Célébration de la journée internationale des peuples autochtones en RDC

16 August 2010 | News story

La Journée internationale des peuples autochtones a été organisée pour la première fois en RDC ce lundi 9 août 2010 au Jardin botanique de Kinshasa par le ministère de l’Environnement, Conservation de la nature et Tourisme  avec l’appui de ses partenaires au développement notamment UNFPA, WWF, CARPE-UICN et  la Fédération des Industrielles du Bois (FIB) avec la collaboration des réseaux des peuples autochtones et la Société civile de la RDC.
 

«La rencontre entre les cultures et spiritualités autochtones du Sud et du Nord face au Vih/Sida », est le thème choisi pour cette 16ème édition. Mais compte tenu des problèmes spécifiques des peules autochtones de la RDC, plusieurs sous-thèmes étaient développés notamment, le peuple autochtone face au VIH/SIDA, le peuple autochtone et le processus de zonage participatif en RDC, le droit spécifique des peuples autochtones.
 Le monde entier célèbre la journée internationale des populations autochtones le 9 août. Cette journée a été décrétée par les Nations Unies depuis 1994. Elle marque la reconnaissance internationale de l’identité spécifique des peuples autochtones et la singularité de leur culture.
C’est également une opportunité tant pour la communauté internationale que pour les pays de redoubler d’efforts pour aborder les questions d’exclusion, de discrimination et de pauvreté dont souffrent en grand nombre ces populations.
 « Avec cette première célébration, la RDC s’engage à impliquer totalement les peuples autochtones dans le développement et le progrès du pays », a déclaré José Endundo Bononge, Ministre de l’ECNT lors de cette cérémonie.
Le Ministre José Endundo a reconnu que cette journée constitue un atout majeur pour ces peuples qui constituent 1% de la population de la RDC. Il a également affirmé qu’ils sont des Congolais avec les mêmes droits et la même citoyenneté que les autres. Il a continué en déclarant la poursuite du combat d’équilibre et d’équité, car il en reste encore quelques poches de résistance. Quant aux différents thèmes de la journée, il a souligné que ceux-ci étaient évocateurs dans la mesure où ces peuples constituent les premiers conservateurs des ressources naturelles et de la biodiversité. Ces derniers détiennent également des connaissances qu’ils peuvent bien mettre au service de l’intérêt national, notamment sur le plan médical. D’où il en a appelé à la volonté de tous, pour réussir le combat de la justice vis-à-vis de ce peuple et de la reconnaissance de leur dignité.
Le Coordonnateur national du Programme Régional de l’Afrique Centrale pour l’Environnement (CARPE-UICN), M. Toussaint Molenge, a pour sa part soulevé la nécessité d’une synergie de toutes les parties prenantes pour identifier et intégrer les problèmes spécifiques des peuples dans leurs plans d’actions  en vue de promouvoir les activités alternatives et de la diminution de la pression humaine sur les ressources naturelles.
Il a, à l’occasion, indiqué que le CARPE dispose d’un vaste programme de petites subventions destinées au renforcement des capacités structurelles et organisationnelles de la société civile environnementale en générale et en particulier aux organisations des peuples autochtones. Il a insisté en disant que plusieurs ONG des peuples autochtones avaient déjà bénéficiées du soutien de CARPE à travers le programme de petites subventions
Pour le compte de WWF, Mme Christine Tam a appuyé cette nécessité de synergie en annonçant la publication des résultats d’une étude menée sur les populations autochtones par son institution avec comme objectif de dégager leurs droits spécifiques
L’occasion a été pour les leaders des populations autochtones de la RDC de faire entendre leur voix auprès du gouvernement sur les problèmes qui les touchent, de sensibiliser les peuples autochtones à s’approprier la journée qui leur est consacrée et d’adresser un message fort pour la reconstruction du pays. Ils ont également reconnu et salué des signaux forts du gouvernement et quelques avancées significatives qui leur donnent de l’espoir.
 


Une vue aérienne d'écosystèmes d'Afrique centrale et occidentale