Conception et rédaction des propositions de projet 100 % « Solutions Fondées sur la Nature au Maroc et en Tunisie

Après des travaux en 2016-2017, et de nouveaux ateliers en 2018, l’UICN-Med et l’Iddri poursuivent leur travail avec les gouvernements marocain et tunisien en 2019 afin d'identifier et porter des projets de type « Solution Fondée sur la Nature » (SFN) correspondants aux contributions déterminées au niveau national (CDN) de chaque pays et semblant présenter le plus de synergies entre les objectifs climatiques (atténuation et adaptation) et ceux de la biodiversité.

atelier sfn tunis

Deux ateliers ont été organisés récemment à Rabat et à Tunis avec l’appui du Haut Commissariat aux Eaux Et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification (Maroc) et le Ministère des Affaires Locales et de l'Environnement (Tunisie) avec des représentants gouvernementaux et des Membres de l’UICN et d’autres acteurs de la société civile. Le but de ces ateliers a été de consolider deux notes conceptuelles, pour deux projets 100% SFN, afin que les deux projets puissent être inclus dans le programme national Fonds vert pour le climat, lors des prochaines réunions de l’Autorité nationale désignée courant 2019.

Les participants se sont approprié le concept et l’intérêt des solutions fondées sur la nature dans le contexte de l’application des trois conventions de Rio (changement climatique, diversité biologique et désertification). 
Le groupe marocain a identifié 5 projets potentiels, concernant des régions continentales et des contextes environnementaux, sociaux et économiques varié, à savoir :

  • Ecosystèmes des steppes / plateau oriental : régénération de sols dégradés, préservation des activités de pâturage par allégement de la pression et reconversion partielle avec activités génératrices de revenus dans les zones de pâturages steppiques de l’Est.
  • Parc National Haut-Atlas Oriental : Implication de la population locale dans la conservation et la restauration de la forêt des Cèdres.
  • Dayet Aoua : Economies d’eau agricole, captage de ressources et réutilisation des eaux de pluie dans le Dayet Aoua, en tant que projet pilote représentatif du complexe des zones humides du moyen-Atlas.
  • Sous-Bassin Versant Massa: Régénération et replantation de l’arganier, associé à un déploiement d’énergies renouvelables.
  • Région de Khénifiss: Restauration des milieux désertiques, traitement des déchets et déploiement d’énergies renouvelables.

 Les propositions de projets « Ecosystèmes des steppes / plateau oriental » et « le Parc National Haut-Atlas Oriental » ont été identifiés comme possédant le plus grand potentiel de « solutions fondées sur la nature » pour répondre aux différents objectifs du Royaume dans le domaine des trois conventions de Rio.
Quant au groupe tunisien il a identifié quatre projets potentiels, dont trois concernent des secteurs continentaux, et un quatrième dans une région côtière / marine :

  • Restauration forestière et mise en valeur de l’utilisation durable sur la chaîne de Bargou-Siliana ;
  • Agroforesterie dans le secteur de Khroumirie-Mogods ;
  • Restauration et valorisation des Paysages de pseudo-savannes de Bled Talah ;
  • Restauration et valorisation des écosystèmes littoraux et marins, Sud golfe Gabes, fixation des dunes, protection des herbiers marins et restauration de la lagune de Boughrara.

 A la fin de chaque atelier, il a été convenu que les autorités nationales, appuyées par l’UICN-Méditerranée et l’Iddri, et entourées des participants issus de l’administration et des sociétés civiles marocaine et tunisienne, initient un processus de préparation des deux projets, et cherchent pour cela l’appui d’un bailleur de fonds susceptible de financer les études préparatoires, pour constituer un ou plusieurs dossiers de financement des actions par les fonds multilatéraux (Green Climate Fund en particulier).

Pour plus d'information: Lourdes Lázaro

Go to top