Patrimoine mondial

Bibhuti Lahkar

Sanctuaire de faune de Manas, Inde

Paroles de Prabal Kumar Das

L'un des travailleurs les plus engagés dans la conservation en Inde est aussi l'un des plus discret. Travaillant au Sanctuaire de faune de Manas, à l’abri de l’exposition publique, il comprend véritablement son paysage, la faune qu'il maintient, les besoins des communautés locales, et les enjeux cruciaux qui concernent ces trois éléments. Bibhuti Lahkar a travaillé sans relâche pendant près de 20 ans pour améliorer les conditions du parc. Le résultat le plus tangible est le retrait du site de la Liste du patrimoine mondial en péril en 2011.

Le Sanctuaire de faune de Manas a été inscrit comme site naturel du Patrimoine mondial en 1985 en raison de sa biodiversité et de ses écosystèmes exceptionnels, qui fournissent un habitat essentiel pour les espèces rares et menacées, tels que le tigre, le grand rhinocéros unicorne, le cerf des marais, le sanglier nain et l’outarde du Bengale. Les perspectives de conservation du site évaluées par l’Horizon du Patrimoine mondial de l'UICN présentent une préoccupation majeure.

Bibhuti a commencé son travail sur le site en 1999 dans le cadre de son doctorat. Il s’est principalement concentré sur ​​la gestion des prairies de Manas, donnant une attention particulière au sanglier nain. En effet, cet animal en danger critique d'extinction, ne se trouve nulle part ailleurs dans le monde. Pour ce travail, il lui était nécessaire d’être proche du parc et de sillonner un paysage ravagé par les activités des groupes militants opérant alors dans la région.

Le jeune Bibhuti a du construire des liens non seulement avec le personnel forestier de Manas mais aussi avec les résidents locaux, méfiants des étrangers. Pendant plusieurs années, il a été le seul maillon rattachant Manas et les spécialistes de l'environnement. Sans quiconque pour le parrainer, Bibhuti tire son propre chemin pour soutenir les communautés locales, tout en apportant des améliorations à la conservation  du site.

« Je me suis interrogé quant à la possible utilité de mes études pour les gens. J’ai su traduire la science pour les gens ordinaires, en expliquant par exemple comment surveiller la faune et la végétation. Certains d'entre eux sont analphabètes, et c'est une raison qui m’a poussé à m’engager en permanence avec les communautés. »

Dans les endroits stratégiques où la faune est particulièrement vulnérable, Bibhuti a tenu des dizaines de réunions publiques, où les habitants ont été mis au courant de la valeur exceptionnelle de Manas, autant comme site naturel du Patrimoine mondial que destination de l'écotourisme. Alors que Bibhuti cherche de l'aide auprès des collectivités locales, il décide de permettre aux jeunes d'acquérir des moyens d'existence durables. En l'absence d'aide extérieure disponible, il a motivé, seul, environ 100 jeunes à apprendre les rudiments de la surveillance de la faune et à devenir guides touristiques. Aujourd'hui, ils sont engagés dans des projets d'écotourisme et sont en mesure de subvenir aux besoins de leurs familles.

Bibhuti a joué un rôle essentiel dans la réhabilitation des braconniers repentis, leur permettant de mener une vie digne et socialement reconnue. Peu de gens en dehors de Manas savent qu’avec son équipe, il a formé environ 600 membres d’ONG locales, anciens braconniers inclus, à devenir les défenseurs de Manas.

« Le Sanctuaire de faune de Manas a été répertorié comme étant en péril pendant près de 20 ans, à la suite de destructions humaines et de surexploitation. Maintenant, les mêmes personnes se manifestent en tant que bénévoles pour protéger le parc, » dit-il. « Nous avons besoin de plus de défenseurs de la nature pour que les générations à venir puissent voir des tigres et des rhinocéros de leurs propres yeux, et non pas à travers des images. »

Afin de responsabiliser les communautés locales, Bibhuti s’est concentré sur les femmes et leur a offert des opportunités de revenus réguliers. Au total, plus de 100 « groupes d'entraide » ont été formés, encourageant les femmes à se livrer à des moyens de subsistance alternatifs tels que la transformation d’aliments, le tissage et la pêche. Cette aide a été une aubaine pour les habitants de cette zone où les possibilités de revenu sont rares.

Il a supervisé l'installation d'une clôture électrique longue de 14 kilomètres, œuvrant à protéger environ 1000 ménages au revenu faible des déprédations commises par les éléphants dans une zone tampon du site du Patrimoine mondial. Depuis son installation en 2013, plus aucun décès n’a été à déplorer, tant du côté des humains que de l’animal.

Il n’est pas surprenant que Bibhuti soit considéré comme une figure clé ayant permis au Sanctuaire de faune de Manas de retrouver un meilleur niveau de conservation, après avoir été en situation de péril pendant 20 ans.  Aujourd'hui, le Sanctuaire de faune de Manas prospère comme un modèle démontrant les meilleures pratiques,  grâce à des interventions stratégiques et à la participation des communautés. Le travail accompli par Bibhuti et son équipe, ainsi que le personnel du service forestier, a diminué les menaces à un tel point que le site a pu être retiré de la Liste du patrimoine mondial en péril.

Tout en répondant aux besoins des communautés locales et à leur habilitation, Bibhuti est parvenu à instaurer un niveau de conservation scientifique dans le parc. Les conclusions et recommandations de ses travaux de recherche ont été des éléments cruciaux pris en considération pour le plan de conservation du tigre à Manas. De plus, il a été l’élément connecteur entre le Sanctuaire de faune de Manas et le Parc national royal de Manas au Bhoutan. Depuis, un système de surveillance de la faune transfrontalière renforce la gestion de l'ensemble du site naturel de Manas, qui s’étend à travers l'Inde et le Bhoutan. Bibhuti a également été le premier à mener des enquêtes SIG (système d’information géographique) à travers le parc. Ceci est devenu un élément essentiel pour l'élaboration du plan de gestion du site.

Bibhuti Lakhar, défenseur dévoué de l'environnement et du Sanctuaire de faune de Manas, se décrit lui-même comme le gardien de ce paysage exceptionnel. « Je peux sans hésitation admettre que Manas m'a tout donné : mon éducation, mon identité dans le domaine de la conservation et surtout ma partenaire de vie – Namita. »

 

Go to top