Un premier pas vers l’engagement des entreprises pour la biodiversité en Afrique centrale et occidentale

Plus de cinquante personnel et Membres de l’UICN, représentants de la société civile, d’acteurs de la conservation et d’entreprises se sont réunis à Ouagadougou au Burkina Faso du 18 au 20 mars, au cours de la première rencontre régionale entreprises et biodiversité en Afrique centrale et occidentale.

Photo de famille

La rencontre visait à construire et renforcer la coopération régionale avec les entreprises pour la conservation et gestion durable de la biodiversité.  

Les entreprises ont un impact majeur sur la biodiversité par leur opération et leur chaîne d’approvisionnement. Or, la biodiversité procure des services écosystémiques qui peuvent se détériorer à cause de ces impacts. M. Gerard Bos, Directeur du Programme global Business et Biodiversité soutient que "les entreprises font partie du problème, elles doivent aussi faire partie de la solution. Il est donc impératif de travailler en partenariat pour obtenir de meilleurs résultats". La conservation et le profit n’étant pas mutuellement exclusifs, des compromis sont possibles. Les participants ont travaillé à décliner la stratégie globale de mobilisation des entreprises à l’échelle régionale, s’appuyant sur les trois secteurs prioritaires identifiés au cours des travaux : l’agrobusiness, les industries extractives et l’infrastructure.

Divers aspects ont été abordés au cours des travaux : de la stratégie globale de l’UICN afin de mobiliser les  entreprises et l’approche régionale à l’identification des impacts et des dépendances d’une entreprise sur la biodiversité, en passant par l’élaboration d’argumentaires en faveur de l’intégration de la biodiversité dans les actions. Il a aussi été discuté des moyens de collaboration entre les entreprises et le monde de la conservation, de l’identification des huit axes de travail et des plans d’action conjoints ont été élaborés.

De la nécessité de travailler en partenariat

Grâce à une ambiance ouverte et dynamique, les participants ont amélioré leurs connaissances sur la biodiversité et ses liens avec les entreprises. Mme Beyene Ateba Epse Baliaba, la présidente de l’African women network of fish processors and trade (Awfishnet) l’affirme : "Maintenant, j’ai une meilleure connaissance de ce que c’est que la biodiversité. Je restituerai, dès mon retour auprès de mes collègues et partenaires ce que j’ai appris ".   

Au terme des travaux, les participants ont identifiés huit axes de travail collaboratifs à mettre en œuvre avec les entreprises de la région : (1)l’implication des entreprises dans la conservation et la valorisation du bassin de la Volta ; (2)la mobilisation des entreprises dans le projet Ressources partagées solutions communes (SRJS) ; (3)l’engagement des entreprises dans l’initiative de la Grande Muraille Verte ; (4)la mise en place du réseau régional "Entreprises et biodiversité" ; (5)l’engagement des parlementaires au Sénégal dans le suivi des politiques environnementales ; (6)le renforcement de BESNet (Business and Environmental Stewardship), réseau d’entreprises au Ghana engagées dans la promotion et le soutien de l’inclusion du capital naturel et dans les chaînes de valeur et de la production des entreprises ; (7)l’écotourisme en Guinée-Bissau ; et (8)la mobilisation des financements nécessaires à la mise en œuvre des solutions à la dégradation des sols agricoles et la diminution de la production agricole (ECO Restore).

De l’après 2020 pour la biodiversité et les entreprises de la région

Les entreprises doivent s’impliquer dans la préparation et la participation aux grands évènements régionaux et mondiaux tels que le Forum régional des Membres, le Congrès mondial de la nature, la Convention sur la Diversité Biologique. Le Congrès prévu à Marseille en France du 11 au 19 Juin 2020 est l’occasion pour les entreprises de partager leurs expériences en matière de conservation de la biodiversité. M. Aliou Faye, Directeur régional de l’UICN-PACO l’atteste si bien : "l’UICN aimerait s’engager davantage avec les entreprises pour trouver un langage commun de travail en vue d’une meilleure conservation de la biodiversité".

La rencontre régionale "Entreprises et biodiversité" a abouti à des engagements et nécessitent un suivi et un accompagnement effectifs. "Le travail que nous venons d’entamer doit se poursuivre. Et pour cela, nous avons tous besoin de chacun pour parvenir aux changements souhaités dans la région pour la biodiversité " a souligné Sareme Gebre, Coordinateur régional Business & Biodiversité.

Cette rencontre était organisée par le Secrétariat de l’UICN à travers son Programme pour l’Afrique Centrale et Occidentale (PACO), en collaboration avec le comité néerlandais de l’UICN et l’appui financier de l’Agence Française de Développement.

La cinquantaine de participants était composée de 23 personnel de l’UICN (Siège, PACO et Pays-Bas), 6 Membres de l’UICN (BEES, ECO BENIN, NATURAMA, AGEREF/CL, A ROCHA Ghana) et 8 entreprises (B2Gold, CIMBENIN, BIOPROTECT, OLVEA, SIFCA, Green Project Africa, Savannah & Sahel Commodities Ltd, Eco Restore, African women network of fish processors and trade - Awfishnet). Ils venaient de 11 pays (Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Ghana, Guinée Bissau, Mali, République Démocratique du Congo, Sénégal, Suisse et Pays-Bas).

 

Go to top