Un pas en avant vers le partage des bénéfices prévus dans le cadre de la réalisation du barrage de Fomi

22 November 2013 | News story

Avec la validation de deux études, réalisées grâce à l’appui de la Global Water initiative (GWI), par une cinquantaine de participants représentant les diverses parties prenantes concernées par le projet de barrage de Fomi en Guinée, une avancée importante a été constatée dans la signature d’un accord écrit entre l’État et les populations affectées par le futur barrage et sur le partage des recettes issues de la vente de l’électricité.

Les 18 et 19 septembre 2013 s’est tenu à Conakry, en République de Guinée, dans la salle de réunion de l’hôtel Petit Bateau, l’atelier national de restitution des résultats de deux études menées dans le cadre du Projet Fomi avec l’appui de la Global Water initiative (GWI) :

  • Une étude sur la faisabilité d’un accord écrit entre l’Etat et les populations affectées par le projet (PAP) de barrage de Fomi
  • Une étude sur le partage des recettes issues de la vente de l’électricité du barrage de Fomi avec les populations affectées

Le discours d’ouverture de l’atelier, qui a suivi les interventions du Président de la Coordination Nationale des Usagers de Guinée, du représentant du Directeur Régional de l’UICN et du représentant du Ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts, a été prononcé par Monsieur Ismael Dia, Conseiller chargé de l’Eau du Ministre d’État chargé de l’Énergie, représentant celui-ci. M. Dia a rappelé le contexte de l’atelier et précisé l’importance des thèmes des deux études. Il a ensuite insisté sur la nécessité d’un partage équitable des bénéfices sur le long terme avec les communautés locales et d’établir clairement d’un commun accord les responsabilités des services publics de l’État en charge de l’exécution et de la réalisation des grandes infrastructures et des populations affectées.

Au terme des débats fructueux, les participants ont validé les conclusions des deux études et accepté les principes du partage des recettes de la vente de l’électricité et de l’accord écrit sous la forme d’une convention entre l’État et les PAP, sous réserve de la prise en compte des amendements, observations et suggestions partagés. 11 recommandations ont été formulées (voir communiqué final) afin de soutenir la mise en œuvre effective des deux feuilles de route associées aux rapport d’étude. Pour exemple, les trois premières sont :

  1. Assurer en priorité l’appropriation des conclusions de cet atelier par le Ministère d’Etat à l’Energie pour la mise en œuvre des deux feuilles de route et leur prise en compte dans l’actualisation des études du projet Fomi, en s’appuyant sur les cadres juridiques de la CEDEAO (lignes directrices et directive cadre en cours d’élaboration) et de l’ABN (Charte de l’eau et son Annexe n°1).
  2. Approfondir la réflexion concernant la convention entre l’Etat et les PAP, pour savoir qui signera au nom de l’Etat en assurant un consensus entre les parties prenantes et en respectant l’analyse produite dans le rapport d’étude.
  3. Définir les mécanismes et critères de choix des représentants légitimes des communautés et assurer l’appui nécessaire pour son opérationnalisation.

Cette rencontre a eu lieu dans le cadre de la Global Water Initiative (GWI) financée par la fondation Howard G. Buffett et mise en ouvre par le consortium formé par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) et l’Institut International pour l’Environnement et le Développement (IIED).

Pour plus d’informations vous pouvez contacter : Jérôme Koundouno, Coordinateur régional GWI Afrique de l’Ouest


Une vue aérienne d'écosystèmes d'Afrique centrale et occidentale