Afrique du Nord: Le Mouflon à manchettes au bord de la survie

04 June 2014 | News story

 La Tunisie a accueilli du 27 au 29 mai dernier un atelier afin de se pencher sur la situation actuelle de conservation du mouflon à manchettes dans ce pays.

Le Centre UICN pour la coopération en Méditerranée s’est joint à la Direction Générale des Forêts Tunisienne et au ministère de l’environnement pour l’organisation de cet atelier, destiné à valider un plan de conservation pour le mouflon à manchettes (Ammotragus lervia) de Tunisie.
Cette réunion devait permettre la discussion entre les différents acteurs sur la situation actuelle de l’espèce au niveau national, l’identification des principales menaces qui pèsent sur elle et la mise en avant de leurs causes, et enfin devait encourager les acteurs à convenir d’actions de conservation pour inverser ces causes.

Parmi les 25 personnes accueillies sur les deux jours de l’atelier, on pouvait compter des représentants de différents ministères, d’ONG nationales et internationales, mais aussi des experts scientifiques spécialisés dans cette espèce. La réunion a été suivie d’une visite du Parc National de Boukornine.
Le mouflon à manchettes est une espèce d’Afrique du nord autrefois courante dans les terrains montagneux et accidentés, depuis les zones désertiques et semi-désertiques jusqu’aux forêts ouvertes. Cependant l’espèce a subi un fort déclin de population, provoqué par le braconnage et la compétition des stocks nationaux. Cet animal est un herbivore généraliste qui combine le pâturage avec le « broutage de ligneux », et peut survivre de longues périodes sans eau. Le mouflon à manchettes est classé comme Vulnérable par la Liste Rouge de l’UICN.

Cet atelier est le premier organisé dans le cadre du projet « Améliorer les capacités pour la conservation des espèces dans la région méditerranéenne », soutenu par la Fondation MAVA, la Junte d’Andalousie, l’Organisme Autonome des Parcs Nationaux et la Fondation Biodiversité du ministère espagnol de l’agriculture, de l’alimentation et de l’environnement.

Deux autres ateliers auront lieu prochainement au Maroc et en Algérie, afin de valider le plan de conservation respectif pour la grande outarde (Otis tarda) et le macaque berbère (Macaca sylvanus).
Les résultats obtenus fourniront aux autorités nationales une feuille de route adressée à la conservation de ces espèces menacées, ainsi que des fondations pour continuer le travail de conservation des espèces menacées.

Pour plus d’informations : Violeta Barrios