Résultats novateurs du projet PEGASO pour ICZM

24 January 2014 | News story

L'ultime conférence attachée au projet PEGASO a eu lieu à Antalya (Turquie), du 14 au 17 janvier. Elle a permis le rassemblement de nombreux réseaux et institutions de la Méditerranée et de la mer noire, ainsi que de représentants de divers projets ICZM (Gestion de zones côtières intégrées). A la base du projet PEGASO se trouve une collaboration entre 25 partenaires, qui ont joint leurs efforts pendant 4 ans. Ce travail, qui se faisait sous la coordination de l'Université Autonome de Barcelone, consistait à développer une nouvelle méthode de soutien à destination des politiques intégrées s‘appliquant au domaine côtier, marin et maritime de la Méditerranée et des bassins de la mer noire.

Le Protocole ICZM de la Convention de Barcelone a été le principal moteur du projet PEGASO. L'équipe de travail, composée de chercheurs ICZM, de praticiens et de chefs de projets, ont travaillé ensemble pour arriver à une des principales issues du projet : La création d'une plate forme partagée de gouvernance sur les ICZM. Celle-ci dépasse le rôle de simple relais : elle doit permettre un véritable lien entre scientifiques et utilisateurs. Cette plate forme revêt un rôle de réseau : C'est un forum sur lequel toute personne intéressée par la mise en place effective de projets ICZM peut partager ses connaissances et expériences, ainsi que tester de nouveaux outils en matière de gestion et d'organisation. Ce type de réussite commune, basée sur á la fois sur l'approche des écosystèmes et sur un travail de collaboration, est appelé «Gestion adaptative ».

Selon Françoise Breton, partenaire principal appartenant à l'université autonome de Barcelone ; « Le projet PEGASO a appuyé la mise en œuvre du protocole ICZM en Méditerranée, et a contribué au développement de politiques similaires en Mer noire. Elle est de plus parvenue à relier le monde scientifique avec le mécanisme de prise de décision ».

PEGASO a aussi développé des outils pour améliorer l'appréciation des objets de litige, respectant de près différents articles du protocole. Ces derniers incluent le thème du changement climatique, la vulnérabilité face aux risques et la capacité d'adaptation (indicateurs, méthodes de comptabilité, création de modèles et de scénarios). Ils ont été testés et validés selon une approche à échelles multiples pour une évaluation régionale intégrée grâce à plusieurs sites pilotes pertinents

Ces outils sont accessibles sur le site web du projet PEGASO : ils ont notamment servi à la production et à la diffusion de fiches d'informations, ainsi qu'à la création d'un atlas pour la Méditerranée et les bassins de la mer noire. En appui à toute la procédure du projet, un Centre de Données Satellites (SDI) a été créé. S'appuyant sur les directives INSPIRE, ce centre collecte et harmonise toutes les données spatiales, qui sont ensuite partagées sur une plate forme interactive. Celle-ci est accessible de la plate forme ICZM, et permet de diffuser les résultats du projet auprès des usagers et de toute personne intéressée.

En outre, PEGASO s'est efforcé d'établir et de renforcer des mécanismes durables en matière de réseaux et de capacité de développement, et encourage le transfert et la diffusion du savoir.

Aujourd'hui terminé, le projet PEGASO a été une réussite : il a mobilisé plus de 8 000 intervenants, venant de la région méditerranéenne aussi bien que de la mer noire.

On gardera de PEGASO l'image d'un projet novateur et créatif, qui a ouvert la voie à un partage des connaissances entre intervenants et scientifiques. Cette pratique a donné naissance à une nouvelle méthode, qui consiste à encourager et faciliter les échanges de données et la communication entre les décisionnaires, locaux comme nationaux, et ainsi atténuer les frontières entre les différentes sphères professionnelles.

IUCN-Med dans le projet PEGASO

En tant que partenaire de ce projet, le Centre de Coopération pour la Méditerranée de l'UICN (UICN-Med) a contribué à la diffusion de ses activités. Il a pour cela participé à la production d'un certain nombre de brochures synthétisant les résultats du projet, ainsi que qu'à l'élaboration de 6 bulletins électroniques, rédigés en anglais et en français, présentant les actualités du projet.

Pour plus d'informations : Françoise Breton