IUCN - La Charte Mangrove : Cinq pays de l’Afrique de l’Ouest s’engagent dans la conservation de la mangrove

La Charte Mangrove : Cinq pays de l’Afrique de l’Ouest s’engagent dans la conservation de la mangrove

22 July 2010 | News story
0 CommentsWrite a comment

En marge du forum régional côtier et marin, cinq gouvernements de l’Afrique de l’Ouest (Mauritanie, Gambie, Guinée, Guinée Bissau et Sierra Leone) ont, le 1er Juillet 2010 à Nouakchott en Mauritanie, apposé leur signature sur le document les engageant à coopérer pour la protection de la mangrove dans la sous-région. Le Sénégal s’engage à faire de même dans les prochains jours. Cette charte comprend également des plans d’actions détaillés spécifiques que chaque pays devra entreprendre. La signature est le résultat de trois années de travail conduites par l’UICN et Wetlands International.

La cérémonie de la signature de la Charte était présidée par le Ministre de l’Environnement Mauritanien en compagnie des Ministres Gambien et Bissau Guinéen de l’Environnement, le Sénégal et la Guinée étant représentés par les Secrétaires Généraux. La société civile quant à elle était représentée par l’UICN, la MAVA, le PRCM et Wetlands International.

En signant cette charte, les Etats s’engagent entre autres à promouvoir un usage ou une exploitation durable de la mangrove, à adopter des principes de restauration des écosystèmes dégradés et à réglementer le marché des sous-produits.

La gestion de la mangrove à un niveau sous régional s’explique pour des raisons géopolitiques,  sécuritaires et de biodiversité : 
       - L’exploitation de la mangrove et ses ressources est souvent source de conflits dans les frontières   des six pays,
       - des études ont montré que la mangrove assure la stabilité des côtes et par la même occasion la sécurité des populations et de leurs biens.
       - La mangrove a une grande fonction de conservation car elle abrite une diversité d’espèces.

La mangrove est caractérisée par la présence de palétuviers, arbres dont les racines en forme d'échasses et s'enfoncent dans des vases ou  des lagunes saumâtres.

Leur feuillage est presque toujours émergé, et les racines, plus ou moins aériennes, forment des pilotis. Elle abrite de nombreuses espèces et offre  du bois à des fins énergétiques et de construction, des terres fertiles pour la riziculture, des produits de pêche etc.

Malgré leur utilité, les mangroves ne cessent de se dégrader passant de 3 millions d’hectares à leur apparition à 1 million d’hectare en 1990 puis à 797 200 ha en 2007.

Pour plus d’informations, veuillez contacter :

Mamadou Sow, coordonnateur du projet sur les mangroves, + 221 33 869 02 86, mamadou.sow@iucn.org

Safiétou SALL, chargée de communication UINCN Sénégal, +221 33 869 37 17
safietou.sall@iucn.org
 


Comments

0 Comments
Write a comment

600 CHARACTERS LEFT

captcha