Il est urgent de rétablir la confiance dans les négociations de la CCNUCC

29 November 2010 | IUCN statement

Les gouvernements doivent rétablir la confiance dans le processus de négociation de la CCNUCC qui se tient à Cancun en accroissant le financement alloué au climat et en veillant à incorporer des solutions naturelles dans le régime de l’après-2012, dit l’UICN.

« Seul un accord équitable, large et contraignant permettra de mettre en place l’engagement international indispensable pour gérer la crise climatique », dit Stewart Maginnis, Directeur de l’environnement et du développement de l’UICN. « A Cancun, les Etats devraient veiller à rétablir la confiance dans le processus de la CCNUCC, ce qui nous rapprochera de l’accord final. »

L’adaptation, le financement et la réduction des émissions liées à la déforestation et à la dégradation des forêts (REDD) font partie des principaux points à l’ordre du jour des négociations, auxquelles participent 194 pays. Un cadre pour l’adaptation fera avancer les négociations, d’après l’UICN.

« Les pays en développement vulnérables, en particulier, sont déjà confrontés aux effets du changement climatique », précise Ninni Ikkala, coordinatrice à l’UICN pour les changements climatiques. « Il faut définir un cadre pour l’adaptation à l’échelle mondiale, afin d’apporter un soutien international à des actions d’adaptation de terrain, qui sont nécessaires et urgentes, notamment afin de mieux gérer les ressources naturelles et de s’assurer que les populations locales en bénéficient. »

Des plans de financement accéléré et à long terme rétabliront la confiance dans le processus, d’après l’UICN. Des moyens financiers nouveaux et complémentaires sont nécessaires pour l’adaptation aux effets du changement climatique et la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

« Il faut sortir de la paralysie de l’après-Copenhague », dit Claire Parker, conseillère principale en matière de changement climatique auprès de l’UICN. « Les pays en développement doivent bénéficier d’un financement complémentaire à celui de l’aide officielle au développement afin de pouvoir s’adapter aux impacts déjà à l’œuvre et de réduire leurs émissions. »

Les Etats doivent aussi conclure l’accord sur la REDD plus et s’accorder afin d’en faire un élément central du nouveau régime climatique.

« Réduire les émissions de gaz à effet de serre, tout en conservant les ressources naturelles des forêts, dont dépendent des millions de personnes vulnérables, est une solution où tout le monde est gagnant, tant les populations humaines que la nature », dit Carole Saint-Laurent, conseillère principale pour les politiques de la forêt. «C’est l’une des évolutions les plus prometteuses de la négociation jusqu’à présent ; il est temps maintenant pour les gouvernements de donner une nouvelle impulsion afin que REDD plus fasse partie intégrante du régime climatique à venir. »
 

Porte-parole:
Stewart Maginnis, Directeur de l’environnement et du développement, UICN, stewart.maginnis@iucn.org
Ninni Ikkala, Coordinatrice Changement climatique UICN, ninni.ikkala@iucn.org (espagnol/anglais)
Claire Parker, Conseillère principale en matière de changement climatique, claire.n.parker@btopenworld.com (anglais/français)
Consuelo Espinosa, Responsable forêts et changement climatique, UICN, consuelo.espinosa@iucn.org (anglais, espagnol)
Carole Saint-Laurent, Conseillère principale pour les politiques de la forêt, UICN, carsaintl@bellnet.ca (anglais, français)

Pour plus d’informations ou pour des entretiens, veuillez contacter:
Borjana Pervan, Relations médias UICN, tél. +41 798574072, borjana.pervan@iucn.org
Brian Thomson, Relations médias UICN, tél. +41 797218326, brian.thomson@iucn.org