L’archipel de Bazaruto : une zone de conservation remarquable à l’échelle mondiale

Le Parc national de l’archipel de Bazaruto est une aire de conservation et un Parc national depuis 1971, et inclut les récifs coralliens qui entourent les îles. C’est l’une des cinq aires marines protégées du Mozambique.

Bazaruto National Park

Informations de référence

Le parc est une réalisation essentielle pour la conservation marine mondiale, puisque c’est la première aire marine protégée du Mozambique et l’un des plus grands parcs marins de l’océan Indien. L’archipel a gagné le surnom de « perle de l’océan Indien » et ses plages et récifs merveilleux attirent un nombre important de visiteurs.

L’archipel abrite une grande variété d’habitats terrestres et marins, notamment des dunes côtières de sable, des plages de galets et de sable, des récifs coralliens, des forêts de mangroves et des prairies sous-marines. On dénombre quelques 180 espèces d’oiseaux, 45 espèces de reptiles, des papillons endémiques, l’antilope musquée (également appelée suni de Zanzibar) et des crocodiles d’eau douce. Environ 2000 espèces de poissons ont été répertoriées dans la zone, notamment des poissons coralliens comme le poisson-chirurgien, le zancle cornu, le poisson-perroquet, le poisson-ange et le poisson-papillon, pour n’en citer que quelques-uns. Les tortues marines, les poissons de pêche sportive et les raies Manta sont fréquents. L’archipel de Bazaruto abrite également la plus grande population de dugongs le long de la côte est de l’Afrique, au sud de la mer Rouge.

Les prairies sous-marines de l’archipel constituent une zone à valeur exceptionnelle au sein de l’écorégion marine d’Afrique orientale. L’archipel soutient une population résidente d’environ 4000 personnes, réparties dans 7 communautés. Plus de 70% de la population est directement dépendante de la pêche et des industries liées à la pêche comme moyen d’existence principal et base du développement économique et social.

Taille et localisation

 L’archipel de Bazaruto est composé de cinq îles idylliques : Bazaruto, Benguerra, Magaruque, Santa Carolina et Bangue. Les trois plus grandes (Bazaruto, Benguerra, Magaruque) étaient un banc de sable autrefois rattaché au continent, mais qui en sont séparées depuis que le continent a descendu dans l’océan Indien il y a de cela des millions d’années. Seule Santa Carolina est une vraie île rocheuse.

L’archipel de Bazaruto est situé à environ 15 kms de la côte du Mozambique, en face de la ville de Vilanculos, sur la rive de la province d’Inhambane. L’île de Bazaruto est la plus grande, et mesure environ 12 000 ha. Puis viennent Benguerra (2500 ha), Margaruque (208 ha) et Santa Carolina (59 ha), et enfin la toute petite île de Bangue (5 ha).

Flore et faune

Cette aire protégée abrite des requins-baleines, des raies Manta, des dauphins et des baleines à bosse, ainsi que le mystérieux et rare dugong. Cinq espèces de tortues de l’océan Indien se reproduisent sur ses plages. Au large, le poisson-voilier et le marlin habitent dans les eaux profondes qui entourent le Parc et offrent des opportunités spectaculaires de pêche sportive.

Les dugongs sont classés Vulnérables à l’échelle mondiale, selon la Liste rouge de l’UICN des espèces menacées 2014. Cependant, dans l’océan Indien occidental, leur population est très faible. Les dernières estimations font état d’une population de dugongs (Dugong dugon) de 250 individus au maximum dans et autour du Parc national de l’archipel de Bazaruto au Mozambique. Ces dugongs représentent la seule population viable restante de l’océan Indien occidental.

Les dugongs habitent dans les eaux côtières et insulaires peu profondes tropicales et sous-tropicales de l’Indopacifique. Les siréniens sont des spécialistes des prairies sous-marines et fréquentent les baies côtières peu profondes, les réseaux de mangroves et le côté sous le vent des grandes îles. La fécondité du dugong est très sensible à la disponibilité d’herbage sous-marin.

Défis et opportunités

L’archipel offre des opportunités limitées en matière de revenus alternatifs, et la population résidente et les pressions anthropomorphiques ont, avec les années, mis une pression extrême sur ses ressources marines, côtières et terrestres. L’utilisation poussée des ressources de l’océan par une population de 4000 personnes a entraîné des prises accessoires et la destruction des prairies sous-marines. Les récifs coralliens sont également sous pression, et souffrent des dégâts causés par les ancres et de la surpêche illégale.

Les principales menaces à la population de dugongs ainsi qu’aux autres espèces protégées du Parc national sont la pêche illégale et non contrôlée. L’utilisation de filets maillants, qui constituent une méthode de pêche non sélective, est particulièrement préoccupante car elle a un effet très grave sur les populations de poissons dans et autour du Parc. Les filets maillants sont aussi dangereux pour les dugongs, qui s’étranglent et se noient à cause d’eux.

Il est crucial d’avoir des informations sur la localisation des espèces et des habitats importants du Parc pour avoir une protection efficace. En outre, l’engagement constant et actif avec les communautés habitant autour du Parc est essentiel pour gérer ces menaces. Ces deux éléments font partie de la stratégie du BIOPAMA pour l’Afrique orientale et australe, pour soutenir les aires protégées dans la région.

Le Fonds pour la vie sauvage en danger (Endangered Wildlife Trust (EWT)) aide le Parc national de l’archipel de Bazaruto à appliquer une Stratégie d’application de la loi qui a permis de minimiser la mortalité des dugongs ces 3 dernières années, et a réduit efficacement les activités de pêche illégale au sein de cette aire marine protégée. La protection d’urgence du dugong est l’un des projets d’EWT, et est destiné à stabiliser la population de dugongs de Bazaruto sur le long terme, en : maintenant des opérations renforcées d’application de la loi ; renforçant les capacités des responsables du parc ; appliquant des activités alternatives génératrices de revenus pour les communautés locales pêcheuses ; et en présentant le dugong comme le mammifère marin phare du Mozambique.

Work area: 
Protected Areas
Location: 
East and Southern Africa
Go to top