Des conventions signées entre les différentes parties prenantes pour la préservation du massif forestier de Ngogmapubi-Dibang

20 October 2011 | News story
0 ComentariosEscribir comentario

A la suite de ses réalisations, le CEW, membre de l’UICN, a initié le projet « Appui à la préservation et à la valorisation du massif forestier de Ngogmapubi-Dibang » qui vise à soutenir les communautés villageoises et les collectivités territoriales des arrondissements de Ngog Mapubi et de Dibang dans la préservation et la valorisation du patrimoine naturel et culturel du massif. C’est dans ce cadre que se situe l’initiative « Appui à la préservation et à la gestion décentralisée des ressources du massif forestier de Ngogmapubi-Dibang, Centre Cameroun ».

Ce projet financé par le CARPE/UICN a pour finalité le soutien des communautés et des collectivités locales décentralisées pour la préservation et la valorisation du patrimoine naturel et culturel du massif de Ngog Mapubi-Dibang.

Le massif forestier de Ngogmapubi-Dibang s’étend sur près 9000 ha et se trouve dans la Région du Centre au Cameroun, département du Nyong et Kelle, à 100 Km de la capitale Yaoundé. Il est situé à cheval entre les arrondissements de Dibang et de Ngog Mapubi. Il est ceinturé par un réseau de routes bitumées (axe lourd Yaoundé Douala) et non bitumées (axes Boumnyebel-Ngog Mapubi – Dibang – sombo), et constitue le haut bassin de la majorité des cours d’eau qui arrosent le département (mambé, kellé, ndoupé, djouel, ngopi etc.).

C’est un écosystème de forêt guinéenne dense humide de basse attitude fréquemment noyée dans le brouillard en saison de pluie, par temps perturbé. Il  regorge des curiosités et des espèces rares et protégées : des grandes chutes dissimulées sous forêt dévalant des escarpements, de grands reptiles, des grenouilles Goliath, des espèces phares comme le chimpanzé, des rochers (« rochers de lumière et rochers des morts »), et des grottes. … Par ailleurs, de l’équilibre de cet écosystème dépendra le régime hydrique dans le département car la majorité des cours d’eau y prennent leurs sources.  Le massif ne bénéficie actuellement d’aucune protection spécifique et appartient au domaine national.
Les perturbations anthropiques restent cependant limitées. L’altitude (>700 m) constitue pour l’heure un obstacle naturel pour l’extension des activités  agricoles et le développement de l’exploitation forestière industrielle.

Le projet sera mis en oeuvre à travers une initiative de foresterie communale ou intercommunale où la ressource première n’est pas le bois d’œuvre mais le potentiel écotouristique et les biens et services environnementaux.

Pour une meilleure efficience des activités et afin de garantir la pérennité du projet, sa mise en œuvre se fera avec la collaboration étroite (technique et financière) des principaux acteurs qui ont souvent intervenus sur la question de la création de la Foret Communale : MINFOF, Communes,  MINADT ; MINEP ; FEICOM ; ACFCAM ; et tous les partenaires. C’est dans ce cadre qu’une Cérémonie de signature des Convention de Collaboration a été organisée le 18 octobre 2011 dans la Salle de réunion du Centre Technique pour la Foresterie Communale (CTFC) avec les maires des communes de Ngog Mapubi et de Dibang.

 

Pour plus d'infos : Pr. GOUFO Roger


Comentarios

0 Comentarios
Escribir comentario

600 CHARACTERS LEFT

captcha