Des enfants dans la mangrove

28 November 2010 | News story

Les enfants des 5 villages en Thaïlande s’investissent à tous les stades du projet de restauration des mangroves. Blandine Mélis, IUCN CEC membre, a accompagné ces messagers de la nouvelle conscience environnementale lors d’une séance de reboisement.

Par Blandine Mélis, chargée de mission Biodiversité pour l’association Planète Mer

Hauts lieux de régénération et de survie des ressources marines, remparts naturels contre les assauts des tempêtes tropicales, filtres mécaniques et biologiques, pouponnières à poissons, les mangroves sont des zones importantes de ressources vivrières pour les populations locales qui en vivent et y vivent.

Cet écosystème a perdu 20% de sa superficie dans le monde depuis 1982 selon l’Organisation Mondiale de l’Agriculture et de l’Alimentation et sa destruction progresse à un rythme trois fois plus rapide que celle des forêts. Certaines zones sont aujourd’hui à ce point dégradées que protéger ne suffit plus. Il est temps, aujourd’hui, de réparer aussi.

En Thaïlande, le développement de l’industrie touristique dans la province de Phuket s’est largement accru au cours des dernières années. Si cette croissance économique est source de devises pour le pays il n’est pas sans conséquence sur le littoral et sur l’épuisement des ressources naturelles. Le profil de la frange côtière est perturbé : ensablement, pollution, destruction des zones d’herbiers et de mangroves, réduction de la biodiversité. A cela s’ajoute l’existence de bassins de grossissement crevettier provoquant la dégradation sur le long terme des mangroves. La Thaïlande aurait perdu 87% de ces mangroves d’origine en quelques décennies (World Resources Institute).

C’est convaincu de l’extrême nécessité d’agir et d’inverser la tendance sur le terrain que l’association française Planète Mer s’engage dans ce domaine. La structure cherche des solutions pérennes et appuie depuis avril 2010, la mise en œuvre d’un projet pilote de restauration des mangroves au nord-est de la Province de Phuket dans la communauté de Paklog, où la richesse des ressources halieutiques est essentielle à la sécurité alimentaire de la région.

Cinq villages et leur population s’impliquent pour gérer et restaurer 600 hectares de mangroves. Chaque communauté développe ses propres compétences qu’elle partage lors de rencontres d’échanges et de débats à l’échelle locale et régionale.

Une attention particulière est déployée auprès de la jeunesse. Faire connaître la valeur économique, socioculturelle et culturelle et la fragilité écologique de la mangrove aux jeunes citoyens de demain, développe progressivement leur sentiment d’appartenance à leur l’environnement et laisse espérer des changements comportementaux durables.

Pour bien protéger, il faut bien comprendre. Des visites « sentier découverte » sont conçues sur le site de Bang Rong, où les scolaires peuvent affuter leur connaissance sur l’importance des mangroves et découvrir leur patrimoine naturel.

Cette éducation environnementale, résolument tournée vers l’avenir, se donne pour but d’influencer le public sur son identité (qui suis-je dans cet environnement qui est le mien et où se situe ma responsabilité).

Les enfants sont appelés à jouer un rôle actif à tous les stades de mise en œuvre du projet pour comprendre les processus indispensables à respecter pour assurer une gestion efficace et responsable des ressources sur le long terme.

Les enfants du village de Bang Rong ont accompagné la mission d’experts chargée d’évaluer l’état de référence écologique sur 3 sites prévus pour le reboisement. Ensemble ils ont réalisé un zonage précis des aires à restaurer, recensé la biodiversité, évalué les causes et le degré de dégradation des sites et déterminé les travaux nécessaires à entreprendre pour garantir des conditions de reboisement optimum. Chaque groupe de jeunes acquiert une expertise particulière (maintenance des pépinières, réhabilitation des sols dégradés, reboisement) qu’il partage avec les autres enfants durant les camps de vacances proposés aux 5 villages concernés.

Les 50 écoliers des villages de Ban Para, Baan Bang Rong, Baan Ao Por, Baan Paklog et Baan Pakcheed se sont spécialisés, pendant 2 jours à l’école de Paklog, sur les usages culturels et traditionnels de la mangrove. Ils ont appris à extraire la teinture naturelle des écorces de palétuvier, à récolter les feuilles de Pluchea indica et de Rhizophora pour la préparation du thé. Cet apprentissage ludique permet aux enfants de transmettre les savoirs avec fierté.

Ce projet résolument participatif s’appui sur l’implication de tous à tous les niveaux de gouvernance. La volonté et l’engagement des enfants encouragent l’effort des adultes et incite la communauté toute entière à respecter les modes de développement durables en faveur des mangroves.

Blandine Melis, chargée de mission Biodiversité pour l’association Planète Mer, bmelis@hotmail.com