Le projet Bridge AFRICA à l’œuvre pour la ratification de la charte de l’eau du Bassin du Lac Tchad

L’UICN, dans le cadre du projet Bridge Africa, a effectué une mission de sensibilisation des décideurs des États membres de la Commission du Bassin du Lac Tchad (CBLT) pour la ratification de la Charte de l'Eau du Bassin du Lac Tchad.

Lac Tchad Map

Le Secrétariat Exécutif de la Commission du Bassin du Lac Tchad (SE/CBLT), le Comité Parlementaire Régional de la CBLT (CPR/CBLT) et l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), avec l’appui du projet « Bridge Africa » ont effectuée une mission d’information et sensibilisation sur l’état du processus de ratification au sein des Institutions du Nigeria et du Cameroun pour apprécier les efforts accomplis dans la ratification de la charte.

Cette mission a permis de susciter la pleine adhésion à la Charte de ces deux états membres de la CBLT et leur engagement à faciliter sa ratification et sa mise en œuvre.

En avril 2012, la Charte de l'Eau du Bassin du Lac Tchad a été signée par les chefs d'États et de Gouvernements des six pays membres de la CBLT, à savoir, le Cameroun, le Niger, le Tchad, le Nigeria, la RCA et la Lybie. Depuis lors, le Niger et le Tchad ont ratifié la Charte. Le Parlement camerounais a très récemment approuvé la ratification, dans l'attente de la promulgation par le Président de la République.

La ratification du Cameroun et Nigeria permettrait la mise en œuvre de la charte qui nécessite pour son entrée en vigueur qu’elle soit ratifiée par les 2/3 des États membres.

Le Bassin du Lac Tchad

Le Bassin du Lac Tchad est considéré comme le plus grand bassin continental versant en Afrique et est confronté aujourd’hui à de multiples défis. La surface du Lac Tchad s’est rétrécie durant ces cinquante années en passant de 25 000 à moins de 5000 km2. Son bassin hydrographique qui s’étend sur 2 355 000 km2, occupe prés de 8 % de la superficie du continent et couvre plusieurs pays : l’Algérie, le Cameroun, la République Centrafricaine (RCA), le Tchad, la Libye, le Niger, le Nigeria, le Soudan. Quant au bassin conventionnel (hydrologiquement actif), qui est sous la juridiction de la Commission du Bassin du Lac Tchad (CBLT), il ne compte que 966 955 km2. Le Lac est essentiellement approvisionné par le Fleuve Chari-Logone (600 000 km2) et bénéficie d’un apport du Fleuve Komadougou (120 000 km2).

La Charte de l'eau du Bassin du Lac Tchad

Le principal défi du Bassin du Lac Tchad est de contribuer à l’amélioration du cadre et de la qualité de vie des populations autour du Lac en luttant notamment contre son assèchement. C’est dans ce cadre que différentes initiatives ont été prises, dont le dernier est l’adoption, par le 14 ème Sommet des chefs d’État et de Gouvernement des États membres de la CBLT, tenu le 30 avril 2012 à N’Djamena, de la Charte de l’eau du Bassin du Lac Tchad. Ce sommet, a dans sa décision pour l’adoption de la Charte, demandé aux différents parlements des états membres à procéder à la ratification de cette charte selon les lois et règlements de chaque pays.

La Charte de l’eau vient ainsi compléter un édifice dont les jalons étaient posés par différents textes : la Convention de Fort-Lamy du 22 mai 1964 portant création de la CBLT ; les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) auxquels les État membres ont adhéré ; la réforme institutionnelle de 2010 et les trois instruments opérationnels de mise en œuvre, à savoir, le Plan d’Action Stratégique (1998) et la Vision 2025 (2000) ,le Programme d’Action Stratégique (2008) ; la Convention sur les cours d’eau des Nations Unies (New York, 1997).

Pour plus d’informations, veuillez contacter : [email protected] / [email protected]

Work area: 
Water
Wetlands
Location: 
West and Central Africa
Cameroun
Nigéria
West and Central Africa
Niger
Go to top