Pro Natura – depuis 100 ans au service de la nature

02 September 2009 | International news release

Au début, il y eut la volonté de faire œuvre de pionnier: en 1909, des représentants de la Commission suisse pour la protection de la nature mirent sur pied une association dans le but de concrétiser l’idée d’un Parc national suisse. Ces pionniers voulaient offrir de l’espace à une nature mise sous pression par l’industrialisation et le tourisme. Ce fut le début d’une histoire riche et mouvementée qui s’est écoulée sur un siècle – et qui se poursuit. Cent ans d’histoire au cours desquels une grande organisation réunissant des bénévoles et des salariés a toujours su évoluer entre nature et technique.

Pro Natura est la plus ancienne et la plus importante organisation de protection de la nature en Suisse. Elle s’attache à favoriser et préserver la faune et la flore indigènes. Elle poursuit ses objectifs de protection de la nature par un travail politique, un travail de terrain, ainsi qu’un travail d’éducation et d’information. Pro Natura conçoit, réalise et encourage des projets en faveur d’espèces et d’habitats menacés. Elle s’occupe de plus de 600 réserves naturelles et d’une bonne douzaine de centres voués à la protection de la nature dans toute la Suisse. Association de droit privé et d’intérêt général, Pro Natura compte environ 100’000 membres et elle est active dans tous les cantons. Son financement est assuré en majeure partie par les cotisations de ses membres ainsi que par des dons de particuliers et d’organisations.

Les dernières informations concernant le programme de cette année anniversaire sont publiées sur notre site Internet. En outre, grâce à notre newsletter, vous pouvez vous tenir au courant des offres et manifestations proposées à cette occasion.

Lutte et sensibilisation
L’un des principaux objectifs de Pro Natura est de sensibiliser la population aux problèmes de la na-ture. Elle lutte pour la conservation des espèces et la préservation de paysages et d’habitats intacts. Dans la pratique, grâce à plus de 600 réserves naturelles créées dans l’ensemble de la Suisse, elle parvient à préserver l’habitat indispensable à la survie d’innombrables espèces animales et végéta-les. En outre, ses dizaines de projets de protection de la nature permettent de sauver de l’extinction les animaux et plantes menacés.

Un «franc» succès
L’action en faveur des réserves naturelles et des paysages est une longue tradition chez Pro Natura. Fondée en 1909 par la Commission suisse pour la protection de la Nature sous le nom de Ligue suis-se pour la protection de la nature LSPN, son objectif était alors d’organiser le financement d’un parc national suisse. Pour ce faire, l’association prélevait sur chaque cotisation de membre un franc sym-bolique en faveur du Parc national situé en Engadine. Aujourd’hui encore, elle verse un franc par membre et par an à la gestion du parc – avec ses quelque 100 000 membres actuels, cela représente un véritable pactole.

Bientôt un nouveau parc national?
Aujourd’hui véritable trésor de nature sauvage, le Parc national suisse est un exemple pour toute l’Europe. Malheureusement, il reste pour l’instant le seul parc national du pays. Cela pourrait néan-moins bientôt changer, en grande partie grâce à l’énergie et à la ténacité de Pro Natura. L’objectif de sa campagne visionnaire lancée en 2000 intitulée «Créons ensemble un nouveau parc national!» est en passe d’être atteint. En effet, dans les régions «Locarnese e Vallemaggia» et «Rheinwald-horn/Adula», les projets de création d’un deuxième parc national progressent à grands pas. Pro Natura ne pourrait pas rêver d’un plus beau cadeau d’anniversaire pour ses cent ans…

Le retour du roi de la forêt
En 1904, deux chasseurs des Grisons tuaient le dernier ours brun de Suisse. Il a fallu près de 100 ans pour que le roi de la forêt revienne sur ses terres helvétiques. Au cours de l’été 2005, le retour de ce grand prédateur a provoqué beaucoup de remous en Suisse. Pourtant, ces plantigrades sont presque sans danger pour l’homme à condition de respecter quelques règles de base: ne pas s’approcher d’eux inconsidérément, ne pas les nourrir et ne pas déranger une mère avec son petit. Les ours sont principalement végétariens: baies, glands, faines, châtaignes, graminées et herbes telles que l’ail des ours composent l’essentiel de leur menu, parfois agrémenté de charognes d’ongulés sauvages ou d’insectes (abeilles, guêpes ou fourmis). Pour en savoir plus sur les ours.