Renforcement des capacités en Afrique centrale et occidentale par la formation dans la gestion des aires protégées

25 July 2013 | Article

Le renforcement des capacités a été identifié dans de nombreuses régions et dans des évaluations mondiales sur la conservation de la biodiversité comme l’une des principales priorités devant être rapidement abordée pour encourager les bonnes pratiques et la performance de la gestion dans les aires protégées. Le soutien au renforcement des connaissances et des compétences des acteurs locaux et des organismes nationaux est une composante essentielle du Programme pour la biodiversité et la gestion des aires protégées (BIOPAMA). En Afrique centrale et occidentale, le Programme sur les aires protégées du Programme de l’UICN pour l’Afrique centrale et occidentale (PACO) a lancé un programme de formation en 2009 spécialement destiné aux professionnels des aires protégées, par lequel les activités du BIOPAMA peuvent se relier à un réseau de responsables d’aires protégées, et apporter des outils spécifiques de gestion des aires protégées pour la région.

Le programme de formation est composé d’un Master (MSc-GAP) et d’un diplôme universitaire (DU-GAP) en gestion d’aires protégées. Ces deux formations, hébergées par l’université Senghor de la francophonie à Alexandrie, Égypte, sont menées en collaboration avec la Banque mondiale, la Fondation MAVA, l’Agence française de développement (AFD), la Société pour la conservation de la vie sauvage (WCS), Écosystèmes forestiers d’Afrique centrale (ECOFAC) et des experts locaux dans la gestion des aires protégées, l’écologie, le droit environnemental, l’économie et la sociologie environnementales. La formation inclut également des modules pratiques, qui diffusent les outils de gestion et de conservation dans les aires protégées de la région. Plus de 160 professionnels originaires de 17 pays sont à ce jour diplômés.

La 6e session de formation en gestion des aires protégées a eu lieu du 8 avril au 31 mai 2013. Au total, 20 élèves originaires de 10 pays ouest-africains (Bénin, Burkina Faso, Cap-Vert, Côte d’Ivoire, Guinée, Mali, Mauritanie, Niger, Sénégal et Togo) ont participé à cette édition et ont passé les modules. Cet événement était organisé par le Programme de l’UICN pour l’Afrique centrale et occidentale, en collaboration avec l’université Senghor, et avec le soutien financier de la Banque mondiale (financement FEM) par l’intermédiaire du projet BIPA (Conservation de la biodiversité et atténuation de la pauvreté) et de la Fondation MAVA. La prochaine session aura lieu en octobre/novembre 2013, en coordination avec la Société pour la conservation de la vie sauvage (WCS) au Centre de formation CEDAMM, dans le Parc national de Lope, Gabon. À l’avenir, il est prévu d’ajouter des éléments sur la gestion des données et sur l’Outil de suivi spatial et de rapportage (SMART) aux modules de formation.

Les mesures de renforcement des capacités du BIOPAMA consisteront en une association d’activités formelles de renforcement des capacités par le biais d’ateliers régionaux thématiques et d’activités plus pratiques et innovantes comme la formation sur le terrain, le tutorat des responsables d’aires protégées, un soutien technique direct et des conseils à destination d’organismes nationaux et de réseaux régionaux d’aires protégées, et des programmes d’échange techniques. Le Programme de l’UICN pour l’Afrique centrale et occidentale cherche à collaborer avec le Programme GAP et à informer les activités futures du BIOPAMA dans la région.
 


Une vue aérienne d'écosystèmes d'Afrique centrale et occidentale