BURKINA FASO-ASE

BURKINA FASO - Carte

L'Association pour la Sauvegarde de l’Environnement: ASE

ASE est une association burkinabé créée en 1992.

En milieu d’année 2012, l’équipe technique d’ASE comptait 5 personnes dont un Président, un Secrétaire Général, un responsable du suivi-évaluation, une secrétaire-comptable et un animateur.

L’organisation s’est fixée pour mission principale d’optimiser la concertation et la coordination entre les acteurs de la société civile intervenant dans le domaine de l’environnement afin de favoriser et de renforcer leur implication et leur contribution à la gestion de l’environnement au Burkina Faso.

L’ASE intervient dans la région du Nord du Burkina Faso, essentiellement dans les provinces du Passoré et du Zondoma et a son siège à La Toden (Province du Passoré).

Ses activités couvrent la réhabilitation des terres dégradées, le reboisement, l’électrification rurale, la promotion du biogaz dont les biodigesteurs, le renforcement des capacités des communautés.

Voici quelques uns des projets récemment mis en œuvre par ASE:

  • « Appui à la restauration des sols et à la protection de l’environnement »

Ce projet a abouti à la récupération de 173 hectares de terres dégradées à Bouré et Gogho.

2 pépinières ont été installées dans ces zones, 25.000 plants ont été produits et 40 hectares de terres revégétalisés. 245 fosses fumières ont été construites et 290 hectares de terres amendés grâce au compost produit.

Des groupements féminins de Bouré et Gogho ont été équipés en matériel de CES/DRS et leurs capacités en entretien des pépinières et en construction de diguettes ont été renforcées lors d’un voyage d’études.

  • « Formation/Sensibilisation des conseillers villageois de développement (CVD) sur la question des changements climatiques »

Grace au projet, mille six cent vingt sept (1.627) personnes dont 1.177 hommes et 450 femmes ont vu leurs capacités renforcées sur les stratégies d’adaptation aux changements climatiques et sur les comportements à promouvoir en cas de situation de catastrophe.

  • « Appui à l’amélioration de la fertilité des terres »

Ce projet a permis la récupération de 350 hectares de terres dégradées, d’amender environ 385 hectares de champ de culture, de renforcer les capacités des membres du groupement en gestion des ressources humaines, en recherche de financement, en entretien des fosses fumières et des cordons pierreux et de mettre en place 2 pépinières.

  • « Valorisation des Déchets d’Animaux (PRO.VA.D.A.) »

Dans les communes rurales concernées par ce projet d’ASE (La Toden, Samba et Bagaré), la forte dépendance du bois comme source d’énergie domestique, les feux de brousse et la pression agricole contribuent à détruire le couvert végétal.

De plus, le faible rendement agricole des sols, la faible productivité du bétail due à la divagation, la malnutrition, les problèmes sanitaires et l’insuffisance de revenus pour l’achat de matériels adéquats d’éclairage, ont poussé ASE à définir ce projet de valorisation des déjections animales en énergie renouvelable.

Des actions de réhabilitation des écosystèmes forestiers, par la conduite de reboisement, d’actions de régénération naturelle assistée (RNA) et de mise en place d’ouvrages anti-érosifs seront également menées dans le cadre de ce projet.

La promotion de l’utilisation du biogaz vise à réduire la dépendance des populations vis-à-vis du bois d’énergie, ce qui aura pour avantage de préserver les peuplements forestiers.

De plus, la réduction de la pression du bétail, rassemblé dans les étables, sur le couvert végétal favorisera sa régénération. Enfin, les déjections animales collectées des étables approvisionneront les bio-digesteurs et l’utilisation des effluents produits comme fumier contribuera à l’amendement des sols et à l’amélioration du rendement des cultures.

ASE bénéficiera d’un appui technique et financier d’un programme d’appui aux énergies renouvelables, le Programme National de Biodigesteurs (PNB), financé par Hivos et la SNV (coopération hollandaise) et qui œuvre déjà à l’installation de bio-digesteurs dans plusieurs régions du Burkina Faso.

Les principaux résultats attendus à l'issue du projet sont :
- 35 bio-digesteurs sont fonctionnels et alimentent 35 ménages en biogaz;
- 35 étables et 70 fosses fumières sont construites pour valoriser les effluents des bio-digesteurs;
- le suivi sanitaire des troupeaux (vaccinations, déparasitage) est assuré par des visites trimestrielles des agents de l’élevage des communes rurales;
- 6000 plants d’Acacia (ssp. nilotica, albida et semea) et de Boenia sont produits dans 3 pépinières (une par village) et plantés dans les 3 communes rurales;
- 35 producteurs sont formés, équipés et pratiquent la RNA sur une superficie de 80 ha et des ouvrages anti-érosifs sur une superficie de 80 ha également.

A l’issue du projet, est plus globalement attendu la régénération du couvert végétal et la conservation de la biodiversité, la réduction de la consommation du bois énergie et la préservation des peuplements forestiers, l’amélioration de la productivité du cheptel et la pérennisation de la production de biogaz.

BURKINA - Baobab 1

CONTACTS

René OUIBGA, Président d’ASE

aseltd@yahoo.fr