Période : Février 2011 – Décembre 2013

Contexte : 

L’accroissement des pressions humaines sur le littoral, les effets du changement climatique et l’augmentation des risques qui en découlent pour les populations de tortues marines n’est pas encore compensée par l’établissement du réseau régional d’aires marines protégées d’Afrique de l’Ouest - RAMPAO. Des efforts complémentaires doivent être entrepris afin de rendre ce réseau plus représentatif et connectif. Par ailleurs, une amélioration des connaissances scientifiques, une meilleure prise en compte des risques, un partage de l’information et une revitalisation des réseaux de compétences et d’échange sont indispensables. Avec l’appui de l’UICN, de ses groupes d’experts et de ses membres, les Etats d’Afrique de l’Ouest cherchent au travers de ce projet à renforcer les conditions de conservation des populations de tortues marines.

Problèmes adressés par le projet

· Compréhension et connaissance insuffisante des risques pour la survie des populations de tortues marines, liés notamment aux pressions littorales, à l’érosion côtière et au changement climatique,

· Insuffisance du réseau actuel d’aires protégées marines et côtières, par omission de sites importants au titre de la reproduction, de la croissance, de l’alimentation et de la migration,

· Efficacité de la gestion des AMP à renforcer afin de permettre au dispositif existant de mieux jouer son rôle dans la conservation des populations de tortues marines,

· Efforts d’actualisation et de mise en commun des informations scientifiques trop faibles, ne favorisant pas une logique régionale de conservation,

· Faible valorisation des connaissances existantes pour la conservation sur sites et pour la communication et l’éducation environnementale à l’adresse du public, des médias et de la jeunesse,

· Fonctionnement peu efficace des réseaux régionaux d’expertise et de plaidoyer agissant en faveur de la conservation des tortues marines et absence de ressources mises à leur disposition.

 Descriptif du projet :

Objectifs :

Renforcer le dispositif régional de conservation de la biodiversité marine et côtière en Afrique centrale et occidentale

Renforcer les conditions de la conservation des tortues marines en tenant compte des éléments nouveaux de risques liés aux dynamiques littorales et au changement climatique

Résultats attendus du projet :

1. Les risques pour le succès de la reproduction des tortues marines liés aux dynamiques littorales et au changement climatique en Afrique de l’Ouest sont analysés et caractérisés,

· Identification des zones du littoral ouest africain montrant des dynamiques de croissance urbaine et d’implantations humaines, et établissement d’une cartographie prospective des littoraux habités,

· Suivi d’un échantillon des plages ouest africaines sujettes à l’érosion côtière, en complément des travaux conduits par l’UICN dans le cadre du Programme Régional de Lutte contre l’Erosion Côtière de l’UEMOA,

· Etablissement par croisement d’une cartographique prospective des risques pesant sur les sites de ponte en Afrique de l’Ouest (de la Mauritanie au Bénin), en actualisant les données de la CMS,

· Analyse des risques liés à l’augmentation des températures de surface sur les succès de la reproduction dans au moins deux AMP abritant des sites de ponte.

2. La représentativité, la connectivité et l’efficacité de la gestion du Réseau Régional des Aires Marines Protégées en Afrique de l’Ouest – RAMPAO sont renforcées pour mieux contribuer à la conservation des tortues marines,

· Elaboration d’une cartographie des habitats clés, des schémas migratoires, des sites de reproduction et des zones de concentration des tortues marines,

· Identification des gaps à remplir au niveau du RAMPAO pour une conservation effective des tortues marines,

· Appui à des études de faisabilité pour la mise en place de nouvelles aires de conservation dans au moins deux pays de la région (Guinée Bissau et Sierra Leone),

· Appui à la mise en œuvre des recommandations de conservation et des propositions éventuelles de classement de nouvelles aires marines protégées,

· Renforcement du niveau de connaissances et des capacités de monitoring et de surveillance des personnels de terrain dans les AMP du RAMPAO les plus importantes pour les tortues marines.

3. Les réseaux d’expertise, de plaidoyer et de communication agissant en faveur de la conservation des tortues marines en Afrique de l’Ouest sont organisés et actifs.

· Organisation d’une réunion de lancement, en lien avec l’équipe d’URTOMA, destinée à actualiser la liste des ressources dans les différents pays et à faciliter la mise en œuvre des activités prévues par le projet,

· Revitalisation du réseau régional d’expertise, sur la base d’une réunion du groupe des spécialistes des tortues en Afrique de l’Ouest, d’un échange de l’information scientifique existante et de l’actualisation de la Liste Rouge de l’UICN pour la région,

· Dynamisation de la communication et du partage, production et diffusion de documents d’information sur les conditions de conservation des tortues marines à l’adresse des écoles et des médias,

· Instruction de documents de projets pour la période post-2012 en lien avec la CBD, la CMS, la Convention d’Abidjan, le PRCM et le RAMPAO, avec le réseau régional et les partenaires nationaux.

