Médaille commémorative John C. Phillips

La Médaille John C. Phillips récompense d’importants services rendus à la conservation environnementale et commémore la vie et l’œuvre de John C. Phillips, pionnier du mouvement environnemental.

Né en 1876, le Dr. Phillips se spécialisa en médecine et zoologie et contribua de manière significative au développement scientifique, en particulier dans les domaines de la taxonomie et de la génétique. Il fut très impliqué dans la coopération internationale pour la conservation de la nature et fut très actif dans le développement des premiers traités sur la faune sauvage. Pour honorer sa mémoire, ses amis créèrent une médaille commémorative et donnèrent à l’IUCN la tâche décerner cette récompense. La médaille a été décernée à chaque Assemblée générale et Congrès depuis 1963.

Parmi les illustres récipiendaires du prix on trouve S.A.S. Le Prince des Pays-Bas, Indira Gandhi, S.A.R. le Sultan Qaboos Bin Said d’Oman, le Professeur E.O. Wilson, le Dr. Luc Hoffmann (à droite sur la photo, recevant la récompense des mains de l’ancienne Présidente de l’UICN Yolanda Kakabadse en 2004) et le Dr. José Aristeo Sarukhán Kermez. Ils ont tous contribué par leur vision, leur sagesse et leur persévérance à promouvoir la cause de la conservation globale.

La Médaille sera décernée par le Conseil de l'UICN, sur recommandation d'un jury composé de cinq membres au service du Comité de soutien institutionnel du Conseil de l'UICN.

 

Maria Tereza Jorge Pádua a reçu la Médaille commémorative John C. Phillips lors du Congrès mondial de la nature de l’UICN 2016. Le prix a été remis par le Conseil de l’UICN, sur recommandation d’un jury composé de cinq membres du Comité de soutien institutionnel.

Maria Tereza Jorge Padua est une personnalité éminente de la conservation de la nature au Brésil et la première femme brésilienne à agir efficacement dans ce domaine, quitte à mettre sa vie en danger pour cette cause.

Tout au long de sa carrière, elle a créé, participé à l’approbation et à l’établissement de nombreux parcs nationaux et autres aires protégées, estimant que ces zones sont fondamentales pour tous les pays.

Mme Jorge Padua a suivi des études d’ingénierie agronomique qu’elle a conclues en 1966, puis a obtenu un Master en écologie et gestion de la vie sauvage.

Directrice des Parcs nationaux de l’Institut brésilien pour le développement des forêts (IBDF) de 1968 à 1982, elle a créé 8 millions d’hectares de Parcs nationaux et de Réserves biologiques, notamment l’Atol das Rocas (première unité de conservation de la vie marine au Brésil), la Serra da Capybara (première caatinga) et de nombreux parcs amazoniens.

En 1986, elle a créé avec d’autres conservationnistes la Fondation Funatura, une organisation non-gouvernementale dont la mission est la conservation de la nature au Brésil.

Mme Jorge Padua a présidé la Funatura pendant neuf ans, au cours desquels, dans une volonté de promouvoir la création d’aires protégées par l’initiative des propriétaires privées, elle a participé à créer les premières Réserves privées de patrimoine naturel (RPPN). La Funatura a également participé à la création du Parc national Grande Sertão Veredas en 1989, classé Aire protégée de catégorie II de l’UICN (Parc national)

Mme Jorge Padua a également aidé à mettre en œuvre de nombreux projets importants dans le domaine de la conservation, comme le projet Tamar (pour la protection des tortues de mer), le projet Lamantin et le Centre de recherche pour la conservation des oiseaux à l’état sauvage (CEMAVE).

Elle siège au Conseil de nombreuses organisations mondiales de la conservation, a été Conseillère régionale pour l’UICN et membre de la Commission mondiale pour les aires protégées (CMPA).

Go to top