Sensibilisation au Ghana et Cote d’Ivoire pour l’appropriation des lignes directrices de la CEDEAO pour le développement d’infrastructures hydrauliques

En décembre 2011, la CEDEAO a validé les lignes directrices sur les grandes infrastructures hydrauliques en Afrique de l’Ouest. En attendant l’adoption d’une Directive Cadre qui en découlera, et pour en favoriser l’application sur le terrain dès à présent, le Centre de Coordination des Ressources en Eau (CCRE) de la CEDEAO et l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) ont organisé deux ateliers au Ghana et Cote d’Ivoire pour la promotion de bonnes pratiques pour l’appropriation de ces lignes directrices par les acteurs nationaux.

Photo de groupe des participants à l'atelier national de dissémination et d’appropriation des lignes directrices en Côte d'Ivoire

La réalisation de barrages a été l’une des principales options de maîtrise de l’eau dans divers pays de l’Afrique de l’ouest au cours de ces cinquante dernières années. Si plusieurs de ces ouvrages apportent des bénéfices importants et sont susceptibles d’en fournir plus encore dans l’avenir, en particulier en matière d’approvisionnement en eau des populations urbaines et rurales, d’agriculture et d’énergie, de nombreuses infrastructures hydrauliques ont engendré et engendrent toujours des impacts négatifs multiples et variés qui peuvent s’exprimer très loin de leur point d’origine.

C’est pourquoi, afin de minimiser ces impacts négatifs, d’optimiser les impacts positifs et d’encadrer au mieux la réalisation des infrastructures hydrauliques en Afrique de l’Ouest, la CEDEAO à travers son Centre de Coordination des Ressources en Eau (CCRE), a lancé fin 2008 une concertation régionale sur les grands projets d’infrastructures hydrauliques dans l’espace communautaire. Cette concertation a permis de valider en décembre 2011 les lignes directrices sur les grandes infrastructures hydrauliques en Afrique de l’Ouest, obtenues suite au travail d’un panel d’experts indépendants et à des ateliers de concertation dans les bassins et au niveau de la région avec les États, les organismes de bassin et la société civile. Ces lignes directrices sont composées de 6 axes, 25 recommandations et 77 mesures, présentées sous forme de principes.

Afin de contribuer à la promotion de bonnes pratiques au niveau national et transfrontalier en matière de construction et de gestion de grandes infrastructures hydrauliques, à travers l’engagement des acteurs concernés, l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) dans le cadre du « Partenariat pour la gouvernance environnementale en Afrique de l’Ouest – PAGE » et le CCRE de la CEDEAO, avec le soutien financier de l’ASDI, ont organisé des ateliers nationaux du Ghana et de la Côte d’Ivoire.

La rencontre au Ghana
La rencontre du Ghana a été organisée en collaboration avec le Ministère des ressources en eau, des travaux publics et de l’habitat (MWRWH) et a eu lieu à Accra les 28 et 29 septembre 2015.

Elle a réuni de participants représentant des locales, l’État et les collectivités locales, les organisations de la société civile, la coordination nationale du processus GIRE, des projets et programmes, les médias, les partenaires techniques et financiers (PTF),  les centres de recherche / universités, les organismes de bassin.

Au cours de son discours d’ouverture le Dr Kwaku Agyeman Manu, Ministre des ressources en eau, des travaux publics et de l’habitat, a déclaré que "les gouvernements du Ghana et du Togo ont entrepris des efforts bilatéraux pour le possible développement conjoint d'un barrage sur le fleuve Oti qui bénéficiera aux deux pays". Il a dit aussi que "le gouvernement est en train de tout mettre en œuvre pour la création d'une unité de la sécurité des barrages nationaux et l'adoption d'un instrument législatif pour la sécurité des barrages dans le pays".

La rencontre en Côte d’Ivoire
L’atelier national de dissémination et d’appropriation des lignes directrices de la CEDEAO pour le développement d’infrastructures hydrauliques a eu lieu à Abidjan les 01 et les 02 octobre 2015.

Les différentes catégories d’acteurs étaient représentées et ont également souligné l’importance de l’opérationnalisation des lignes directrices dans la mise en œuvre des projets afin d’accompagner au mieux les populations affectées par les projets dans les phases de compensation, déplacement, réinstallation et développement local.

Selon le Colonel Soro Doplé, directeur de cabinet du ministre des Eaux et Forêt, "cet atelier national s'inscrit dans un contexte favorable au débat sur les questions de bonne gouvernance de l'eau et d'application de la Gestion intégrée des ressources en eau (Gire)". Avant de plaider pour une gestion écologiquement durable et socialement équitable dans un contexte de changement climatique.
 

Work area: 
Water
Wetlands
Environmental Governance
Location: 
West and Central Africa
Ghana
West and Central Africa
West and Central Africa
Go to top