Les barrages et l’irrigation : quels enjeux pour les petits producteurs ?

22 August 2013 | News story
0 CommentairesWrite a comment

Afin de stimuler la réflexion autour de la gestion de l’eau et de la terre liée à la grande irrigation et aux grands réservoirs de barrages, l’UICN et l’IIED, à travers le programme de la Global Water Initiative (GWI), ont organisé un atelier régional à Ouagadougou du 10 au 12 juillet 2013.

Les politiques nationales en matière de sécurité alimentaire se concentrent sur le riz comme principale culture vivrière irriguée et prônent l’utilisation des grands barrages pour stocker l’eau et permettre, en plus de produire de l’électricité, une irrigation à grande échelle en double culture. Plus de 90 barrages ont déjà été construits en Afrique de l’Ouest pour soutenir l’irrigation et près de 40 autres à usages multiples sont prévus. Toutefois, la production des périmètres irrigués existants est bien en deçà des attentes, et ce pour plusieurs raisons : sous-exploitation du potentiel, rendements agricoles souvent faibles, niveau de risque et d’incertitude élevé, faible efficience de l’utilisation de l’eau...

« L’amélioration des outils et règles de gouvernance autour des systèmes d’irrigation existants doit permettre à tous les bénéficiaires locaux de partager équitablement les ressources en eau et les terres, en évitant les conflits entre usagers, et en exploitant toutes les opportunités d’investissements dans des activités génératrices de revenus pour assurer leur sécurité alimentaire », relève M. Jamie Skinner, IIED, Directeur de la Global Water Initiative en Afrique de l’Ouest.

L’objectif de cet atelier régional était de partager les expériences de la région sahélienne et d’échanger sur les aspirations, les contraintes de production et les enjeux autour de la sécurité des moyens de subsistance des différentes catégories d’agriculteurs présents sur les grands périmètres irrigués. Il a regroupé une cinquantaine de participants représentant les structures concernées par l’irrigation à grande échelle en Afrique de l’Ouest : organisations de producteurs, directions nationales, recherche, société civile, organisations régionales, bailleurs, etc.

Les débats ont permis de faire émerger des idées à partir des expériences partagées, des constats du terrain et des discussions, pour orienter le débat régional vers la recherche de solutions dans le but de soutenir les moyens de vie des différentes catégories d’agriculteurs. Les thèmes clés tels que les rôles respectifs des organisations paysannes et de l’Etat, le conseil agricole, la sécurisation foncière des exploitations familiales et le financement de la production rizicole, ont été au cœur des travaux durant les trois jours de rencontre. Cette dernière a également permis aux acteurs et partenaires intéressés par la démarche de concertation régionale de mieux se connaitre pour accompagner le débat et travailler ensemble dans l’avenir.

Le programme Global Water Initiative (GWI), financé par la Fondation Howard G. Buffett et mis en œuvre par le consortium formé par l’UICN et l’IIED, en collaboration étroite avec les institutions nationales en charge de ces questions et les organisations de producteurs, vise à comprendre les dynamiques locales pour appuyer les petits producteurs dans les grands aménagements hydro agricoles existants afin d’améliorer durablement la productivité de la riziculture et les revenus des producteurs, par l’apprentissage, le partage de l’information et l’adoption de bonnes pratiques (innovations).

Pour plus d’informations vous pouvez contacter : Jérôme Koundouno, Coordinateur régional GWI Afrique de l’Ouest


Commentaires

0 Commentaires
Write a comment

600 CHARACTERS LEFT

captcha
Une vue aérienne d'écosystèmes d'Afrique centrale et occidentale