La réserve de biosphère transfrontière du delta du fleuve Sénégal : Vers un système de gouvernance efficace et equitable

10 March 2010 | News story

La Réserve de Biosphère Transfrontière du delta du fleuve Sénégal – RBTDS a été classée en juin 2005 par l’UNESCO à la demande du Sénégal et de la Mauritanie. Elle constitue un cadre d’orientation pour le développement durable de la région, en privilégiant la conservation et la restauration des écosystèmes. Basée sur une approche territoriale transfrontalière, elle vise une prise en compte intégrative du fonctionnement écologique du milieu, du paysage, des usages et des systèmes de production agropastoraux, et propose un zonage renvoyant à la fois à des priorités de gestion et à des responsabilités institutionnelles. Celles-ci sont nombreuses, incluant l’Organisation pour la Mise en Valeur du fleuve Sénégal (OMVS), les différentes collectivités territoriales, les institutions de l’Etat dont les Parcs nationaux, et les représentants des usagers et des communautés locales.

Face à la complexité des enjeux et la multiplicité des niveaux de décision, l’UICN-MACO, en appui aux programmes Sénégal et Mauritanie, a proposé au Comité d’Orientation Transnational (COT) de la RBTDS l’organisation d’une consultation sur la gouvernance de la RBTDS doublée d’une formation sur la gestion participative des aires protégées incluses dans son périmètre. Conduite par trois experts de la CEESP et les membres de la task force régionale « gouvernance partagée », cette mission s’est déroulée du 22 février au 3 Mars ; elle a trouvé son point d’orgue au cours d’une réunion de concertation à laquelle ont assisté les membres du COT RBTDS dont le wali (Gouverneur) du Trarza, une dizaine d’élus locaux des deux pays, dont plusieurs députés et notamment le député-maire de Saint-Louis du Sénégal, ainsi que des représentants des institutions techniques décentralisées et de diverses parties prenantes (acteurs locaux et partenaires au développement).

Des mécanismes de gouvernance privilégiant une concertation à la base entre les acteurs locaux et les institutions de l’Etat ont été adoptés de manière consensuelle, à partir des propositions des consultants. Sous la supervision du COT RBTDS, les différents acteurs impliqués dans la gestion de la RBTDS chercheront à affiner ces propositions et à les mettre en application
 


Une vue aérienne d'écosystèmes d'Afrique centrale et occidentale