Décembre 2013-Cameroun: Emmanuel WIRSIY, directeur de l’association Cameroon Gender and Environment Watch (CAMGEW)

Emmanuel, l’ONG CAMGEW, dont vous êtes le directeur, intervient dans la région du Nord Ouest Cameroun, plus précisément à Oku. Cette zone abrite une forêt communautaire ayant une histoire quelque peu particulière. Pouvez-vous dire quelques mots à ce propos ?

Emmanuel WIRSYI, directeur de l'ONG CAMGEW

 Oku se trouve dans la division de Bui, effectivement dans la Région Nord -Ouest du Cameroun.

La population y est anglophone et la zone comprend la plus grande forêt de montagne restant au Cameroun (la « Bamenda Highland Montane Forest ») ainsi qu’un grand lac,  formé par un des cratères du mont Oku (le lac Oku). 

La forêt communautaire d’Oku (FCO), également appelée Kilum Ijim, couvre 20.000 ha et est riche en produits forestiers non ligneux, mais ses espèces ligneuses ne peuvent pas être exploitées pour le bois d’œuvre. La FCO est la première forêt communautaire à avoir été créée au Cameroun, en 1987, grâce à l’appui technique de Birdlife International dans le cadre du projet Kilum-Ijim. 

Cet écosystème constitue le plus grand habitat restant pour le Turaco doré (Tauraco bannermani), un oiseau à plumes rouge endémique à la région du «Bamenda  Highland» et classée par l'UICN en danger sur la liste rouge des espèces menacées. Le Mont Oku constitue, avec une altitude de 3.010 mètres, la deuxième plus haute montagne du Cameroun, après le Mont Cameroun qui culmine à 4.092 mètres. 

On trouve dans cette forêt une essence ligneuse aux propriétés intéressantes, le Prunus Africana et y est produit un miel très particulier, de couleur blanche et au goût spécifique, communément appelé miel blanc d’Oku. La couleur blanche de ce miel est expliquée par les fleurs blanches produites par des arbres de la FCO, certaines d’entre elles ayant des propriétés médicinales. Ce miel fait l’objet d’une certification délivrée par l’organisation africaine des droits de propriété intellectuelle, à travers une indication géographique contrôlée du produit et est apprécié aussi bien au niveau national qu’international.

Enfin, il faut préciser que la culture de la région d’Oku est très riche et spécifique, l’artisanat y est pratiqué et la zone constitue une  destination touristique.

La FCO contient donc une essence ligneuse importante a de nombreux égards, le Prunus Africana. Quel est son intérêt et quelles sont les menaces pesant sur celle-ci à l’heure actuelle, dans la région et plus généralement au Cameroun?

En effet, le Prunus Africana est un arbre originaire de la région d’Oku, on le trouvait originellement en abondance dans la FCO, ce qui n’est plus le cas à l’heure actuelle.

Cet arbre est important pour de multiples raisons, il produit des fleurs blanches, favorables à la production apicole, joue un rôle important en matière de régulation hydrique et a longtemps eu une grande importance au niveau socio-économique, localement, nationalement et internationalement. Il a en effet longtemps permis de générer des revenus économiques en raison de la valeur médicinale de son écorce, récoltée pour être transformé en médicament utilisé pour traiter le cancer de la prostate dans la médecine dite « moderne ». Dans le même temps, les tradi-praticiens de la région utilisent également les écorces de ces arbres pour produire divers remèdes de médecine traditionnelle, utilisés notamment dans le traitement du paludisme.

Comme tous les arbres de la FCO, l’essence joue également un rôle important en matière de stockage de carbone.

De multiples facteurs ont contribué à la pression sur l’essence. En raison de sa haute valeur économique, on a longtemps assisté à une surexploitation de cet arbre, combinée à l’utilisation de méthodes de récolte des écorces ne permettant pas d’assurer sa survie. Cette situation, combinée à une mauvaise gouvernance des revenus issus de l’activité, a conduit à une interdiction de l’exploitation dans la FCO qui court jusqu’à l’heure actuelle.

Au jour d’aujourd’hui, le Prunus Africana souffre toujours des feux de brousse causés par des fumeurs de cigarettes dans la FCO et par certaines techniques utilisées lors de la récolte du miel par les apiculteurs. Dans le même temps, des animaux domestiques comme les chèvres divaguent dans la FCO, mangeant les jeunes arbres replantés et rendant ainsi de manière générale difficile la régénération de la forêt. 

