Au port d’Al Hoceima, les nasses seraient elles une alternative ?

22 September 2011 | News story

Avant-gardiste Houssine Nibani a persuadé les pêcheurs palangriers du port d’Al Hoceima à reconvertir ces engins de pêches par les nasses de alfa.

Cette nouvelle représente un intérêt pour les membres de la CEC et d’UICN car elle explique comment on peut attaquer un conflit majeur, à dimension internationale, par un profil de communication bas, il s’agit de réduire l’impact des filets maillants dérivants sur la biodiversité de la mer d’Alboran, à travers une méthode souple on a pu au fur et à mesure atténuer les attitudes de méfiances et de crainte des acteurs de pêche INN « INN = Illégale , Non déclarée , Non Régulée » vis-à-vis des législateurs et des défenseurs de la biodiversité.

En dépit du vide juridique national les pêcheurs étaient néanmoins très conscient qu’ils continuent à pêcher avec des engins de pêche non sélectifs, dévastateurs et illégaux au niveau international ; dans ce contexte on devait agir avec une activité qui touche le sujet de manière indirecte. En effet au début de l’année 2007 on avait proposé un projet de tourisme de pêche, au profit de deux palangriers utilisant encore les filets maillants dérivants, cela nous a permis tout de suite de gagner la confiance de ces pêcheurs, et nous a fait par la suite ouvert leur monde clos.

On a pu ainsi installer une bonne écoute à leurs problèmes, la confiance s’était déjà installée chez d’autres pêcheurs qui ont admis que ces engins de pêche font l’objet d’une loi d’interdiction internationale et aider à comprendre le devoir de l’état Marocain à faire respecter cette loi au niveau national , et en en réciproque recevoir une compensation, en parallèle on a été stupéfait de découvrir leurs Mea-culpa.

A travers un dialogue construit , qui se base sur le respect mutuel pour proposer enfin en 2008 à l’Association des armateurs de pêche au port d’Al Hoceima un projet de reconversion de ces engins de pêche , ma bonne relation avec le FEM SGP au Maroc nous a permis de monter un projet qui visela reconversion des filets maillants dérivant >>

D’autre part il ne fallait pas trop évoquer l’attention chez les pêcheurs des autres ports importants tel Tanger ou Nador qui considéraient encore comme tabou ce sujet, pour cette raison la formulation du projet a évité un contenu explicite « des lourds impacts causés localement par les filets maillants dérivants » voir photos échouages , cette expérience a néanmoins fait cassé ce sujet tabou, et a permis de créer les bonnes conditions à l’état trois année après de proposer un projet de compensation tout en lançant un moratoire d’application de la loi en fin de décembre 2011 pour la destruction totale des filets maillants dérivants .

Cette nouvelle fait coïncider la stratégie mise-en-place par la CEC en relation avec la communication pour le changement avec une approche locale par le biais d’une démarche participative souple et dissuasive. Ainsi les pêcheurs se sont transformés d’une attitude de partie du problème vers une attitude de partie de la solution, par le biais de leur sensibilisation puis leur implication progressive dans la gestion responsable du conflit via notre projet du début à sa fin ,sous forme de prêt à taux gratuit et rotatoire pour acquérir les nouveaux engins de pêche,

Il faut aussi noter que ce projet a une approche genre rare dans le secteur de la pêche au Maroc, car une coopérative de femme a été crée pour fabriquer les nasses de alfa comme engin de reconversion. Actuellement on envisage monter un projet de création et d’appui de la coopérative des palangriers pour améliorer le processus de conditionnement et de commercialisation du produit d’une pêche sélective, ceci afin de diversifier et d’augmenter leurs revenus sans pour autant augmenter l’effort de pêche, promettant ainsi un développement durable aux alentours du Parc National d’Al Hoceima. 

CONTACT: Houssine NIBANI agirnibani@gmail.com 

UN DOCUMENT

Participation des pêcheurs palangrier dans l’étude Delphis Maroc 2009 et 2010 >>

Le 14 Mai 2010, M. le secrétaire générale du département de la pêche maritime au sein du ministère de l’agriculture et pêche maritime, a envoyé une lettre au président de l’association AGIR dans laquelle il porte à sa connaissance l’intention du département à organiser l’opération Delphis 2010, en étroite collaboration avec l’association AGIR à l’instar de la première compagne pilotée en juillet 2009 au large d’Al Hoceima.

Dans cette lettre M. le secrétaire générale, avait rappelé l’intérêt indéniable de cette opération qui consistait à prendre conscience de la nécessité de préserver les composantes biologiques des écosystèmes marins, et de ce fait réussir à garantir une coexistence durable et pérenne entre les usagers de la mer, en l’occurrence les marins pêcheurs, les transporteurs3, les plaisanciers, et la faune marine parmi elle les magnifiques cétacés.
M. Le secrétaire générale reconnaissant la réussite de l’opération Delphis 2009, émanant de l’intérêt particulier que représente cette manifestation a réitéré son invitation à AGIR de participer à la deuxième version de Delphis 2010 Maroc.

 

La zone marine protégée du Parc National d’Al Hoceima >>

L'école vecteur de la sensibilisation à la protection de l'environnement >>