Lutte anti braconnage : L’UICN soutient l’appel à S.E M. Paul Biya pour sauver les éléphants du Cameroun

10 June 2013 | Article

Une conférence de presse portant sur l’appel à Son Excellence Monsieur Paul Biya pour sauver les éléphants du Cameroun s’est tenue le 30 Mai 2013 au siège de l’Union Européenne à Yaoundé au Cameroun.

Organisée par quatre Organisations de Conservation de la Nature à savoir l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN), le Fond Mondial pour la Nature (WWF), le Réseau de surveillance du commerce de la faune et de la flore sauvage (TRAFFIC) et le Wildlife Conservation Society (WCS), elle a permis d’échanger avec les journalistes de la presse locale (Cameroon Tribune, Mutations, Le Jour, CRTV, Radio Environnement, STV etc.). La conférence de presse avait pour objectifs de présenter la situation dramatique du braconnage des éléphants au Cameroun et de susciter l’engagement personnel de Son Excellence Monsieur Paul Biya, Président de la République, afin d’amener le Cameroun à redoubler d’efforts pour sauver ses éléphants. Cet appel se résume en six principales recommandations, à savoir :-faire diriger le combat contre la criminalité faunique par les services de la Présidence de la République du Cameroun qui piloteront une Unité de Coordination Nationale (UCN);-signaler aux braconniers et aux réseaux mafieux de trafiquants que l’héritage naturel universel de la sous-région sera défendu;-adopter une attitude de « zéro tolérance » contre la corruption – Le trafic d’influence, l’abus de pouvoir et d’autres formes de corruption sont les premiers obstacles à l’application effective des lois contre les grands trafiquants de produits illégaux fauniques au Cameroun ; -renforcer l’application effective de la Loi contre les criminels fauniques, mais aussi contre la vente d’armes et de munitions de type grande chasse ;-faire un audit indépendant des stocks d’ivoires saisis et les détruire publiquement pour montrer aux criminels fauniques que voler les richesses naturelles du pays ne profite à personne et ne sera pas toléré ;-initier un dialogue avec les pays consommateurs notamment la Chine et la Thaïlande. En mars dernier, lors de la réunion de la CEEAC sur la mise en œuvre du plan d’Extrême Urgence de lutte anti braconnage (PEXULAB), le Président Paul Biya avait été fait porte parole de la lutte Anti braconnage en Afrique centrale. A cette occasion, l’UICN avait fait une Déclaration dans laquelle elle s’engageait, avec ses partenaires, à appuyer la CEEAC pour sauver les éléphants d’Afrique Centrale. L’appel à Son Excellence Paul Biya s'impose dans la mesure où, d'après les ONGs de conservation, le braconnage est aujourd’hui plus qu’un problème environnemental. C’est une activité qui sape les perspectives économiques et sociales du Cameroun et vole son riche patrimoine naturel. D’autre part, dans un rapport au Conseil de Sécurité publié le 29 Mai 2013, M. Ban Ki Moon, Secrétaire Général des Nations Unies, a indiqué que « le braconnage et ses liens potentiels avec d’autres activités criminelles et terroristes constituent une grave menace pour la paix et la sécurité en Afrique Centrale ». Pour plus d’information, veuillez contacter : remi.jiagho@iucn.org


Image des 4 éléments de la nature