1. Peut-on donner une définition d’évaluation économique des écosystèmes naturels?
  2. Quel est l’intérêt de réaliser des évaluations économiques ?
  3. Quels sont les conditions préalables à la réalisation d’une évaluation ?
  4. Comment réalise-t-on une évaluation économique ?
  5. Quelles sont les problématiques liées à la réalisation d’une évaluation économique correcte ?
  6. Quels sont les outils d’évaluation économique des écosystèmes naturels ?
  7. La réalisation d’évaluations économiques est –il possible en Afrique de l’Ouest ?
  8. Pour approfondir : Y-a-t-il des exemples réussis d’évaluation économique des écosystèmes en Afrique de l’Ouest ? Pouvez-vous lister des sources pour approfondissement ?

---------------------------------------------------------------------------------------------------

1. Peut-on donner une définition d’évaluation économique des écosystèmes naturels?

Une définition univoque de l’évaluation économique des écosystèmes naturels est difficile à donner. Mais, si l’on considère les écosystèmes naturels comme les autres facteurs de production manufacturés utilisés dans les entreprises, il devient alors facile de définir l’évaluation économique des écosystèmes naturels. Elle peut donc être définie comme l’estimation de la valeur monétaire, sociologique et écologique de l’apport propre des écosystèmes naturels aux moyens d’existence des populations riveraines en particulier et du pays en général.

Pour bien comprendre la définition d’évaluation économique des écosystèmes naturels il faut partir de la définition du mot « évaluation ». Dans la littérature, l’évaluation c’est le processus qui consiste à exprimer une valeur pour un bien ou service particulier sous une forme souvent monétaire ou pouvant être comptée, mais aussi par des méthodes et mesures utilisées par d’autres disciplines (sociologie, écologie, etc.) ». Une valeur comprend trois dimensions :

  • Valeur d’échange : le prix d’un bien ou service sur le marché (= prix du marché)
  • Utilité : la valeur d’usage d’un bien ou service qui peut être très différente du prix du marché. Par exemple, l’eau à une valeur d’utilité importante, mais sa valeur d’échange (prix du m3 d’eau) est très faible.
  • Importance : la valeur émotionnelle que nous attachons à certains biens ou services.

------------------------------------------------------------------------- haut de page

2. Quel est l’intérêt de réaliser des évaluations économiques ?

Le premier intérêt d’une évaluation économique est de mieux connaître la contribution des écosystèmes naturels pour mieux les exploiter de façon efficace et durable. Par exemple, si vous disposez d’un cours d’eau qui vous souhaitez exploiter pour la production agricole sans savoir que les populations riveraines l’utilisent également pour la pêche, les pratiques agricoles que vous aurez décidé de mettre en place pour exploiter la valeur agricole du fleuve peuvent entraîner une baisse de production de produits halieutiques. Or il n’y a pas de garantie que la valeur agricole du cours d’eau soit plus élevée que sa valeur halieutique. Si par exemple, la valeur agricole était inférieure, alors la perte de la valeur halieutique du fleuve peut entraîner un appauvrissement de la population riveraine et un accroissement de l’importation des produits halieutiques. Ce qui n’est pourtant pas un objectif visé par la politique d’aménagement agricole d’un cours d’eau.

Connaître les valeurs économiques des écosystèmes naturels est important pour aider à choisir les techniques et pratiques d’aménagement agricoles qui ne détruisent pas d’autres valeurs indispensables au bien-être des communautés riveraines d’un écosystème naturel, et donc pour effectuer des choix qui garantissent une croissance économique durable.

