Le basin du Lac Turkana
Le Lac Turkana est important pour la vie de nombreux groupes de pasteurs et de pêcheurs. L’aménagement hydro-électrique en amont du fleuve Omo en Ethiopie constitue une menace majeure pour le lac et les communautés qui en dépendent. Les pâturages font également l’objet de contestations. Les organisations locales semblent être en mesure de réduire les conflits liés au surpâturage, et l’on devrait tirer des leçons de leurs succès.

Le bassin d’Ewaso Ny’iro Nord
Le bassin d’Ewaso Ny’iro Nord abrite de nombreuses parties prenantes. Les pâturages qui reposent sur les inondations du fleuve pourraient être perdus par le fait des changements qui se produisent en amont (Kholer 1987). A cause du recul du point d’assèchement, les groupes pastoraux pénètrent dans les territoires avoisinants, conduisant à des situations de conflit. De nouvelles dispositions en matière d’allocation de l’eau ont été initiées par les ONG locales dans le but de renforcer l’appel des institutions des usagers de l’eau pour une analyse complète.


Le bassin de Tana
Les terres et ressources en eau du bassin de Tana sont une source de conflits entre pasteurs et agriculteurs. La zone connait également le récent phénomène mondial qu’est « l’accaparement des terres » à usage de production de bioénergie de la part d’investisseurs (étrangers). Bien que des emplois puissent être créés, les questions de durabilité et de droits des différents groups d’intérêt aux ressources demeurent prépondérantes.
 

Le bassin hydrographique d’Athi
Ce bassin connait des développements révolutionnaires à cause de la croissance démographique (déversement à partir des districts voisins) et des expériences en matière de réformes agraires. La compétition pour l’eau qui en résulte conduit de plus en plus à des conflits. Les améliorations techniques et managériales dans le développement des nappes phréatiques et la collecte de l’eaux, introduites dans les années 1990 par Moses Mwangi, chercheur principal et rattaché à l’époque au Programme ASAL financé par les Pays-Bas, pourraient aider les autres bassins à développer leur base de ressources en eau. Le renforcement de capacités institutionnelles pourrait également offrir des résultats intéressants pour les autres bassins.