Sommet de la Francophonie : l’UICN rappelle par sa présence que développement et biodiversité sont intimement liés.

10 December 2010 | News story

A l’occasion du 13ème Sommet de la Francophonie organisé à Montreux, en Suisse, les 23 et 24 octobre dernier, une délégation de l’UICN a appuyé les efforts internationaux de la « Francophonie » visant à préserver les diversités biologiques et culturelles qu’elle recèle sur les six continents.

Cette réunion organisée par l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), regroupe 70 Etats dont 17 observateurs. L’Organisation Internationale de la Francophonie est une entité créée dans un contexte postcolonial dont l’ambition est de mettre en avant les valeurs universelles de solidarité, de paix et des droits de l’homme. Dans un contexte de mondialisation des menaces pesant sur la faune et la flore et où le changement climatique et les espèces exotiques envahissantes à l’origine de perturbations écologiques jouent un rôle grandissant dans les équilibres naturels et sociaux, l’UICN tient à réaffirmer sa mission de conservation de la biodiversité et du bien-être humain par delà les frontières linguistiques.

A l’invitation de la Suisse et de l’OIF, l’UICN a assuré à Montreux une présence continue et diversifiée afin de porter le message essentiel de la très grande richesse et fragilité à la fois des cultures et de la biodiversité de la « Francophonie » : intervention de Madame Julia Marton-Lefèvre, Directrice générale de l’UICN aux côtés de Mme la Conseillère fédérale, Mme Calmy-Rey, présence d’un chalet d’informations sur la nature situé au sein du « Village de la Francophonie », participation d’une délégation menée par M. Bertrand de Montmollin, Président du Comité suisse pour l’UICN.

Lors de la cérémonie d’ouverture du Sommet de la Francophonie et tout au long des deux journées de rencontre, les enjeux majeurs comme la sécurité alimentaire face au changement climatique, le respect des Objectifs du Millénaire pour le Développement et la préservation des services rendus par les écosystèmes de la planète ont été soulignés par les différents Chefs d’Etat et représentants des pays.
Cet évènement international a réuni près de 70 pays membres, ce qui représente le tiers des membres de l’Assemblée générale des Nations-Unies ou encore 200 Millions de locuteurs, dont 60% ont moins de 30 ans. Le sommet est donc à considérer comme une plateforme pertinente d’échanges, de contacts, d’influence et de communication. « L’Organisation Internationale de la Francophonie complète de façon intéressante le dispositif intergouvernemental multilatéral mondial, et l’UICN continuera d’apporter son expertise et sa médiation pour renforcer les efforts des pays francophones en faveur de la conservation de la biodiversité », a déclaré Julia Marton-Lefèvre.

Dans la délégation de l’UICN, le Programme Marin et Polaire Mondial était représenté pour diffuser les publications de l’organisation sur ce thème à un large public ; cette présence s’est par ailleurs inscrite dans la large représentation de l’UICN et de ses membres au Sommet avec la participation du Programme d’Afrique Centrale et de l’Ouest (UICN-PACO), du comité français pour l’UICN et du Programme Régional Côtier et Marin (PRCM).

Deux nouvelles publications ont été lancées lors de cet événement : l’Atlas de la biodiversité des pays francophones ainsi qu’un numéro spécial de la revue Terre Sauvage sur la Francophonie, biodiversité et diversités culturelles. Ces dernières ont été largement présentées et distribuées, tant auprès des Chefs d’Etat et Chefs de délégation présents au Sommet qu’auprès d’un large public. L’importance de créer des ponts entre des experts du monde entier en renforçant le français comme langage scientifique commun a été soulignée. Rendez-vous est pris pour le prochain sommet à Kinshasa en 2012.

Pour plus d’informations sur l’implication de l’UICN:
Arnaud Collin, Director General’s Office: arnaud.collin@iucn.org