L'école vecteur de la sensibilisation à la protection de l'environnement

22 September 2011 | News story

Les élèves du professeur Houssine Nibani à travers l’expression thématique de la photo, racontent le processus de gestion des conflits engendré par le projet touristique SOUANI.

Cette nouvelle représente un intérêt pour les membres de la CEC et d’UICN car elle exploite un nouveau mode de communication qui repose, sur l’expression à travers la photo thématique comme outil de sensibilisation à la participation pour la gestion des conflits complexes :

En effet les élèves du collège Omar Bnou Al Khattab contribuent dans une émission de la chaîne française FR2 et si on changeait le monde à travers un mode de communication innovateur, il s’agit d’une technique de prise de photo qui repose, sur l’expression thématique , la photo reflète des messages selon les quatre thèmes : économique ; écologique, social et culturel ; ils essaient de nous raconter comment on a pu gérer les conflits qui faisaient confronter les intérêts des uns contre ceux des autres autour du projet touristique à problématique complexe voir compliquée de Souani .

Le travail des jeunes reporters transmettent l’historique et les résultats de ce cas d’étude, en exprimant les ambitions économiques des investisseurs, qui répond aux besoins d’une partie de la population locale en quête d’emploi, d’autre part ils relatent la position d’un groupe de conservateurs qui insistent à protéger le site culturel non classé AL Mazemma menacé par le projet, sans omettre l’attitude des écologiste locaux qui plaident pour la protection de la zone côtière et humide menacée par le projet et qui se situe à la limite Est du Parc National d’Al Hoceima.

En effet les jeunes élèves nous font découvrir comment leur technique de travail coïncide justement avec la nature de la démarche participative appliquée au protocole GIZC « Gestion Intégrée des Zones côtière ». sous une dimension multidisciplinaire, ils essaient d’expliquer de manière expressive à travers la photo à leurs copains dans un autre collège à Madrid « mode d’apprentissage par les paires », et de montrer l’effet de la communication active sur la création du processus de gestion des conflits parmi les différents acteurs belligérants.

Cette nouvelle fait coïncider la stratégie mise-en-place par la CEC en relation avec la communication pour le changement avec la démarche participative appliquée par AGIR au sein du projet PAC Maroc :

Le film réalisé par une équipe de FR2 comprend les séquences de prises des différentes photos qui exposent les changements issus de l’application du protocole GIZC , comment le premier plan de masse a été changé Trois fois quant à sa surface qui a diminué de 80 ha à 47 ha . A titre illustratif une photo comprend un poteau décrivant la limite du grand flot « la plus haute vague » au delà de laquelle une bande non constructible de 100 mètres a été effectivement adoptée, d’autres séquences montre la préservation du site culturel en lui réservant une surface de 17 ha .

En conclusion on découvre à travers ce reportage comment à travers une bonne communication thématique, pluridisciplinaire et systémique on a pu surmonter les intérêts contrastant, pour atteindre le changement effectué au niveau des visions contrastées tout en transformant les postures rigides verticales vers des rapprochements et compromis bénéfiques au profit équilibré.
 

CONTACT: Houssine NIBANI agirnibani@gmail.com

La zone marine protégée du Parc National d’Al Hoceima >>

Au port d’Al Hoceima, les nasses seraient elles une alternative ? >>