Réserve marine de Hol Chan, Belize

S’étirant au nord à la frontière mexicaine et au sud à la frontière guatémaltèque, le Réseau de réserves du récif de la barrière du Belize est considéré comme la plus longue barrière de récif de l’hémisphère nord, et la deuxième plus grande au monde.
 

Hol Chan Marine Reserve, Belize

Informations de référence

Classé sur la Liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1996, il héberge plus de 500 espèces de poissons, et probablement la plus grande population au monde de lamantins des Caraïbes.
La réserve marine de Hol Chan fait partie de cette barrière de récif, et a été créée en 1987 pour protéger la vie marine colorée qui attire plus de 60 000 visiteurs chaque année.

La plus grande ville de la région, San Pedro – immortalisée par Madonna dans l’une de ses chansons dans les années 1980 – dépendait traditionnellement de la pêche. Cependant, à partir de la fin des années 1970, les stocks de poissons commercialement intéressants ont commencé à décliner. Parallèlement, les touristes se mettent à arriver en masse. Les pêcheurs se transforment en guides touristiques pour gagner leur vie.

Au début des années 1980, le conflit est déclaré entre les pêcheurs et l’industrie du tourisme. Les guides touristiques proposent de bannir la pêche commerciale et de protéger le statut du récif en face de la ville de San Pedro. La réserve marine était née.

Images du site

Hol Chan Marine Reserve, Belize from IUCNGPAP  

Taille et localisation

La réserve marine de Hol Chan est située tout au nord de la barrière de récif du Belize, après la petite île d’Ambergris Caye, à côté de l’état mexicain de Quintana Roo. À l’origine, la réserve faisait 18 km2, puis a été agrandie en 2008. Elle fait aujourd’hui 55,3 km2. Elle commence à environ 6,4 kms au sud-est de San Pedro et s’étire jusqu’à la pointe sud d’Ambergris Caye. La réserve cherche surtout à protéger les récifs coralliens, les prairies sous-marines, et la faune et la flore sous-marines. Elle ne comprend pas de zone de plage ou terrestre, à part les écosystèmes de zones humides et les mangroves.

La réserve marine de Hol Chan est divisée en quatre zones de gestion : barrière de corail, prairies sous-marines, mangrove et Shark Ray Alley – chacune possédant ses propres objectifs de gestion et ses réglementations, y compris des zones où la pêche est strictement interdite.

Bien qu’il ne fasse techniquement pas partie de la réserve marine de Hol Chan, le Parc national de Bacalar Chico et sa réserve marine, situé à la pointe nord d’Ambergris Caye, est souvent considéré comme la partie terrestre de la réserve. Ce Parc a été créé en 1996 et n’est séparé du Mexique que par un étroit canal – le canal de Chico Bacalar, creusé par les Mayas il y a environ 1500 ans. Cette aire protégée, qui était autrefois un important comptoir commercial pour les Mayas, abrite de la forêt littoral, des jaguars et des pumas.

La faune et la flore

La flore marine de la réserve marine de Hol Chan est constituée essentiellement d’algues sous-marines (Thalassia testidinum), de mangroves rouges (Rhizophora mangle), de mangroves noires (Avicennia germinans) et de mangroves blanches (Laguncularia racemosa).

Sa faune marine inclut le lamantin des Caraïbes (menacé) et plusieurs espèces de tortues menacées comme la tortue imbriquée (à écailles), la tortue caouane et la tortue verte. Parmi la faune ayant une valeur commerciale, citons plusieurs espèces de poissons, le strombe géant et la langouste.

Défis

En 2009, le réseau de réserves du récif de la barrière du Belize a été ajouté à la catégorie En danger de la Liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO, du fait de la destruction des mangroves et du développement excessif de cette zone.

La réserve marine de Hol Chan est régulièrement menacée par des projets de construction de grands complexes dans la zone. En 2007 par exemple, le gouvernement du Belize a essayé de vendre Cangrejo Caye – situé juste à côté de la réserve de Hol Chan – pour en faire un méga-complexe. Ces tentatives controversées sont arrêtées par les locaux à chaque fois, qui s’y opposent car ils ont conscience de leur dépendance vis-à-vis des récifs coralliens et des habitats fragiles qui soutiennent cette vie marine menacée. Les zones humides de la réserve sont cruciales pour la survie du lamantin des Caraïbes, qui se nourrit des herbes sous-marines qui poussent dans cette zone ; et ses récifs coralliens sont extrêmement liés à la survie de leurs principaux habitants, comme les trois espèces de tortue de mer menacées.

Pour empêcher les conséquences potentiellement désastreuses de tels projets de développement, les populations locales ont créé plusieurs organisations puissantes, notamment Green Reef, l’Association des guides touristiques de San Pedro, et les Citoyens d’Ambergris pour un développement durable.

Par le biais de l’application des réglementations et d’une bonne surveillance, de campagnes éducatives auprès des communautés, d’activités de recherche et de suivi, et de programmes de gestion environnementale, le personnel de la réserve marine de Hol Chan et les organisations environnementales locales et internationales sont en mesure de gérer efficacement les problématiques liées à la croissance du tourisme.

Work area: 
Protected Areas
Protected Areas
Protected Areas
Location: 
Mesoamerica
Caribbean
Mesoamerica
Go to top