Promotion de la valeur des zones clés pour la biodiversité à travers l’implication des organisations de la société civile dans leur conservation et gestion en Afrique du Nord

05 February 2014 | Project description

Le projet “Promotion de la valeur des zones clés pour la biodiversité à travers l’implication des organisations de la société civile dans leur conservation et gestion en Afrique du Nord ” est un projet sous- régional visant l’amélioration du mode de gestion et de gouvernance des espaces protégées et des zones clés pour la biodiversité dans le hotspot de la Méditerranée. Le projet est financé par le Fonds de Partenariat pour les Écosystèmes critiques (CEPF) dans la le cadre de sa ligne stratégique «Amélioration de la conservation et du statut de protection de 44 zones clés pour la biodiversité ». Il est mis en œuvre dans quatre pays, à savoir : l’Algérie, la Libye, le Maroc et la Tunisie. 

Contexte et enjeux
En termes de biodiversité végétale le bassin méditerranéen a été classé comme le troisième hotspot le plus riche de la planète, mais seulement moins de 5 pour cent de sa surface terrestre bénéficient d’une forme de protection. Parmi les mesures développées pour lutter contre la perte de la diversité biologique et sensibiliser les différentes parties prenantes à ses valeurs environnementales, sociales et économiques, figurent la création des zones clés pour la biodiversité (ZCB). Ces zones sont des sites abritant des populations d’au moins une espèce mondialement menacée, à distribution restreinte, limitée à un biome ou effectuant des grands rassemblements, et qui se situent sur des corridors reconnus essentiels à la protection de la biodiversité, en particulier pour l’adaptation à long terme aux changements climatiques.

Au niveau des quatre pays mentionnés, les activités du projet seront réalisées au niveau des zones clés pour la biodiversité suivantes:

  • Algérie : le parc national de Djurdjura, faisant partie du corridor « des montagnes, plateaux et zones humides du Tell algérien et de la Tunisie » 
  • Libye : les zones clés pour la biodiversité de la péninsule cyrénaïque, faisant partie du corridor de la « Péninsule cyrénaïque » 
  • Maroc : le parc national de Toubkal et le parc national d’Ifrane faisant partie du corridor du « massif de l’Atlas » 
  • Tunisie : le parc national de l'Ichkeul et les zones humides de Gafsa faisant partie du corridor « des montagnes, plateaux et zones humides du Tell algérien et de la Tunisie ».

Objectifs
Les objectifs principaux du projet sont :

  1. Amélioration des connaissances sur les valeurs des services écosystémiques des zones clés pour la biodiversité ;
  2. Renforcement des politiques de conservation des zones clés pour la biodiversité à travers une implication plus efficace des organisations de la société civile dans leur conservation et gestion;
  3. Valorisation des services socio-économiques issus des zones clés pour la biodiversité pour promouvoir le bien-être des communautés locales ;
  4. Développement et promotion de moyens de communication et de sensibilisation relatifs à la conservation des zones clés pour la biodiversité.

Le rôle de l’UICN-Med

En se basant sur son réseau de membres et de partenaires dans les quatre pays concernés, l’UICN-Med mettre en place un cadre de concertation entre les différentes parties prenantes représentants l’administration, la société civile et le secteur de la recherche. Des Conventions de collaboration seront signées avec les administrations compétentes en charge de la gestion des sites pour le suivi des activités du projet et l’implication des autres partenaires dans les différents évènements de formation et de validation des différents produits du projets.

Ce projet par son caractère régional, sa concentration sur la valorisation des connaissances sur les zones clés pour la biodiversité et l’appui qu’il prodiguera pour l’implication de la société civile, permettra de contribuer à la préservation des espaces naturels à haute valeur patrimoniale et à structurer davantage l’apport des associations à l’œuvre de la conservation en Afrique du Nord.


Durée, coût

Le projet est prévu sur une durée de deux ans (septembre 2013 – sept 2015) avec un coût total de 392 502,11 US$

Pour plus d’information sur ce projet, veuillez contacter: Maher Mahjoub
 


IUCNMed, Medoffice, medicinal plants, north africa, mediterranean, plants