Médaille commémorative Harold Jefferson Coolidge

Créée lors du Congrès mondial de la nature en Thaïlande, la Médaille Harold Jefferson Coolidge est décernée à un spécialiste de la conservation ayant apporté une contribution importante à la protection de la nature et des ressources naturelles.

Harold Jefferson Coolidge, né à Boston en 1904, a été l'un des fondateurs de l'UICN, ancien président de l'Union et son collecteur de fonds principal depuis 1948 jusque dans les années 1980. Fondateur et président de la Commission de la sauvegarde des espèces et de la Commission des parcs nationaux de l'UICN, il a été le premier à impliquer des scientifiques femmes dans les travaux internationaux de recherche relatifs à la conservation de la nature. Il a inspiré et soutenu nombre d'étudiants et de professionnels souhaitant œuvrer en faveur des objectifs de conservation et de protection de l'environnement.

Les candidats doivent avoir contribué de façon importante, sur le plan international, à la conservation effective de la nature, dans le cadre des modalités suivantes :

  • inspiration et soutien à des personnes, leur permettant de devenir des acteurs de premier plan dans le domaine de la conservation environnementale ;
  • contribution exceptionnelle à l'établissement d'institutions de conservation de la nature, ou élargissement de la portée d'institutions existantes ;
  • création ou mise en œuvre d'initiatives internationales en faveur de la conservation.

Le prix a été décerné sur recommandation d'un jury composé de cinq membres du Comité de soutien institutionnel du Conseil de l'UICN et de trois leaders éminents de la conservation, familiers des idéaux d’Harold Jefferson Coolidge en matière de conservation.

Lors du Congrès mondial de la nature de l’UICN organisé à Hawaii, États-Unis, du 1e au 10 septembre 2016, la Médaille commémorative Harold Jefferson Coolidge a été attribuée à Lee M. Talbot, originaire des États-Unis.

Tout au long des 60 ans de sa carrière nationale et internationale, M. Talbot a toujours encouragé et soutenu les jeunes dans le domaine de la conservation, aux États-Unis et ailleurs. Au début de sa carrière, son travail en tant qu’un des premiers écologistes à l’UICN lui a permis de se rendre dans près de 30 pays d’Afrique, du Moyen-Orient, d’Asie du Sud et du Sud-Est. L’objectif spécifique dans chaque pays était d’identifier les leaders de la conservation existants ou potentiels, de nouer le contact avec l’UICN, et de leur offrir d’autres moyens d’encouragement et de soutien. M. Talbot a cherché à faire de même pendant ses dix ans de travail en Afrique, puis au cours de ses années en Asie du Sud et du Sud-Est, et ailleurs. Par exemple, pendant ses deux ans à la tête des projets de l’UICN en Asie du Sud-Est avec Mme Talbot, il a identifié les individus leaders de la conservation dans sept pays et a cherché à être une inspiration, un encouragement et un soutien, puis il a reproduit la même stratégie en Asie du Sud et du Sud-Est, notamment en Inde, au Népal, au Bhoutan et actuellement au Laos.

Depuis 22 ans, M. Talbot enseigne à l’université George Mason en Virginie, dispensant des formations orientées sur la conservation qu’il a développées spécialement à cet effet. Il a également été conseiller (mentor) de dizaines d’étudiants pour leur Masters ou leurs thèses, lesquels occupent désormais des positions importantes dans le domaine de la conservation à l’institution Smithsonian, au Fonds pour l’environnement mondial, dans des ONG environnementales et des organismes gouvernementaux (notamment, aux États-Unis, à l’Agence de protection de l’environnement, au Service de la pêche et de la vie sauvage, au Service des parcs nationaux, au Service géologique, et au Service des forêts).

Go to top