Le Programme de Petites Initiatives pour les Organisations de la Société Civile d’Afrique du Nord

27 January 2014 | Project description

Le Programme de Petites Initiatives (PPI) pour les Organisations de la Société Civile (OSC) d’Afrique du Nord (PPI-OSCAN) s’inspire du Programme des Petites Initiatives financé par le Fonds Français pour l'Environnement Mondial (FFEM) en Afrique sub-saharienne depuis 2005 avec lequel il présente une forte similitude dans l’approche, le contenu technique et le montage institutionnel et opérationnel. Il tient compte cependant des spécificités du contexte des quatre pays d'Afrique du Nord. Les autorités concernées de ces pays ont confirmé leur approbation des orientations du PPI-OSCAN et indiquent que les objectifs et actions à mettre en œuvre par le programme sont conformes à leurs priorités nationales.

Contexte et enjeux

Comme dans le reste de la région méditerranéenne, les enjeux environnementaux sont nombreux dans les pays de l’Afrique du Nord (l’Algérie, la Libye, le Maroc et la Tunisie) et constituent des défis pour le développement économique et social de ces pays. Trouver des solutions durables à ces défis exige une action concertée de tous les acteurs concernés, y compris des organisations de la société civile en mesure de jouer un rôle plus important en complément à l’action des institutions publiques et en partenariat avec celles-ci. Les récents développements politiques dans la région ont opéré une ouverture vers plus de démocratie et de participation de la société civile. Le nombre d’associations est en nette progression, mais il est urgent d’accompagner l’augmentation du nombre d’associations par un renforcement de leurs capacités à concevoir et à gérer des actions concrètes et à échanger entre elles et avec les organisations de la société civile dans d’autres pays, notamment sur la rive nord de la Méditerranée. En effet, le besoin en renforcement des capacités des OSC est évident et de plus en plus urgent dans les quatre pays. La jeunesse, l’enthousiasme et la motivation des adhérents actifs dans les associations maghrébines constituent des facteurs favorables et un potentiel à exploiter à travers des formations et de l’accompagnement pour rehausser la performance et l’efficience des organisations de la société civile dans la région.

Objectifs

L’objectif général de ce programme est de renforcer la capacité technique, administrative et financière des OSC de quatre pays d’Afrique du Nord (Algérie, Libye, Maroc et Tunisie) pour qu’elles soient en mesure de développer à court terme des initiatives concrètes de terrain et qu’elles soient à même, à plus long terme, de contribuer à la mise en œuvre de stratégies et de plans d’actions nationaux de conservation et valorisation de la biodiversité, de gestion durable des ressources naturelles et d’atténuation des effets négatifs du changement climatique.

Contenu du programme

Le projet est structuré autour des cinq composantes suivantes:
• Composante 1: Financement de petits projets liés à la conservation et valorisation de la biodiversité, la gestion durable des ressources naturelles et la lutte contre les changements climatiques ;
• Composante 2: Renforcement des capacités administratives, techniques et financières des OSC ;
• Composante 3: Mise en réseau des OSC et renforcement des capacités de dialogue avec les gouvernements ;
• Composante 4: Capitalisation et diffusion d'expérience ;
• Composante 5: Suivi et gestion globale du programme.

Montage institutionnel

L’UICN-Med en tant que bénéficiaire de la subvention du FFEM, agira comme opérateur central en assurant la maîtrise d’œuvre de la coordination globale du programme ainsi que la gestion administrative et financière de toutes ses composantes.
Le financement des petits projets (Composante 1) fera l'objet de conventions de financement signées entre l'UICN-Med et les OSC bénéficiaires. Les versements seront effectués par tranches, sur des comptes spécifiques ouverts par les bénéficiaires, et en fonction de l'avancement des activités.
Le responsable Afrique du Nord à l'UICN-Med assurera la coordination globale du programme. Dans chaque pays, un/une coordonnateur(trice) national sera recruté, pour assurer la maîtrise d'œuvre des différentes composantes du programme. Il/elle sera appuyé par un réseau d’experts pour la mise en œuvre des différentes activités.

Durée, coût

Le projet est prévu sur une durée de trois ans (un an de préparation de l'appel à projet et deux ans pour la mise en œuvre des petits projets).
Le coût total du projet est de 2 400 080 € avec une contribution du FFEM de 1 000 000 €, de la Fondation MAVA de 1 000 000 €, et des porteurs des petits projets sélectionnés (0,4 M€ - 30% de cofinancement par petits projets demandés.)

 

Pour plus d’information sur ce programme, veuillez contacter Maher Mahjoub
 


IUCNMed, Medoffice, medicinal plants, north africa, mediterranean, plants