L’UICN soutien la participation des populations autochtones au processus de relecture de la loi forestière au Cameroun

15 July 2011 | News story
0 CommentsWrite a comment

Le réseau Recherche-Action-Concertées (RACOPY) qui regroupe plusieurs organisations de la société civile travaillant sur la problématique des populations autochtones (Baka, Bakola, Bagyéli et Bedzang) au Cameroun,  a organisé un atelier de validation de sa contribution au processus de relecture de la loi forestière le 1er juillet 2011 à Mbalmayo grâce à l’appui financier de l’UICN à travers le projet REDD+.

Les populations autochtones encore appelées « pygmées » au Cameroun, reconnues comme les peuples les plus anciens de la forêt, ne jouissent pas de la même influence politique, ni des même capacités organisationnelles, techniques et économiques que les autres groupes sociaux avec lesquels ils cohabitent, notamment les Bantous. Il est ainsi fait état d’un déficit juridique qui entrave leur accès au bien-être. D’où l’engagement du RACOPY à s’impliquer dans le processus de révision de la loi forestière de 1994 du Cameroun et de ses textes d’application en cours, en vue d’u ne meilleure prise en compte des besoins des Baka, Bakola, Bagyéli et Bedzang dans leur milieu de vie.

Cet atelier dont l’objectif principal était de procéder à la finalisation du document de contribution du RACOPY a rassemblé plus d’une trentaine de participants constitués des représentants des associations des peuples autochtones des zones forestières, des ONGs locales, des administrations (Ministère des Forêts et de la Faune, Ministère des Affaires Sociales), des partenaires au développement (UICN, Plan Cameroun, OIT), et des personnes ressources.

Au terme de cette importante rencontre, les participants se sont approprié  la contribution du RACOPY suite à une présentation détaillée dudit document élaboré par le consultant selon le canevas préétabli par le Ministère en charge des forêts (MINFOF) ;  de même que ce document a été enrichi suite aux amendements apportés par les participants. Des recommandations ont été faites à savoir :

L’uniformisation de la terminologie des concepts tels que populations forestières ou populations autochtones ou pygmées pour la pertinence et la cohérence du texte à proposer ;
production d’un document final suite à la traduction des contributions des participants en termes juridiques par le consultant ;
validation du document final par les organisations membre du RACOPY et leurs partenaires.

Selon le canevas proposé par le MINFOF, les secteurs concernés par les écueils des populations autochtones portent sur le droit  d’usage, le droit à l’appropriation des espaces et des ressources de la forêt, le droit des pygmées à l’indemnisation et le droit à l’information. Le RACOPY est le leader de la thématique « populations autochtones pygmées » dans le processus de relecture de la loi forestière.

Plus d'infos : chantal.wandja@iucn.org


Comments

0 Comments
Write a comment

600 CHARACTERS LEFT

captcha