Intégration des aspects d’efficacité énergétique et de biodiversité dans le secteur touristique Nord Africain

06 March 2013 | Project completed

Il s’agit d’un sous-projet placé sous l’égide du projet « Moyens de subsistance durables en Afrique du Nord et Méditerranée orientale » soutenu par le Ministère des Affaires Etrangères et l’Agence Espagnole de Coopération Internationale pour le Développement (AECID).

Dans le cadre de ce programme et de ses priorités, l’UICN-Med, avec le soutient de l’Agence Espagnole de Coopération pour le Développement et en collaboration avec le Ministère de l’Environnement de Tunisie, a mené entre 2011 et 2012 un projet destiné à améliorer la prise de décision et les capacités en faveur de la gestion et de la planification des activités d’éco-tourisme à l’intérieur et aux alentours des aires protégées de deux pays : le Maroc (parc national de Talassemtane) et la Tunisie (parc nationale de Jebel Zaghouan). Le projet, fondé sur la méthodologie bien établie de la Charte Européenne d’Eco-tourisme pour les Aires Protégées, a servi de support et de modèle aux autorités compétentes, à la société civile et aux gestionnaires des activités de tourisme afin de développer un tourisme écologique basé sur des valeurs culturelles et naturelles et prenant en compte les besoins des populations locales.

Résultats
Les résultats du projet peuvent être rangés en deux catégories. Tout d’abord, la connaissance concernant les potentialités et les opportunités de gestion en lien avec l’éco-tourisme a été améliorée au travers d’une évaluation des deux aires du projet et de la définition d’un plan stratégique, i.e. un plan d’action pour les 5 prochaines années, au sein duquel les actions nécessaires sont strictement planifiées et les principaux acteurs responsables de la mise en œuvre clairement définis. Ensuite, la participation de la société civile au processus de décision au niveau local et la coopération interdépartementale au niveau national ont été renforcées par la création d’un groupe de travail consacré à la définition de la stratégie d’éco-tourisme et regroupant toutes les parties prenantes de chaque site, par l’installation d’un comité directeur au niveau national pour la supervision et la coordination des actions ainsi que par la création d’un forum local permanent dédié à la discussion et à la mise en œuvre des activités d’éco-tourisme dans la région.

Tous ces accomplissements, qui ont impliqué à la fois les organisations de la société civile et les administrations, sont essentiels pour la mise en œuvre des activités d’éco-tourisme au sein et autour des espaces naturels. La coopération internationale avait été largement renforcée lors d’un événement régional qui s’était tenu du 19 au 21 Novembre et au cours duquel les participants au projet issus des deux pays avaient échangé leurs expériences, cherché des solutions communes et des opportunités pour consolider les résultats du projet et les transposer dans d’autres zones potentielles.

A la suite de cette expérience, certaines questions communes majeures ont vu le jour des deux côtés. Elles peuvent être considérées comme des préoccupations centrales pour la mise en œuvre de l’éco-tourisme dans les aires protégées au niveau régional :

a) le manque de plans de gestion clairement définis dans les zones, ou, dans certains cas, la non mise en œuvre des actions contenues dans les plans ;
b) la faible implication de la société civile au cours du processus de décision et le manque de coordination concernant les activités d’éco-tourisme et de coopération entre les parties prenantes ;
c) le manque de fonds et de capacités humaines pour la gestion efficace des aires ;
d) le manque de régulation concernant les activités d’éco-tourisme dans les aires ;
e) la mauvaise définition des compétences relatives à l’éco-tourisme au niveau administratif.

Toutes ces préoccupations compliquent la mise en œuvre de réelles actions d’éco-tourisme destinées à améliorer à la fois les moyens de subsistances et la conservation de la biodiversité. Le projet constitue un premier pas en avant en vue de surmonter ces faiblesses.
Les produits résultant de ce projet sont:
- une Analyse du cadre institutionnel des aires protégées et de l’éco-tourisme au Maroc
- une Analyse du cadre institutionnel des aires protégées et de l’éco-tourisme en Tunisie
- un Diagnostique d’éco-tourisme pour le parc national de Jbel Zaghouan
- un Diagnostique d’éco-tourisme pour le parc national de Talassemntane
- un Plan Stratégique d’éco-tourisme pour le parc national de Jbel Zaghouan
- un Plan Stratégique d’éco-tourisme pour le parc national de Talassemntane
- le Code de Conduite pour l’administration et le secteur privé
- le Code de Conduite pour les visiteurs
 

Plus d'info Carla Danelutti