RDC-SOPR

RDC - Carte

Solidarité pour la Promotion Rurale: SOPR

SOPR est une association sans but lucratif créée en janvier 2005 et s’étant fixé pour objectif d’accompagner des groupements en milieu rural sur des questions de gestion rationnelle et participative de l’environnement.

L’association intervient au Nord-Kivu en République Démocratique du Congo (RDC).

Basée à Goma, celle-ci s’est engagée depuis 2005, avec d’autres membres du Réseau CREF dont elle fait partie dans une dynamique de planification territoriale ayant abouti fin 2006 à la mise en place de plans directeurs de gestion des ressources forestières et naturelles.

En cohérence avec cette planification, SOPR s’est investi pour la période 2008-2012 dans la «gestion participative des forêts et des aires protégées au profit des communautés locales» et dans la «gestion participative et rationnelle des ressources halieutiques des Lacs Edouard et Kivu et dans les rivières situés en zones forestières».

C’est dans ce contexte que l’ONG a travaillé de 2008 à 2011 sur des projets d’appui à la gestion participative des ressources halieutiques du Lac Edouard (avec l’appui de l’UICN Pays-Bas), de sensibilisation des communautés sur la conservation et de reboisement communautaire des bassins versants des zones côtières du Parc National des Virunga (PNVi).

Cette Aire Protégée, située en bordure des frontières entre la RDC, l’Ouganda et le Rwanda, couvre une superficie d’environ 780.000 ha et fut le premier Parc National créé en Afrique en 1925.

Reconnu site du patrimoine Mondial par l’UNESCO en 1979, en raison notamment de sa richesse faunique et floristique remarquable et de sa grande diversité de biotopes et d’habitats naturels, il est classé site en péril depuis 1994 en raison des menaces persistantes pesant sur celui-ci.
Illustratif de son importance écologique, le Parc abrite selon l’UNESCO « 218 espèces de mammifères, 706 espèces d’oiseaux, 109 espèces de reptiles et 78 espèces d’amphibiens. Il sert aussi de refuge à 22 espèces de primates, dont trois espèces de grands singes – le gorille de montagne (Gorilla beringei beringei), le gorille des plaines de l’Est (Gorilla beringei graueri) et le chimpanzé de l’Est (Pan troglodytes schweinfurthi), et à un tiers de la population mondiale de gorilles de montagne. Parmi les ongulés, on trouve certains animaux rares comme l’okapi (Okapi johnstoni), endémique à la République Démocratique du Congo (RDC), et le céphalophe rouge (Cephalophus rubidus), endémique aux monts Rwenzori. »

Théâtre de nombreux conflits armés au cours des dernières décennies, le Parc National subit également par ailleurs les fortes pressions exercées sur l’AP et sa périphérie par les populations riveraines, dans un contexte de croissance démographique importante. Cette situation est source de nombreux conflits d’usage entre acteurs qui sont à l’origine de l’initiative que cherche à mettre en œuvre SOPR.

L’objectif général du projet que mène actuellement SOPR est de favoriser la médiation des conflits entre parties prenantes à la conservation du PN et de faire la promotion d’un système de conservation de l’environnement permettant une répartition plus équitable des bénéfices générés par l’AP.

L’idée de l’ONG à travers ce projet est ainsi de chercher à faciliter le rétablissement d’un dialogue entre les communautés locales et les gestionnaires, et ce afin de contribuer à l’amélioration de la gouvernance des ressources naturelles et des écosystèmes du PNVi et à une plus grande prise en considération des droits et obligations des communautés locales dans les décisions associées à la gestion de la périphérie de l'AP.

De cette façon, le projet se fixe à terme pour objectif de permettre de davantage valoriser le rôle des communautés locales dans la protection de la biodiversité, tout en contribuant à mettre la question du développement socio-économique au cœur du débat associé à la gestion de l’AP.

En synergie avec d’autres acteurs impliqués dans et autour du PNVi (chefs coutumiers, services publics et privés, etc…) des activités de sensibilisation, de monitoring et de lobbying seront menées par l’ONG en vue de renforcer la mobilisation des acteurs autour de la protection du Parc et de favoriser la mise en place d’une gestion participative de la périphérie de l'AP.

A l’issue du projet, est attendu comme résultats que des stratégies de renforcement de la collaboration entre services de conservation et populations riveraines soient progressivement mises en œuvre, que les communautés locales participent plus activement à la gestion du PNVi dans trois agglomérations situées en périphérie de l’AP, qu’une base des données répertoriant les conflits soit constituée et actualisée régulièrement.

Des comités de médiation seront également mis en place et les capacités des médiateurs en matière de monitoring et de lobbying seront renforcées.

Oyenga (CAMEROUN) - Arbre

CONTACT

Eddy KAMBALE, Coordinateur de SOPR

soprgraben@yahoo.fr