Communication, éducation et sensibilisation du public: Brazzaville

05 July 2011 | News story

Animateur de la CEC Khadire Diop a participé à l’Atelier régional pour l’Afrique centrale sur la mise à jour des Stratégies et plans d’action nationaux pour la biodiversité.

Abdou Khadire Diop, Animateur de la CEC au Sénégal et en Gambie

La CESP, Communication, éducation et sensibilisation du public (CEPA en anglais) est en droite ligne avec les Objectifs d’Aichi pour la Biodiversité notamment en ses Buts stratégiques A et E déclinés à travers les Objectifs 1, 18 et 19, et particulièrement une réponse potentielle aux préoccupations qui ont émergées de l’exercice ‘Le Marché de la Demande ‘ de l’animateur principal de l’Atelier régional pour l’Afrique centrale sur la mise à jour des Stratégies et plans d’action nationaux pour la biodiversité.

En qualité de personne ressource pour la présentation de l’outil « Communication, Education et Sensibilisation du Public » de la CEC, lors de l’Atelier régional pour l’Afrique centrale sur la mise à jour des Stratégies et plans d’action nationaux pour la biodiversité tenu à Brazzaville du 19 au 23 juin 2011, j’ai été amené à noter la place prépondérante de la communication dans tous les propos, et particulièrement à travers les recommandations issues des interventions. Il a également été noté que l’outil de l’UICN-CEC est en droite ligne avec les Objectifs d’Aichi pour la Biodiversité en ses Buts stratégiques A et E déclinés à travers les Objectifs 1, 18 et 19.

Ce défi de la communication est surtout apparu à travers l’exercice ‘Le Marché de la Demande ‘ du facilitateur principal de l’atelier: M. Didier Babin.

L’objectif manifeste de cet exercice était de créer une simulation sur les potentialités de partenariat e de coopération régionale pour faciliter la révision des SPANB (Stratégies et plans d’action nationaux pour la biodiversité). Dans cette perspective il s’agissait d’identifier et de spécifier ce dont les uns et les autres auraient besoins d’une part, et d’autre part ce que les uns et les autres seraient en mesure d’offrir.

Cet exercice avait également un objectif latent que constitue la possibilité de voir des participants initier de véritables contrats ou protocoles d’accord pour la réalisation de projets communs, aussi bien entre structures d’un même pays qu’entre structures nationales et institutions sous-régionale.

Cependant, cette séance m’a servi de prétexte, mais surtout de point d’entrée pour présenter et amener les participants à échanger sur les éléments clés de la facilitation de la Communication l’Education et la Sensibilisation du Public, dans une perspective de la mise à jour des Stratégies et plans d’action nationaux pour la biodiversité.

Aussi, notre intervention a-t-elle été confortée par un des « besoins » exprimés et affichés sur le mur et qui a brillé en éclat tout le long du séminaire à savoir : « Le renforcement des capacités (des points focaux) en communication et sensibilisation du public – décideurs et acteurs à la base-.

Dans l’approche et la méthodologie pédagogique, il s’agissait d’amener les participants à simuler la préparation d’un contrat de partenariat en se basant sur les offres manifestées et inscrites ainsi que les demandes.

C’est ainsi que la Commission d’Education et Communication (CEC) de l’UICN à travers son Guide Pratique CESP, a été identifiée pour simuler un contrat multipartites avec des ONGs à vocation aussi bien nationale, régionale qu’internationale, à savoir : le Réseau des Jeunes pour les Forêts d’Afrique Centrale (REJEFAC), l’Action pour l’Environnement et la Solidarité Internationale (AESI) et l’ONG Actions pour le Développement Rural (ADR).

L’objectif global tel que stipulé dans le contrat fictif est de ; renforcer les capacités de leurs membres en terme de communication, éducation et sensibilisation du public. Plus spécifiquement, former d’ici fin 2012 , 30 membres de ces ONGs à l’exploitation de l’outil CESP et de leurs mise en application pour toucher une trentaine d’organisation de développement à la base. Ce projet visait comme impact de contribuer à la prise en compte de la biodiversité dans les plans et stratégies de développement du Congo, voir de la Sous-région.

Suite à la présentation de l’outil CESP, une appréciation générale des participants a été effective et nombreuses ont été les personnes qui ont pensé nécessaire la formation des points focaux des SPANB, mais également de certains représentants des départements ministériels parmi lesquels : Mme Galéga Prudence du Ministère de l’Environnement et la Protection de la Nature ( MINEP) du Cameroun dont les observations suivent : Voilà un outil d’une importance capitale pour moi, et qui est venu en son heure, étant entendu que dans un ou deux mois nous procéderons à la révision du processus des SPANB et nous aurons à communiquer avec différentes cibles afin d’assurer une intégration effective de la biodiversité dans tous les plans et projets de tous les secteurs clés.

Presque la quasi-totalité des participants, à promis de mettre en application les connaissances et pratiques acquises auprès du public à leur portée, en s’appuyant sur les outils et supports mis à leurs disposition.

Pour information: Abdou Khadire Diop, Animateur de la CEC au Sénégal et en Gambie, kader.diop@grafdiapol.org