Des communautés au Ghana se portent au secours de leurs forêts pluviales

Le mois dernier, trente-six membres de communautés locales ont achevé une formation intense et ont rejoint les Équipes communautaires de patrouillage des forêts chargées de patrouiller la forêt pluviale de Kwabre, dans l'Ouest du Ghana, explique David Osei, Coordinateur de terrain de l'organisation WAPCA (West African Primate Conversation Action), un bénéficiaire de subventions SOS.

 

The scenic view of Kwabre Rainforest, Western Ghana

Au cours des 50 dernières années, le Ghana a perdu plus de 90 % de ses forêts pluviales primaires en raison d'activités agricoles extensives associées au caoutchouc, à l'huile de palme et au cacao, ainsi que par suite d'activités excessives d'exploitation du bois et d'extraction minière. C'est dire que la population unique des primates du Ghana est obligée de vivre dans des aires toujours plus restreintes, à quoi s'ajoute la chasse à la viande de brousse qui constant alarmant décime cette population.

SOS a financé le projet de création d'une forêt sous gestion communautaire dans le but de protéger les primates les plus menacés de l'Afrique de l'Ouest. D'une superficie de 2 500 hectares, la forêt pluviale communautaire de Kwabre est en train d'être convertie en un programme CREMA (Community Resource Management Area Aire fédérée de gestion communautaire des ressources). L'élément crucial de ce projet est la formation des membres des communautés concernées pour créer des équipes communautaires de patrouillage forestière chargées de combattre les activités illégales dans leur forêt pluviale et de planter des semis dans des zones dégradées par l'exploitation illégale du bois.

C'est avec beaucoup d’enthousiasme que les membres des communautés des villages d'Abutu, Allowuley, Anwiafutu, Elokobabo, Kwabre, Mansah Nkwanta, Mediewie, Medina, Nawule, Nzalenu, Ellenda et Takinta ont suivi leur formation de patrouilleurs, explique David Osei. 

Ce cours de trois jours comportait deux volets : connaissance technique et formation pratique. Les participants y ont appris les techniques d'identification des primates, les lois relatives à la protection de la faune et de la flore sauvages, et les méthodes de détection d'activités illégales. Au cours de leur formation pratique, ils ont appris à maîtriser l'usage du compas, le GPS, l'enregistrement de données, l'identification visuelle et auditive des primates sur le terrain, l'identification d'activités illégales sur le terrain, et les méthodes physiques d'arrestation sans danger des contrevenants.

Aujourd’hui, 12 équipes communautaires de patrouillage des forêts se déploient chacune trois fois par semaine, recueillant des données sur toutes les activités illégales et sur l’observation de la faune sauvage dans leur secteur désigné de la forêt Kwabre. Ces équipes sont en communication régulière avec la Wildlife Division de la Ghana Forestry Commission dont elles relèvent, garantissant ainsi une collaboration à la fois constructive et efficace, souligne David Osei.

Ce projet a déjà produit des résultats tangibles, ajoute-t-il. Les individus appréhendés en flagrant délit d'activité forestière illégale sont frappés d'une amende, et leur équipement et leur bois sont confisqués. Les fonds ainsi dégagés sont mis en lieu sûr puis versés au programme CREMA pour soutenir ses opérations et ses initiatives de développement communautaire.

Cela donne un message très clair à ceux qui se livrent à des activités illégales : pénétrer dans une forêt pluviale sans un permis entraîne des sanctions financières.

David Osei précise aussi : « Vingt jours par mois, je travaille de près avec les patrouilles et les communautés pour veiller à la continuité du patrouillage et atténuer tout problème qui surgirait. Aux côtés de la Wildlife Division de la Ghana Forestry Commission et des équipes de patrouilleurs, nous passons beaucoup de temps au sein des communautés à discuter et examiner les problèmes et les questions qui les concernent. Nous les instruisons sur l'importance de la préservation des forêts et des primates qui y habitent. C'est un processus de longue haleine mais nous constatons déjà des effets positifs car ces communautés en viennent à assumer la responsabilité de leur richesse naturelle. »

 

Work area: 
Forests
Species
Red List
Forests
Livelihoods
Locally Controlled Forests
Location: 
West and Central Africa
Ghana
Go to top