Afrique centrale et occidentale

Site Volta - Mouhoun

Le site d'intervention du PAGE se situe le long de la berge du fleuve Mouhoun. Ce site concerne les deux berges du fleuve, le côté Ghanéen et le coté Burkinabè.
Site PAGE Volta Mouhoun

Description du site côté Burkinabè

1. Nom du site 

Volta-Mouhoun: Les berges du Mouhoun dans la commune de Dissin

2. Localisation générale

Le site PAGE est situé dans le Sud-ouest du Burkina Faso à environ 11,5 km du chef lieu de la commune de Dissin. Il est composé du fleuve du Mouhoun et de ses berges dans la partie burkinabé plus précisément à Dissin.

  • Région administrative : Sud-ouest
  • Province : Ioba
  • Département : Dissin
  • Localités : Dissin, Kpoperi, Ouizine, Dakola, Saala

3. Carte du site 

4. Description générale et caractéristiques physiques du site

Le site a une longueur d’environ 13 km avec une altitude moyenne de 280m.

  • Région phytogéographiques : domaine soudanien, Secteur soudanien méridional
  • Statut : domaine protégé, c’est à dire le domaine dans lequel les populations exercent librement leurs activités de production agro-sylvo-pastorale.
  • Hydrographie : le site se trouve dans le bassin versant du Mouhoun qui couvre l’ensemble des provinces de la région du Sud-ouest. Le fleuve qui constitue une frontière naturelle avec le Ghana est un cours d’eau principal de direction Nord-sud. Tous les villages du site  sont traversés par des cours d’eau qui  constituent une multitude d’affluents à régime intermittent pour le fleuve.
  • Géologie et géomorphologie : les caractéristiques géologiques du site révèlent des formations  précambriennes composées de granites, de quartzites et des cuirasses.
  • Sols : les sols sont de type hydromorphes qui sont des sols compacts, à faible perméabilité, et ferrugineux tropicaux peu lessivés et lessivés
  • la flore : les espèces dominantes sont : Berlina grandiflora, Syzygium guineense, Carapa procera, Ppentadesma butyracea, Adina microcephala, Mitragina inermis.
  • Faune : les plus importants sont les espèces aviaires (francolins, pintades sauvages, etc.), les rongeurs comme les lièvres les écureuils, les rats, etc. on rencontre également les singes et des  Biche.
  • Occupation actuelle des sols : sur le site se sont développent une forêt galerie et une végétation de savane Mais ces formations végétales en certaines parties font place à la culture maraîchère, aux cultures de riz et de maïs allant jusqu’aux berges du fleuve à certains endroits.

5. Caractéristiques humaines du site

Effectifs de la population

La commune de Dissin compte de nos jours 26 villages administratifs. Le recensement général de la population et de l’habitation (RGPH) de 2006 ainsi que les projections faites sur cette base, donnent pour chaque village du site :

Tableau 6: Répartition de la population par village du site

 

Village

Population résidente

2006

2013

2015

DAKOLE

1225

1526

1625

KPOPERI

1061

1322

3254

OUIZINE

734

914

974

SAALA

1312

1634

1740

Source : Projection sur la base des résultats du RGPH 2006 

6. Activités socio économiques

L’agriculture est la première activité économique des populations. Elle occupe plus de 90% de la population active. C’est une agriculture essentiellement pluviale, de type extensif tournée en grande partie vers les productions vivrières autoconsommées. Les spéculations couramment rencontrées sont : les céréales vivrières (sorgho, mil, maïs, riz), les oléagineux (arachide, niébé, sésame) et les tubercules. Les cultures maraîchères sont rencontrées dans les périmètres maraîchers autour des retenues d’eau.

L’élevage vient en 2ème position après l’agriculture comme activité pratiquée par la population de la Commune de Dissin. Il s’agit  toujours  d’un élevage de type extensif sans changement fondamental dans les pratiques d’élevage. Il s’organise  autour de s principales espèces animales suivantes : les bovins, les caprins, les ovins, les porcins et les volailles. L’élevage  est de type traditionnel sans suivi permanent des animaux.

La pêche essentiellement saisonnière, est pratiquée au niveau des rivières et des marigots de la commune. Les principales espèces halieutiques sont la carpe, les anguilles, les silures, etc. La production est destinée à la consommation familiale ou locale.

  • Activités Génératrices de Revenus (AGR)

Les AGR sont très diversifiées se résument comme suit :

  • achat et vente de céréales à travers les marchés ;
  • la collecte et la vente d’amande de karité et graines de néré par les femmes ;
  • la vente de denrées alimentaires (beurre ; beignets ; galettes etc..) ;
  • l’élevage de porcs et volaille par les femmes ;
  • la vente du dolo, activité très répandue dans la commune.

7. Régime foncier

Le système foncier est officiellement régi par la loi N°014/96/ADP du 23 Mai 1996 et son décret d’application de Février 1997 portant conditions et modalités d’application de la Réforme Agraire et Foncière (RAF).

 Plus récemment la politique nationale de sécurisation foncière en milieu rural à travers loi N°034-2012/AN du 02 juillet 2012 portant Régime Foncier Rural, précise un certain nombre dispositions quant à la gestion des terres rurales.

Mais sur le terrain l’occupation de l’espace épouse encore les traits de l’appropriation traditionnelle. En effet, Les terres appartiennent aux premiers occupants. Les chefs de terres sont issus des familles des premiers occupants.

 La gestion des terres se fait par lignage. Chaque lignage gère son patrimoine. Les chefs de terres ne peuvent pas prendre des décisions y relatives sans se référer au chef de lignage.

En dehors de la procédure légale d’acquisition de la terre qui confère un titre de propriété, les principaux modes d’accès à la terre dans les villages de la région sont l’héritage, l’emprunt et le tutorat

8. Menaces

  • Sur le site, la dégradation du couvert végétal inhérente à la pression démographique et à l’intensification des activités agricoles.
  • La perte progressive de la galerie forestières et sa disparition à certain endroit.
  • Le risque de pollution du fleuve par les engrais chimiques utilisés dans la riziculture, le maraîchage et l’agriculture, la culture de la banane.

9. Plan d’aménagement

Le site ne fait pas l’objet d’un plan d’aménagement à part celui qui est en court d’élaboration par le PAGE.

Go to top