Le nombre de Prunus présents dans la forêt a été fortement réduit et il est désormais nécessaire de pratiquer des activités de reboisement afin de conserver cet arbre précieux et plus globalement l’écosystème de la FCO.

Au regard de cette situation, quelles sont les mesures concrètes prises par CAMGEW sur le terrain pour changer la situation ?

CAMGEW mène depuis plusieurs années des activités dans trois domaines distincts pour essayer d’inverser la tendance : la régénération de la FCO à travers les activités de reboisement et de suivi, l’éducation à l'environnement des habitants de la région, plus particulièrement des enfants, et l’appui au développement des activités apicoles, suivant le postulat que la propriété de ruches au sein de la forêt constitue un incitatif concret à conserver l’écosystème, en plus de générer des revenus substantiels.

Ainsi, en août 2012, plus de 100 représentants de la communauté et des autorités traditionnelles et administratives ont participé à la plantation de 7.000 pieds de Prunus Africana grâce à un financement de la Banque Mondiale. En Août 2013, 10.000 nouveaux pieds ont été mis en terre dans la forêt, impliquant plus de 120 habitants d’Oku, grâce au soutien du PPI-FFEM et du gouvernement du Cameroun à travers le Ministère des Forêts et de la Faune (MINFOF). 

L’approche développée privilégie l’implication de la communauté, dans une optique d’appropriation de l’activité et de la problématique de la régénération de la FCO. Ces activités de reboisement ont lieu chaque année en juillet et août et le lancement de l'exercice est symbolisé par la plantation symbolique d’un arbre par le Préfet d’Oku, le sous Délégué du MINFOF, les autorités traditionnelles, les organisations communautaires et le personnel CAMGEW, tous ces acteurs prenant également part à la planification des réunions et des visites sur le terrain pour identifier les sites prioritaires à reboiser. 

Le site ayant été régénéré en 2012 et 2013 est le compartiment III de Emfvu-Mii. 

La fin de l'exercice de régénération voit le préfet d’Oku et les autres autorités diffuser des messages de sensibilisation à la radio concernant la protection et la régénération de la forêt et appelant les membres de la communauté à mieux protéger leur forêt. L'Oku Community Radio, et la HelenChris Radio sont toujours invités à faire la couverture médiatique de l'événement. Des activités de suivi des plants mis en terre sont également régulièrement menées par CAMGEW et les communautés.

CAMGEW appuie également les communautés dans le développement des activités apicoles en appuyant la fabrication et l’acquisition de ruches, après avoir formé celles-ci sur des aspects techniques relatifs à l’apiculture et à la gestion de la FCO (les ruches étant placées au sein même de la forêt).

La propriété de ruches par les habitants d’Oku incite ceux-ci à éviter les feux de brousse et plus globalement à s’engager contre la dégradation des forêts, car de la bonne santé de cet écosystème dépend directement la production apicole et par conséquent les revenus associés à la vente du miel. 

157 personnes issues de groupes composés essentiellement de femmes et des enfants des écoles d’Oku ont déjà été formées à l'apiculture, 200 ruches ont été construites, colonisés et distribuées et l’activité continuera dans les mois à venir.

Des activités d’éducation à l'environnement tournant autour de la FCO sont également réalisées, notamment via les radios communautaires d’Oku. Durant les vacances scolaires, des ateliers et visites sur le terrain sont réalisées dans la forêt avec les écoles et les membres de la communauté.

Les habitants d’Oku ont ainsi entre autres été sensibilisés sur l'importance de la forêt, les moyens de la conserver, les services rendus au niveau local et global par cet écosystème, son rôle en tant que puits de carbone et l'écotourisme. CAMGEW réalise les activités d’éducation environnementale dans les écoles pour inculquer aux élèves et membres de la communauté le besoin de protéger la forêt et modifier leurs comportements. 

Quelles sont vos perspectives pour les mois à venir?

Une grosse partie des activités consistera à prendre soin et à suivre les 17.000 arbres plantés dans la forêt en 2012 et 2013. 

Environ 120 nouvelles personnes seront appuyées, via la formation et l’appui à l’acquisition et la colonisation de ruches dans les mois à venir. 200 ruches seront construites et CAMGEW devra faciliter la colonisation de celle-ci (en dehors de la FCO) puis leur implantation dans la forêt. 

Les activités de sensibilisation et d’éducation environnementale avec les écoles vont également continuer.

 

Location: 
West and Central Africa
Project and Initiatives: 
PPI
Go to top