Story | 05 Jul, 2019

Crise de la Grande Nacre en Méditerranée ( Pinna nobilis ) - Mise à jour janvier 2021

Grâce aux informations fournies par des organisations et des institutions de conservation de toute la Méditerranée, l'UICN-Med a travaillé pour produire l'Évaluation de la Liste rouge de la Grande Nacre de la Méditerranée (Pinna nobilis), qui est désormais officiellement reconnue et classée « en danger critique d'extinction » par la Liste Rouge Espèces Menacées de l’UICN. Si vous avez d’autres informations sur des zones non affectées, veuillez contacter le Département Marin de l’UICN Med. Derniers points de mortalité détectés en Grèce, Croatie, Turquie, Tunisie, France et Maroc.

Le parasite provoquant une épidémie massive de la Grand Nacre (Pinna nobilis) continue de s'étendre rapidement, révélant la nécessité de nouvelles actions urgentes. Après une première épidémie en 2016, qui a massacré environ 99% de la population des nacres en Espagne, la propagation d'une épidémie provoquée par un protozoaire haplosporidium et probablement par d'autres mycobactéries menace gravement la survie du plus grand mollusque bivalve de la Méditerranée.


La Grande Nacre de la Méditerranée - Pinna Nobilis - inscrite sur la Liste Rouge de l'UICN comme « en danger critique d'extinction » (CR)

pinna_nobilis_iucn red list fan mussel mediterranean Photo: IUCN-Med
En raison de la réduction drastique de de la population causée par l'événement de mortalité massif toujours en cours et du fait que l'agent pathogène responsable est continue à être présent dans l'environnement, la Liste Rouge de l'UICN des Espèces Menacéees a inscrit la Grande Nacre de la Méditerranée comme espèce en danger critique d'extinction. Elle a été également classé comme espèce d'intérêt communautaire nécessitant une protection stricte par la directive européenne sur les habitats (92/43 / CEE) et comme espèce en voie de disparition par le protocole concernant les zones spécialement protégées et la diversité biologique en Méditerranée de la Convention de Barcelone (Annexe II). Pour de plus amples informations, veuillez consulter la fiche d'information de l'UICN-Med.
 

Liste des actions recommandées par l'UICN pour faire face à la situation de danger critique de la Pinna nobilis.

Les recommandations de l'UICN visent à améliorer la compréhension la situation de la grande nacre, afin de préparer un programme d'action dans les zones touchées et non affectées, qui comprend :

  • Cartographie de la situation sur toutes les côtes, monitorage tous les 2 ou 3 mois pour connaître l'état des populations et en cas de recrutement, même après l'événement de mortalité.

  • Les populations des lagunes et des baies fermées ont été moins touchées par cette escalade de la mortalité. Certaines zones de repeuplement naturel doivent être strictement surveillées. Il est également nécessaire de développer des actions pour promouvoir la survie du recrutement naturel dans ces aires.

  • Identification des points chauds à haute densité de nacres. Il est également recommandé de transférer sélectivement les nacres des terrains à haute densité pour analyser sa reproduction ou le remplacement dans les zones où ne trouve pas de nacres (en particulier dans les baies internes ou les petites lagunes). Garder une précaution extrême en cas de transfert à d'autres zones habitées par des nacres, afin d'éviter la transmission de la maladie.

  • Le rétablissement éventuel des populations touchées dépendra principalement de l’existence de populations non touchées, d’individus résistants et du recrutement. Par conséquent, il est extrêmement important d'améliorer le recrutement des larves et de vérifier si les larves provenant de sites non affectés ou d'individus résistants atteignent les zones touchées, contribuant à des récupérations éventuelles. En ce sens, l’UICN a publié des directives spécifiques pour la construction, l’installation et le retrait de collecteurs de larves de Pinna nobilis :
    https://www.iucn.org/sites/dev/files/content/documents/2019/larval_colectors_p._nobilis_guidance_-_pinna_nobilis.pdf
     

Remerciements pour les informations fournies à tous nos collaborateurs

  • Ministère pour la Transition Écologique, Instituto Oceoanográfico, Laboratorio de Investigaciones Marinas y Acuicultura (Espagne)
     
  • ISPRA et réseau italien (Italie)
     
  • Institut Pascale, Institut océanographique Paul Ricard et d'autres collaborateurs français (France)
     
  • Université Oran (Algérie)
     
  • Hellenic Centre of Marine Research (Grèce)
     
  • Enalia (Chypre)
     
  • Çanakkale Onsekiz Mar University, Turkish Marine Research Foundation, Institute of Marine Sciences METU and DEU-IMST(Turquie)
     
  • APAL, chercheurs tunisiens et collaborateurs : équipe MAIN/ASSEB, NGB/APPAL (Tunisie)
     
  • Associations des pêcheurs, PIM/APAL/ASKJ, University of Malta (Malte)
     
  • Agricultural University of Tirana (Albanie)
     
  • Marine Explorers Society - 20000 Leagues (Croatie)
     
  • Réseaux de plongeurs, de pêcheurs, de chercheurs et de nageurs de la Méditerranée

Pour de plus amples informations, veuillez contacter María del Mar Otero