RDC-MBOU MON TOUR

RDC-Carte

Mbou Mon Tour

 Créée en 1997 par des cadres universitaires et des villageois de la zone de Bolobo (Province du Bandundu), l’ONG Mbou-Mon-Tour (MMT) a été officiellement reconnue en 2001 et s’est fixée pour objectif d’agir conjointement pour la conservation de l’environnement et la promotion du développement local.

Sa zone d’intervention se situe dans le Territoire de Bolobo (Province de Bandundu) à environ 300 km au nord de Kinshasa dans un habitat de mosaïque forêt- savane. Il est possible d’y accéder par route, pirogue ou petit porteur (55 minutes de vol). Les activités de sensibilisation, menées à une échelle plus large, s’étendent également aux Territoires de Yumbi, Mushie, Inongo et Kutu.

Une des caractéristiques de la zone d’intervention de MMT est qu’elle abrite une importante population de bonobos (Pan paniscus), espèce endémique classée « En danger » selon la liste rouge de l’UICN.

Dès 2001, MMT a fait appel à la communauté scientifique internationale afin que des inventaires soient menés pour confirmer la présence de l’espèce dans cet écosystème, et à terme obtenir un soutien permettant de financer leur protection.

C’est au final en 2005 que les inventaires ont été menés par des scientifiques du Fonds Mondial pour la Nature (WWF), confirmant la présence en forte densité d’une importante population de bonobos.

Contrairement à la situation constatée dans d’autres régions situées plus au nord, l’ethnie majoritaire locale vivant dans le territoire de Bolobo, les Batéké, ont un interdit alimentaire fort concernant les bonobos. En effet, ces derniers sont considérés comme des humains s’étant réfugiés dans la forêt après n’avoir pas honoré une dette, et ce afin d’échapper à une loi coutumière faisant d’un débiteur insolvable l’esclave de son créancier.

Les actions de conservation et de sensibilisation menées par MMT s’appuient fortement sur cette tradition dont elle cherche à limiter l’érosion.

Depuis sa création, l’ONG a mis en place une ferme agropastorale pilote (abritant également le siège de MMT et où sont développées des activités de métayage et d’élevage), mène des activités de sensibilisation des populations à la protection de l’environnement, ce qui a permis que six (6) villages du Territoire de Bolobo décident de consacrer une partie de leur forêt à la protection des bonobos. Des activités de réhabilitation des infrastructures routières ainsi que des activités de monitoring et d’habituation des bonobos à la présence humaine ont également été menées en vue de développer à terme l’écotourisme.

En 2011, MMT a également accueilli la première tournée de sensibilisation pour la RDC menée dans le cadre de la malle pédagogique «les grands singes et leur habitat» créée par Sabrina et Jean Michel Krief du Projet de Conservation des Grands Singes (PCGS).

En début d’année 2013, il existait six sites de conservation communautaire des bonobos choisis par les autorités coutumières locales en accord avec la population. Ces espaces sont toujours accessibles aux humains mais les activités anthropiques y sont réduites de manière consensuelle, la chasse et la culture de champs étant deux exemples d’activités n’y étant désormais plus menées. Le premier site à avoir été créé abrite la ferme pilote de l’ONG et deux maisons permettant d’assurer l’hébergement des différents visiteurs. Trois de ces sites accueillent par ailleurs régulièrement des chercheurs et étudiants venus de différents pays (RDC, France, Belgique, Etats-Unis, Allemagne...).

Afin de soutenir les efforts consentis par la population locale pour conserver l’écosystème d’habitat des bonobos, et ce dans un contexte difficile en ce qui concerne des questions de sécurité alimentaire et l’acheminement des récoltes vers les marchés, le WWF a fourni au village de Nkala un moulin, construit une école primaire et s’est engagé à améliorer les infrastructures routières.

D’autres organismes apportent actuellement à l’ONG un soutien logistique, technique et financier parmi lesquels la Vallée des Singes, le Conservatoire pour la Protection des Primates, le PCGS, la Fondation Nature & Découvertes, l’European Association of Zoos and Aquaria (EAZA), Paniscus et Bonobo ECO. L’ONG française AWELY compte également appuyer le développement d’activités alternatives. Des projets d’agroforesterie et d’élevage devraient également bientôt voir le jour.

Un processus est actuellement en cours en vue d’obtenir la reconnaissance légale de forêts communautaires officiellement destinées à la conservation des bonobos ainsi qu’au développement d’activités économiques dans leur périphérie au profit des communautés.

MMT est sur le point de mettre en œuvre un projet PPI de deux ans, visant entre autres à appuyer la création des forêts communautaires de conservation des bonobos, la mise en œuvre d’activités alternatives génératrices de revenus (petit élevage), la sensibilisation des communautés locales à la conservation des bonobos et les activités de suivi des bonobos par les équipes de pisteurs villageois employés par MMT.

Dans un futur proche, les premiers éco-touristes devraient pouvoir venir visiter ce site unique où il est possible d’observer les bonobos sauvages et où les populations locales sont à l’origine du processus de protection de l’espèce.
 

Kribi (CAMEROUN) - Pirogue 1

CONTACT

Jean-Christophe BOKIKA, Président du Comité Exécutif de MMT

ongmboumontour@yahoo.fr 
 

Une vue aérienne d'écosystèmes d'Afrique centrale et occidentale
  • Province du Bandundu (RDC) - Bonobo de la zone de Bolobo

    Province du Bandundu (RDC) - Bonobo de la zone de Bolobo

    Photo: Thomas BACHA

  • RDC - Territoire de Bolobo - Pisteurs MMT

    RDC - Territoire de Bolobo - Pisteurs MMT

    Photo: MMT