IUCN - L’UICN accueille le Nigéria, nouvel État Membre

L’UICN accueille le Nigéria, nouvel État Membre

15 August 2012 | News story

L’UICN souhaite chaleureusement la bienvenue au gouvernement du Nigéria, qui a officiellement annoncé sa décision de devenir Membre de l’UICN en acceptant les Statuts de l’UICN. Le Ministre fédéral de l’environnement a été désigné par le gouvernement du Nigéria comme point de liaison avec le Secrétariat de l’UICN.

Le Nigéria, premier pays d’Afrique et septième dans le monde en termes de population, possède l’une des économies africaines les plus développées avec des secteurs financiers, des communications et du transport solides. Situé en Afrique de l’Ouest, le Nigéria possède une frontière terrestre avec la République du Bénin à l’ouest, avec le Tchad et le Cameroun à l’est et avec le Niger au nord. Sa côte australe longe le golfe de Guinée sur l’océan Atlantique. Le Nigéria est une république fédérale constitutionnelle comprenant 36 états plus la capitale territoriale fédérale, Abuja.

Le Directeur régional de l’UICN pour l’Afrique Centrale et de l’Ouest, Aimé J. Niagono a commenté l’admission du Nigéria : « Cette admission renforcera la coalition environnementale dans cette région et facilitera notre partenariat et le travail que nous menons déjà au Nigéria où, en dépit de la taille impressionnante du pays et des défis socio-économiques qu’il affronte, de vastes zones riches en diversité biologique ont pu être conservées, avec notamment la création de plusieurs parcs nationaux ».

Le Nigéria abrite en effet une diversité biologique extrêmement variée, puisqu’il compte 4 715 différents types d’espèces végétales et plus de 550 espèces d’oiseaux et de mammifères reproducteurs. En 1991, le gouvernement du Nigéria a créé six parcs nationaux, notamment le Parc national de Cross River, qui protège la dernière zone restante de forêt tropicale au Nigéria. Ce parc est particulièrement important car c’est l’un des plus riches en termes d’espèces en Afrique : outre une grande diversité de la vie végétale, il abrite de nombreuses espèces animales menacées comme le gorille de Cross River, des léopards, des chimpanzés, des éléphants de forêts et des singes drill.

S.E. Hadiza Ibrahim Mailafa, Ministre de l’environnement, a également réagi après l’admission du Nigéria : « Les sujets et problèmes de durabilité environnementale sont devenus tellement énormes que le gouvernement ne peut plus y faire face seul. Pour garantir l’intégrité de l’environnement nigérian et un développement durable, le Ministre fédéral de l’environnement travaillera conjointement avec d’autres parties prenantes comme l’UICN pour lutter contre les défis environnementaux qui menacent le pays ».

L’industrie pétrolière est essentielle à l’activité économique du Nigéria, qui est le 12ème producteur de produits pétroliers au monde. Après avoir mené une vaste consultation avec ses Membres et d’autres parties prenantes au Nigéria, l’UICN a encouragé la création d’un groupe consultatif indépendant chargé d’offrir des recommandations scientifiques à Shell Petroleum Development Company of Nigeria Ltd (SPDC), et de restaurer la biodiversité des sites du delta du Niger ayant subi des déversements d’hydrocarbures. Ce groupe est composé d’experts reconnus internationaux et locaux. Il recueillera des informations relatives au milieu naturel sur les sites affectés par les déversements d’hydrocarbures et encouragera l’implication des communautés locales et des groupes de la société civile dans ses activités.

Quatre Membres non-gouvernementaux originaires du Nigéria font déjà partie de l’UICN : la Nigeria Conservation Foundation, la Nigeria Environmental Study Team, Savannah Conservation Nigeria, et le Centre for Environmental Resources and Sustainable Ecosystems.Le Programme de l’UICN pour l’Afrique de l’Ouest et centrale a depuis 2005 un bureau de projet situé à Kano, dans l’état de Kano, et soutient activement le gouvernement local et la société civile dans la partie septentrionale du pays sur plusieurs projets de terrain liés à la conservation de la nature comme l’eau, la conservation des zones humides et l’éducation environnementale. Le bureau collabore fortement avec le gouvernement du Nigéria par l’intermédiaire de son Ministère en charge des ressources hydriques.

Personne à contacter : Mme Monique C. Yigbedek Bisseck, Soutien & Développement aux Membres pour l’Afrique de l’Ouest et centrale, P.O. Box 5506 Yaoundé – Cameroun. Tél.: +237 22 21 64 96, Fax. +237 22 21 64 97, courriel : monique.yigbedek@iucn.org