L'Union Européenne et la République du Congo veulent limiter le commerce du bois illégal

15 May 2009 | News story
0 CommentairesWrite a comment

Le Samedi 09 mai 2009, la République du Congo et la Commission européenne ont signé à Brazzaville, un Accord de Partenariat Volontaire (APV) destiné à lutter contre l’exploitation et l’exportation illégales des bois tropicaux.

A travers cet accord signé, la République du Congo garantira, à compter de 2011, que tout le bois qui sortira du pays a destination de l’Union Européenne aura été coupé légalement. Bruxelles va fournir une assistance technique pour mettre en place un système de contrôle et de traçabilité.

Les deux parties (Commission UE - Congo) se sont engagées en juin 2008. Au cours de ce parcours, l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) a assuré et assumé, en toute transparence et dans le strict respect du jeu des autres acteurs, la facilitation du processus par des appuis divers, et notamment une médiation efficace, impartiale (et très souvent informelle) entre les acteurs dans tous les cas de figures conflictuels qui se sont posés. L’UICN restera aux côtés du Congo pour cette phase de préparation à la mise en œuvre et celle de l’entrée en vigueur proprement dites.

Après le Ghana en 2008, il s’agit du deuxième accord de partenariat volontaire conclu par l’Union Européenne. Des négociations sont en cours avec le Cameroun, le Libéria, le Gabon, la République centrafricaine, la Malaisie, l'Indonésie et le Vietnam.

L'Europe est le premier importateur de bois tropicaux au monde et, selon les estimations, entre 20 % et 40 % de ces importations seraient issus de coupes sauvages.

Contacts:

- Adonis Milol, Chargé du programme Forêts Senior / Point Focal - FLEGT Afrique Centrale / IUCN-PACO
E-mail : adonis.milol@iucn.org   
- Cléto Ndikumagenge, Coordonnateur du Programme de conservation des forêts pour l’Afrique Centrale et Occidentale.
BP 5506 Yaoundé – Cameroun, Tel: +237 22 21 64 96, Fax. +237 22 21 64 97, E-mail : cleto.ndikumagenge@iucn.org

 

En effet, le processus FLEGT APV est une réponse de l’UE au fléau de l'exploitation illégale du bois et du commerce qui lui est lié. Il préconise de restreindre l'importation en Europe des seuls bois reconnus légaux. Le plan d'action de l'UE implique i) la définition par le Gouvernement de ce qui est légal au sens des lois et règlements en vigueur et de son champ d'application, ii) les négociations avec l’UE en vue d'obtenir un Accord de Partenariat Volontaire (APV), iii) la mise en œuvre du système de traçabilité et de contrôle bois et produits dérivés et iv) la mise en place d'un système de délivrance de l'autorisation d'exportation.

 


Commentaires

0 Commentaires
Write a comment

600 CHARACTERS LEFT

captcha