------------------------------------------------------------------------- haut de page

3. Quels sont les conditions préalables à la réalisation d’une évaluation ?

Les conditions préalables à la réalisation d’une évaluation économique des écosystèmes naturels sont nombreuses, les citer toutes de façon exhaustive est très difficile. Mais on peut retenir les trois principales conditions suivantes :

  • L’existence d’une demande explicite ou implicite des décideurs politiques à toutes les échelles administratives (locales, régionales, nationales ou transnationales). Cette condition assure que les résultats d’une telle évaluation servent à améliorer les politiques de valorisation durable des écosystèmes naturels.
  • L’existence d’expertise endogène qui peut être associée à une expertise internationale ou régionale. Cette condition assure que les résultats obtenus puissent être bien compris par les décideurs nationaux ou locaux dans un pays donné. Elle garantie également que les méthodes d’évaluation utilisées sont approuvées par la communauté scientifique internationale et que les résultats peuvent être capitalisés au niveau international.
  • L’implication des principaux acteurs concernés par l’écosystème naturel en question. Cette condition assure la prise en compte des préoccupations des différents utilisateurs et acteurs concernés par la conservation et/ou l’utilisation de l’écosystème en question.

Les autres conditions concernent la sélection des approches et méthodes d’évaluation économique des écosystèmes naturels, largement discutés dans la littérature relative.

------------------------------------------------------------------------- haut de page

4. Comment réalise-t-on une évaluation économique ?

Pour réaliser une évaluation économique d’un écosystème naturel, il faut d’abord connaître les relations qui existent entre l’écosystème et le bien-être des populations concernées. En effet, ce sont ces relations qui vont permettre de conduire une évaluation économique acceptée par tous les acteurs. Les relations entre un écosystème et le bien-être de la population sont : (i) les fonctions assurées par l’écosystème, (ii) les usages faits de ces fonctions et (iii) les bénéfices qui en sont tirés. Une fois les bénéfices identifiés, il est alors possible de donner une valeur monétaire à chaque catégorie de bénéfices tirés de l’écosystème.
De façon pratique, pour qu’une évaluation économique d’écosystème naturel soit bien compréhensible des décideurs politiques, elle doit comprendre une évaluation écologique (valeur d’importance), une évaluation des usages et des bénéfices tirés (valeur d’utilité) et enfin, une estimation de la valeur monétaire (valeur d’échange).

------------------------------------------------------------------------- haut de page

5. Quelles sont les problématiques liées à la réalisation d’une évaluation économique correcte ?

Il est difficile, voir impossible, d’avoir une évaluation économique correcte, au sens d’exacte. La principale raison est qu’aucune étude de ce genre ne peut disposer de suffisamment de ressources pour estimer la valeur économique totale d’un écosystème. Bien entendu, il existe des approche et méthodes qui peuvent permettre d’évaluer globalement la valeur économique, telle que la méthode d’analyse contingente où on demande aux gens de déclarer le montant d’argent qu’il consentirait à accepter ou à payer pour la conservation d’un service écosystémique. Mais cette méthode est aussi connue pour sa faiblesse à traiter de façon convenable la valeur d’échange attribué à des biens publics qui n’ont pas de marché et dont la consommation ou l’utilisation est considérée comme libre et gratuite.

Mais une évaluation économique des écosystèmes naturels peut être correcte au sens d’honnête et de régulière. Il existe trois groupes de problèmes à considérer pour la réalisation d’une évaluation économique honnête et régulière, et donc correcte :

  • L’existence d’une expertise en matière d’évaluation économique des écosystèmes naturels. Du fait de la spécificité d’une telle évaluation, il est évident de trouver la ressource humaine qui a de l’expérience dans l’utilisation des approches et méthodes d’évaluation économique des écosystèmes. L’équipe d’évaluation ne doit pas confondre l’évaluation économique dans le sens de la performance globale d’une entreprise (utilisant le compte d’exploitation) et l’évaluation économique dans le sens de la contribution des services écosystémiques dans la performance globale de l’entreprise.
  • Le choix de la méthode d’estimation de la valeur d’échange des services écosystémiques qui n’ont pas de marché. Les acteurs peuvent trouver difficile d’attribuer une valeur d’échange à ces types de services écosystémiques.
  • Le risque de compter plusieurs fois la valeur économique de certains services écosystémiques qui sont des intrants (facteurs ou inputs) de production. On peut facilement compter par exemple la valeur du pâturage produit par un écosystème naturel pour la consommation du bétail et la valeur du bétail lui-même. Ce qui constitue un double comptage, parce que la valeur du pâturage est incluse dans le bétail avec d’autres intrants de production animale.

