Le BIOPAMA fait passer le message sur l’information liée à la biodiversité pour favoriser le développement durable

Une importante conférence africaine sur l’information liée à la biodiversité pour favoriser le développement durable a récemment souligné des messages-clés pour les observatoires des aires protégées en Afrique orientale et australe : mobiliser des données plus pertinentes pour les décideurs politiques ; avoir une visibilité totale de la chaîne de valeur de la biodiversité ; adopter une approche inclusive avec les autres secteurs qui ait un impact sur la biodiversité ; et encourager les collaborations pour maximiser les ressources disponibles.

Andrew Cottam (JRC, BIOPAMA) presenting at the "Africa Rising Mobilising Biodiversity Data for Sustainable Development" Conference 2015

Le Programme pour la biodiversité et la gestion des aires protégées (BIOPAMA) a participé à la Conférence Afrique : mobiliser les données sur la biodiversité pour un développement durable, du 19 au 22 mai 2015. Plus de 100 délégués provenant d’organismes nationaux, d’organisations internationales et d’institutions de recherche, et représentant des gestionnaires de données, des scientifiques, des chercheurs et des décideurs politiques d’Afrique et d’ailleurs, ainsi que des représentants de la société civile, d’organisations internationales, d’organismes des Nations Unies et de fondations privées, se sont réunis dans la ville du Cap, Afrique du Sud, pour participer à cette conférence. Le BIOPAMA était représenté par son Conseiller technique pour l’Afrique orientale et australe, Selwyn Willoughby (UICN) et Andrew Cottam, du Centre commun de recherche de la Commission européenne (CCR-CE).

Mis en avant dans plusieurs sessions, le BIOPAMA a présenté les enseignements tirés en ce qui concerne le partage d’informations et la gestion efficace des systèmes d’informations, ainsi que ses ressources et ses outils pour mobiliser les données liées à la biodiversité. Le Système régional d’informations de référence, développé par l’UICN et le Centre commun de recherche de la CE dans le cadre du BIOPAMA, est une ressource régionale significative dotée d’une plateforme, de contenu et de réseaux existants, qui soutient la création de réseaux efficaces et la collecte de données liées à la biodiversité en Afrique. Les autres ressources du BIOPAMA comme la formation et les campagnes de sensibilisation, le soutien institutionnel et le soutien opérationnel, ont également été présentés lors de cet événement.

À cette occasion, l’Union européenne et le Système mondial d'information sur la biodiversité (GBIF) ont lancé un projet de 3,9 millions d’euros courant sur quatre ans, destiné à accroître la quantité d’informations sur la biodiversité disponibles pour les pays en développement et intitulé L’information sur la biodiversité pour le développement (BID), axé sur l’accroissement des capacités et la mobilisation des données des pays d’Afrique, Caraïbes et Pacifique.

Le contenu et la portée géographique du projet L’information sur la biodiversité pour le développement vont dans le sens de l’investissement du BIOPAMA. Les données mobilisées par le biais de ce projet sont rendues disponibles par les Observatoires régionaux, et les besoins spécifiques en données identifiés dans le cadre du BIOPAMA pourront être obtenus par des financements du projet BID. En outre, ce projet souligne le besoin de mettre en place une collaboration étroite entre les initiatives, afin de garantir que l’investissement BIOPAMA dans les infrastructures et le renforcement des capacités est suffisamment exploité pour lancer les projets liés à l’Information sur la biodiversité pour le développement (BID).

Cet événement a coïncidé avec la Journée internationale de la biodiversité (22 mai), et a abouti à la Déclaration relative à l’information sur la biodiversité pour un développement durable en Afrique, une déclaration commune d’intention publiée par les participants à la Conférence.

La Conférence sur l’Afrique a délivré quatre message-clés, pertinents dans le cadre du BIOPAMA. Ainsi, il est indispensable de :
1.    Avoir une visibilité complète sur la chaîne de valeur de la biodiversité, depuis la collecte jusqu’à l’utilisation, pour obtenir les changements désirés ;
2.    Mobiliser davantage de données pertinentes pour les processus décisionnels et l’élaboration de politiques ;
3.    Être inclusif, en travaillant avec tous les secteurs ayant un impact sur la biodiversité ; et
4.    Travailler en collaboration étroite pour maximiser nos ressources disponibles.

La Conférence sur l’Afrique était organisée et hébergée par l’Institut national sur la biodiversité d’Afrique australe (SANBI), avec le soutien du Système mondial d'information sur la biodiversité (GBIF), la Fondation sur la biodiversité JRS, le Programme de l’USAID sur la résilience dans le bassin de Limpopo (RESILIM), et le Centre mondial de suivi de la conservation (CMSC) du PNUE.

Work area: 
Protected Areas
Location: 
East and Southern Africa
West and Central Africa
Go to top