Patrimoine mondial: garder des normes

19 June 2011 | News story

Le Comité du Patrimoine mondial de l’UNESCO va ouvrir sa session annuelle à Paris ce dimanche. Le Comité annoncera quels sont les nouveaux sites naturels et culturels d’une valeur exceptionnelle qui seront inscrits sur la Liste de sites du Patrimoine mondial. 42 sites sont proposés cette année.

L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), organe consultatif de la Convention pour les sites naturels, présentera ses recommandations au Comité à propos des nouveaux sites emblématiques à ajouter à la prestigieuse Liste. 13 sites ont été proposés en raison de leurs valeurs naturelles.


« La Convention du patrimoine mondial aura 40 ans l’année prochaine », affirme Julia Marton-Lefèvre, Directrice générale de l’UICN. « C’est l’occasion de fêter ses succès, mais aussi d’engager des réformes qui s’avèrent bien nécessaires, afin de renforcer son rôle spécifique dans la conservation de ces sites exceptionnels et de renforcer la contribution de ceux-ci au développement durable. »


«Certaines personnes ont commencé à s’inquiéter de la politisation croissante au sein de la Convention », déclare Tim Badman, Directeur du Programme du patrimoine mondial à l’UICN. « Cette réunion est donc importante pour renforcer la réputation de la Convention, qui continue à respecter les normes techniques les plus élevées, et pour prendre des décisions qui maximiseront sur le terrain les résultats en matière de conservation. »


Lors de la réunion du Comité, l’UICN fera rapport également sur les missions de suivi qu’elle a menées sur 16 sites du Patrimoine mondial en 2010 et en 2011; elle recommandera l’inscription des sites les plus menacés sur la liste des sites du « Patrimoine mondial en péril ». Elle exprimera aussi sa position sur l’exploitation minière à l’intérieur des sites du Patrimoine mondial.

« Les sites naturels du Patrimoine mondial représentent un engagement vis-à-vis des futures générations que la communauté internationale doit tenir», dit Mariam Kenza Ali, responsable du suivi du Patrimoine mondial au sein de l’UICN. « A cet effet, la prospection minière, de pétrole ou de gaz ne devrait pas être autorisée à l’intérieur de ces sites, car elle risque de causer des dommages graves et irréversibles à la valeur universelle exceptionnelle des espaces naturels les plus remarquables du monde. »


Notes pour les rédacteurs:
Les sites naturels proposés sont les suivants: les Forêts anciennes de hêtres d’Allemagne (Allemagne, une extension des forêts primaires de hêtres des Carpates, de Slovaquie et d’Ukraine), la Côte de Ningaloo (Australie), le Parc national de la Pendjari (Bénin, une extension du Parc national du W du Niger), le Parc national de Wudalianchi (Chine), les Ghâts occidentaux (Inde), l’Aire protégée de Harra (Iran), les Îles d’Ogasawara (Japon), le Réseau des lacs du Kenya dans la vallée du Grand Rift (Kenya), la Réserve Trinationale de la Sangha (Cameroun, Congo, République centrafricaine), ainsi que la possible inscription du Parc national de Phong Nha – Ke Bang (Viet Nam), déjà inscrit, en fonction de nouveaux critères.
Trois biens sont proposés en tant que sites mixtes (à la fois naturels et culturels) : le Parc national des montagnes Bleues et des monts John Crow (Jamaïque), la Zone protégée du Wadi Rum (Jordanie) et le Delta du Saloum (Sénégal).


Matériels pour les médias
Veuillez visiter le site www.iucn.org/worldheritage pour des informations médias, notamment:
• Des communiqués de presse sur l’actualité de l’UICN au Comité du Patrimoine mondial
• Galerie photo des nouveaux sites naturels inscrits sur la Liste du Patrimoine mondial
• Des fiches d’information sur chacun des nouveaux sites naturels inscrits sur la Liste du Patrimoine mondial
• Des vidéoclips à télécharger sur World Link

Pour plus d’informations ou pour des entretiens, veuillez contacter:
• Borjana Pervan, Relations médias UICN, m +41 79 857 4072, borjana.pervan@iucn.org
• Brian Thomson, Relations médias UICN, m +41 79 721 8326, brian.thomson@iucn.org

A propos de l’UICN

L’UICN, Union internationale pour la conservation de la nature, aide à trouver des solutions pratiques aux problèmes de l’environnement et du développement les plus pressants de l’heure.

L’UICN œuvre dans les domaines de la biodiversité, des changements climatiques, de l’énergie, des moyens d’existence et lutte en faveur d’une économie mondiale verte, en soutenant la recherche scientifique, en gérant des projets dans le monde entier et en réunissant les gouvernements, les ONG, l’ONU et les entreprises en vue de générer des politiques, des lois et de bonnes pratiques.

L’UICN est la plus ancienne et la plus grande organisation mondiale de l’environnement. Elle compte plus de 1 000 membres, gouvernements et ONG, et près de 11 000 experts bénévoles dans quelque 160 pays. Pour mener à bien ses activités, l’UICN dispose d’un personnel composé de plus de 1 000 employés répartis dans 60 bureaux et bénéficie du soutien de centaines de partenaires dans les secteurs public, privé et ONG, dans le monde entier.

www.iucn.org