de centralisation d’informations, incluant l’ensemble des indicateurs pertinents sur l’utilisation du milieu marin et côtier, avec une nouvelle approche basée sur l’écosystème ; le renforcement des aires protégées existantes et la création de nouvelles aires protégées ; la promotion de la coopération algéro-hispano-marocaine, notamment par la mise en œuvre de groupes de travail multidisciplinaires sur les usages, les ressources, l’environnement ; et, l’analyse comparative de la législation existante relative à la conservation et au développement durable de la région d’Alboran. Les recommandations comportent aussi la création d’un pôle de compétences et de recherche sur la biodiversité marine autour de projets de nouvelle génération axés sur la conservation, l’éducation et la sensibilisation, et la mise en place du « Réseau Alboran Développement durable » pouvant alimenter un système de veille permanent sous la forme d’un Observatoire de la conservation et du développement durable de l’Alboran.

Pendant la rencontre, outre les sessions plénières, trois ateliers ont été organisés simultanément sur les thématiques suivantes : l’exploitation du sable et la gestion intégrée de la zone côtière (GIZC) ; l’interaction entre les activités humaines et les oiseaux, les tortues et les mammifères marins ; et, les aires marines protégées et la biodiversité. Les actions spécifiques à développer au cours des trois années prochaines ont été discutées et présentées en plénière pour adoption lors de ces ateliers. Diverses institutions et NGO espagnoles étaient présentes, dont : le Ministère de l’Environnement et du Milieu rural et marin d’Espagne, le Gouvernement Régional de l’Andalousie, le Conseil général de Malaga, la Municipalité et l’Université de Malaga, AECID, la Fondation Biodiversité (Fundación Biodiversidad), Ecologistes en action (Ecologistas en Acción), la chaire de l'Environnement d’UNESCO, ‘Aula del Mar’ de Malaga, Oceana, et l’Institut Espagnole d’Océanographie.

Cette « 2ème Rencontre Internationale sur la conservation et le développement durable de la mer d’Alboran » a aidé à renforcer le processus d'échange d’informations entre tous les acteurs et les groupes d’intérêt de la région, à approfondir les problèmes et à rechercher des solutions au niveau régional, et à identifier les priorités afin d'améliorer la gestion et la gouvernance de la région d’Alboran.

 

 


Mediterranean landscape