IUCN - Eau sans frontières

Eau sans frontières

13 March 2012 | News story

La gestion transfrontalière de l’eau permet d’améliorer la sécurité de l’approvisionnement, mais aussi de promouvoir le dialogue, la paix et la coopération, même dans des régions géopolitiquement instables, d’après l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature).

Le projet BRIDGE (Pont) de l’UICN, dont le nom complet (Building River Dialogue and Governance) signifie “Bâtir le dialogue et la gouvernance autour des cours d’eau”, a pour but d’améliorer la gestion de l’eau dans les bassins hydrographiques transfrontaliers d’Amérique Centrale et d’Amérique du Sud et dans la région du Mékong en Asie. Il vise à trouver des solutions aux problèmes locaux tout en ouvrant de nouvelles voies de dialogue et de coopération entre les pays.

« Réduire la pauvreté, assurer la croissance économique et préserver la biodiversité sont trois démarches qui dépendent d’une gestion durable de l’eau », dit Mark Smith, Directeur du Programme mondial de l’eau de l’UICN. « Les pays qui partagent l’eau de bassins transfrontaliers doivent coopérer. Le projet a montré que le partage des informations ou la collaboration des populations locales pour résoudre ensemble des problèmes liés à l’eau ouvrent des voies nouvelles pour l’avenir. Les effets positifs peuvent s’étendre aussi à d’autres domaines, outre la gestion de l’eau. »

Le Pérou et l’Équateur, deux pays qui ont connu des conflits armés par le passé, se sont ainsi mis d’accord sur les cartes des bassins partagés de Zarumilla et Catamayo-Chira. Des cartes de bassin ont également été mises au point pour le lac Titicaca, à la frontière du Pérou et de la Bolivie. Cette démarche a créé une base scientifique commune pour aborder la gestion de l’eau ainsi que des enjeux plus vastes, par exemple les moyens de renforcer la coopération officielle entre ces pays.

En Amérique Centrale, le projet a encouragé la coopération transfrontalière entre les communautés, ce qui leur a permis de régler des différends locaux et de protéger leurs ressources partagées, tout en créant, sur le plan national, la confiance quant aux effets positifs de la coopération, perçue comme la voie à suivre.

Dans la région du Mékong, l’UICN travaille avec les gouvernements du Cambodge et de la RDP Lao afin d’appuyer des mesures novatrices et pratiques pour la gestion du bassin du Sékong. La préparation d’un profil complet du bassin est en cours avec les deux pays, ainsi qu’un site internet pour échanger des informations et mettre au point des solutions communes aux problèmes. Cette expérience servira d’exemple pour le reste du bassin du Mékong.

Avec plus de 270 cours d’eau transfrontaliers dans le monde entier, et des menaces croissantes, notamment le changement climatique, il est plus que jamais nécessaire d’améliorer la gestion de l’eau partout dans le monde.

« Les fleuves et les rivières établissent souvent des frontières entre les pays et les cultures, ce qui fait craindre des conflits liés à l’eau », dit Alejandro Iza, Directeur du Centre de droit de l’environnement de l’UICN. « Mais la diplomatie et une gestion rationnelle des ressources favorisent la paix et la coopération. Une meilleure collaboration entre des pays aux eaux partagées est essentielle afin d’améliorer la sécurité de l’eau et de protéger la nature ».

« Le projet BRIDGE complète des actions de haut niveau, telles que la conclusion de traités, en réunissant toutes les parties prenantes sur le plan local et en créant un consensus à tous les niveaux », explique Ganesh Pangare, Directeur du Programme de l’eau de l’UICN pour l’Asie. « La confiance est un élément clé de toutes les négociations et décisions relatives aux ressources en eau partagées. »

La gestion transfrontalière de l’eau sera examinée de façon approfondie pendant le Congrès mondial de la nature de l’UICN, qui se tiendra à Jeju, République de Corée, du 5 au 15 septembre 2012.

Pour plus d’informations, ou pour des entretiens, veuillez contacter:

• Ewa Magiera, Relations médias UICN, mobile +41 79 856 76 26, ewa.magiera@iucn.org
• À Marseille: Brian Thomson, Relations médias UICN, mobile +41 79 721 8326, brian.thomson@iucn.org
Claire Warmenbol, Communication, Programme de l’eau, UICN: mobile: +41 79 404 1973, claire.warmenbol@iucn.org


Scale