Sites d’interventions,  éléments de précision des activités et livrables (non exhaustifs)

Ile de São Vicente, Cap Vert

Une collaboration entre l’INDP (Institut National pour le Développement des Pêches) et l’ONG Biosphera , appuyée par une expertise scientifique internationale, permettra de mettre en place un SIG de monitoring des plages de l’île, un suivi de terrain pour surveiller les sites d’extraction de sédiments, recenser, suivre et protéger les sites de ponte et d’établir le sex-ratio des jeunes.

 Archipel des Bijagos, Guinée Bissau

La Guinée Bissau a fait des efforts importants de conservation et de mise en place d’un réseau d’aires protégées marines et côtières, visant notamment la tortue verte Chelonya midas. Ces efforts peuvent gagner en efficacité avec une présence permanente sur l’île de Poilão pendant la saison des pontes, qui permettra le suivi de la fréquentation de l’île et l’établissement du sex-ratio à la naissance, et avec la mise en place de mesures conservatoire ou de zones de conservation complémentaires pour les aires d’alimentation des juvéniles autour des îles Unhocomo et Unhocomozinho. 

Zone de Palmarin, Sénégal

Dans le cadre de la Réserve Naturelle Communautaire de Palmarin, les habitants des trois villages cherchent à s’organiser afin de limiter les impacts de l’érosion côtière d’une part, et, d’autre part, pour développer des activités d’écotourisme basées sur l’observation et la conservation des tortues marines. Ce site, qui est également celui choisi par un projet du Gef sur l’adaptation au changement climatique en zone côtière (ACCC), bénéficie d’une base de travail de recherche sur les effets de l’érosion côtière et de l’élévation du niveau de la mer. 

Cartographie régionale des risques littoraux et des impacts possibles sur les sites de ponte

L’UICN fera réaliser une cartographie prospective des risques littoraux au 1/500.000ème, de la Mauritanie au Bénin, faisant apparaitre les zones vulnérables du fait de leur nature géomorphologique et des dynamiques observées (zones exposées aux houles, sensibles aux inondations et à l’érosion côtière), et les zones de développement urbain, ces informations étant croisées avec la cartographie des sites connus de ponte. Cette cartographie, réalisée en complément des travaux conduits pour le compte de l’UEMOA, illustrera l’identification des segments de littoral à risques et d’importance pour les tortues marines, à conserver de façon prioritaire.

Un SIG pour le suivi des plages de l’île de São Vicente au Cap Vert

L’UICN produira, avec l’INDP, une carte analytique des plages de l’île de São Vicente, de leur statut et de leur importance pour la reproduction des tortues Caouanne, associée à un SIG et un protocole de suivi à long terme du statut des plages, des risques de dégradation environnementale et de la contribution à la reproduction des tortues caouannes Caretta caretta du cap Vert.

Cartographie des zones d’importance écologique pour les tortues non pris en compte par le RAMPAO

En lien avec le RAMPAO et en prolongement de l’analyse des gaps du RAMPAO, une carte des zones reconnues d’importance écologique pour la migration, la reproduction, le grossissement et l’alimentation des tortues marines sera élaborée, afin de faciliter l’identification de futurs zones  de conservation ou de gestion dans l’espace PRCM.

Dossier de faisabilité pour le classement de nouvelles aires marines protégées

Des dossiers de faisabilité incluant des feuilles de route seront constitués pour au moins deux sites pouvant faire l’objet de la création de nouvelles aires marines protégées ou de la mise en place de zones marines et côtières sous régime de gestion particulier, notamment pour les Turtle Islands en Sierra Leone et les îles Unhocomo et Unhocomozinho en Guinée Bissau. 

Documents de communication sur les conditions régionales de la conservation des tortues marines

Le livre sur les tortues marines édité par l’UICN en portugais sera traduit en Français et en anglais et mis à disposition des acteurs de la région. Un document court et communicant sera produit par ailleurs en trois langues (français, anglais et portugais), à l’adresse des scolaires, des médias et des populations résidant dans les parcs nationaux, vulgarisant les bonnes pratiques pour la conservation des tortues marines.

Modalités d’intervention et partenariats :

Coordonné par le programme UICN MACO avec participation des bureaux Sénégal et Guinée Bissau. Fond de coopération espagnole via programme  LifeWeb du PNUE

Contacts :

Mathieu Ducrocq : mathieu.ducrocq@iucn.org