------------------------------------------------------------------------- haut de page

6. Quels sont les outils d’évaluation économique des écosystèmes naturels ?

Il existe une multitude d’outils d’évaluation économique des écosystèmes naturels qui sont regroupés en quatre catégories :

  • la première catégorie concerne des outils basés sur des estimations directes du marché. Elle s’applique à des services écosystémiques qui sont directement récoltés de l’écosystème et commercialisés ou commercialisables. Il existe donc un prix de marché pour lesdits services. Par exemple, les produits de la pêche, le bois-énergie, les produits forestiers non ligneux, les produits de chasse, etc.
  • La seconde catégorie concerne des outils basés sur des estimations indirectes du marché. Elle s’appelle à des services écosystémiques qui ont des produits de substitution sur le marché. On peut citer les produits de la pharmacopée qui ont des substituts dans les produits pharmaceutiques modernes.
  • La troisième catégorie concerne les enquêtes basées sur des hypothèses d’existence de marché pour les services écosystémiques évalués. Ces enquêtes peuvent être appliquées à un ou plusieurs services écosystémiques.
  • La dernière catégorie est basée sur la transposition d’avantages d’un domaine semblable au service écosystémique évalué. On utilise les résultats d’une étude conduite dans un écosystème pour les adapter à un autre écosystème qui présente les caractéristiques similaires.

Chaque outils d’évaluation économique présente des avantages et des inconvénients que l’équipe en charge de l’évaluation doit bien comprendre, les évaluer par rapport aux services écosystémiques qu’elle veut évaluer et les appliquer en connaissance de cause.

------------------------------------------------------------------------- haut de page

7. La réalisation d’évaluations économiques est –il possible en Afrique de l’Ouest ?

La réalisation d’évaluations économiques des écosystèmes naturels est bien possible et même recommandée en Afrique de l’Ouest. D’abord, parce que tous les pays d’Afrique de l’Ouest disposent encore d’écosystèmes naturels ou faiblement perturbés (zones humides, forêts) qui assurent des fonctions écologiques importantes, à usage souvent multiple et qui génèrent des bénéfices pour les populations riveraines et les économies nationales. Certains de ces écosystèmes sont d’ailleurs partagés ; ce qui suppose que les fonctions écologiques sont transfrontalières, même si les usages et les bénéfices sont locaux et nationaux. Estimer les valeurs économiques au niveau local, national et transfrontalier permet aux décideurs de disposer d’informations importantes pour garantir une exploitation durable à tous ces niveaux.
Secundo, les approches et outils d’évaluation économiques des écosystèmes naturels existent et sont accessibles aux cadres économistes, sociologues et écologues d’Afrique de l’Ouest.
Tertio, face aux difficultés que rencontrent les instruments législatifs pour assurer à eux-seuls la gestion durable des ressources naturels, les évaluations économiques peuvent fournir des arguments supplémentaires aux décideurs et acteurs concernés pour l’application effective des politiques de développement durable adoptées par tous les pays d’Afrique de l’ouest.
Ces possibilités ont bien sûr besoin d’être soutenues par des actions concrètes en matière de renforcement des capacités des acteurs concernés. Les chercheurs doivent être formés à la conduite des évaluations économiques des écosystèmes. Les décideurs politiques doivent être mieux sensibilisés sur l’utilisation des résultats des évaluations dans les prises de décision. Les planificateurs et les populations riveraines des écosystèmes d’importance nationale doivent être également sensibilisés sur les rôles dans la conduite des évaluations économiques.

------------------------------------------------------------------------- haut de page

8. Pour approfondir : Y-a-t-il des exemples réussis d’évaluation économique des écosystèmes en Afrique de l’Ouest ? Pouvez-vous lister des sources pour approfondissement ?

Il y’a quelques exemples d’évaluations économiques d’écosystèmes ou de services spécifiques d’écosystèmes qui ont été réalisés en Afrique de l’Ouest. L’UICN en a réalisé :

------------------------------------------------------------------------- haut de page