RDC : des parties prenantes mobilisées pour la conservation du Parc Marins des Mangroves

Dans le souci d’inverser la tendance à la dégradation du Parc Marin de Mangroves (PMM) en République Démocratique du Congo (RDC), l’UICN en partenariat avec la FAO, l’ICCN, et les ONG locales a organisé le 30 septembre dernier l’atelier de mobilisation des parties prenantes pour la gestion participative de ce parc.

Participants à l'atelier de mobilisation des parties prenantes sur la gestion participative du Parc Marin des mangroves

Cet atelier s’inscrivait dans le cadre du démarrage effectif des activités du projet d’Appui à la gestion participative du Parc Marin des Mangroves dans la province du Bas – Congo. Le but de ce projet est de contribuer à la résolution des problèmes posés dans le parc sur le plan écologique, socio – économique et de la gouvernance environnementale.

L’objectif principal poursuivit de cette activité était d’augmenter la sensibilité des parties prenantes sur la conservation du Parc Marin des Mangroves notamment (i) sur les défis liés à la protection du Parc, (ii) l’accroissement de leur niveau d’information sur le bienfondé de sa conservation, (iii) la présentation du projet aux différentes parties prenantes afin d’avoir leurs inputs sur la stratégie à développer pour atteindre les résultats du projet (iv) et enfin jeter les bases pour la mise en place d’une plateforme de concertation multi acteurs.

Il ressort des échanges et des présentations faites que les parties prenantes ont bien pris consciences des dangers qui pèsent maintenant sur la protection du Parc Marin des Mangroves. Ceci a été manifesté par le besoin exprimé par les parties prenantes d’étendre la sensibilisation au niveau des villages. Surtout ceux qui exercent une grande pression sur le Parc. Cette recommandation est une contribution importante pour lutter contre l’érosion de la biodiversité dans le Parc.

Une base nécessaire pour faciliter la mise en place de plateforme de concertation a été mise en place et les 60 participants à l’atelier ont manifesté leur désir de faire partie de ce cadre souple de discussion et de partage d’information.

A l’issue des discussions, les recommandations suivantes ont été formulées :

1) Le projet doit collaborer avec des activités initiées par d’autre parties prenantes qui contribuent à assurer la protection de la faune et de la flore en impliquant les membres des communautés locales en appliquant le modèle de Comité de Coordination du Site (COCOSI) tel qu’il se fait ailleurs.

2) La promotion de la recherche scientifique et de l’écotourisme dont les dividendes pourraient contribuer à améliorer, un tant soit peu, le niveau de vie des communautés locales.

3) Définir, de manière concertée avec les autorités du PMM, des activités alternatives pour réduire la dépendance des communautés locales aux ressources naturelles (alimentaires, énergétiques…) de leur terroir ;

4) Former et sensibiliser les communautés locales (Renforcer leurs Capacités pour leur auto prise en charge dans le respect de l’Environnement) surtout dans les zones qui exercent une forte pression sur le Parc.

[email protected] / [email protected]

Location: 
West and Central Africa
République Démocratique du Congo
Go to top